Connect with us

Dernières actualités

La folie des défis frappe encore, deux jeunes noyés à Douala

Published

on

Spread the love

Une tragédie bouleversante vient de frapper le quartier Bessengue à Douala, plongeant toute une communauté dans le deuil et soulevant de graves questions sur la sécurité des jeunes. Comme le rapporte en exclusivité 237online.com, deux adolescents ont perdu la vie dans des circonstances aussi absurdes que déchirantes, victimes d’un « jeu » qui a mal tourné.

Quand la pluie transforme les rues en pièges mortels

Ce mardi, une pluie diluvienne s’est abattue sur la capitale économique du Cameroun, transformant les rues en torrents impétueux. C’est dans ce décor apocalyptique que deux jeunes garçons, âgés de 18 à 20 ans, ont eu l’idée funeste de se lancer dans un concours de natation dans le drain du quartier Bessengue.

L’insouciance de la jeunesse face à la force de la nature

« Ils voulaient se défier (…) l’un voulait prouver qu’il nageait mieux que l’autre », raconte un témoin de la scène. Cette compétition improvisée, qui aurait dû n’être qu’un moment de jeu et de défi entre amis, s’est rapidement transformée en cauchemar. Emportés par la force du courant, les deux garçons ont rapidement perdu pied, sous le regard impuissant des riverains.

Des témoins paralysés par l’horreur de la situation

« Je les ai vus ici en route, là où je garde mes affaires (…) ils m’ont dit qu’ils allaient faire une compétition de natation dans l’eau », se souvient une commerçante du quartier, encore sous le choc. Comment expliquer que personne n’ait tenté d’empêcher ce drame annoncé ? La stupeur, la peur, ou simplement l’habitude de voir les jeunes prendre des risques inconsidérés ?

Une intervention des secours trop tardive

Alertés tardivement, les sapeurs-pompiers n’ont pu que constater l’ampleur du drame. Un corps a été repêché, mais le deuxième restait introuvable jusqu’à tard dans la soirée, laissant une famille dans l’angoisse insoutenable de l’incertitude.

Des vacances qui virent au cauchemar

L’ironie cruelle de cette histoire réside dans le fait que l’un des jeunes serait venu de Yaoundé pour passer les grandes vacances à Douala. Ce qui devait être un moment de joie et de détente s’est transformé en tragédie irréversible.

Un phénomène inquiétant qui se répète

Ce drame n’est malheureusement pas un cas isolé. Les défis dangereux, souvent inspirés par les réseaux sociaux, font de plus en plus de victimes parmi la jeunesse camerounaise. Face à ce constat alarmant, quelles mesures peuvent être prises pour sensibiliser efficacement les jeunes aux dangers de ces comportements à risque ?

La responsabilité collective en question

Cette tragédie soulève de nombreuses interrogations sur la responsabilité collective. Comment expliquer l’inaction des adultes présents ? Faut-il pointer du doigt le manque d’infrastructures de loisirs sécurisées pour les jeunes ? Ou encore, questionner l’éducation aux risques dispensée dans les écoles et les familles ?

Un appel à l’action urgent

Ce drame doit servir d’électrochoc pour la société camerounaise. Il est temps de mettre en place des campagnes de sensibilisation massives, d’améliorer les infrastructures urbaines pour éviter ces pièges mortels lors des fortes pluies, et surtout, de créer des espaces de loisirs sécurisés pour canaliser l’énergie et l’audace de notre jeunesse.

La mort de ces deux jeunes garçons ne doit pas rester vaine. Elle doit être le point de départ d’une prise de conscience collective sur les dangers qui guettent notre jeunesse et sur notre responsabilité à tous de les protéger, même contre leur gré parfois.

Par Éric Sakam pour 237online.com

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.237online.com

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Dernières actualités

Accident au marché de Soppo à Buea, plusieurs victimes signalées

Published

on

Spread the love

Un accident dévastateur s’est produit ce matin au marché animé de Soppo, près de l’OIC à Buea, dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, et a fait de nombreuses victimes, selon les premiers rapports.

Un jeune conducteur a été impliqué dans l’accident, alors qu’il se dirigeait de Molyko vers le marché. Selon des témoins oculaires, le conducteur aurait perdu le contrôle de son véhicule et serait entré accidentellement en collision avec un groupe de femmes du marché, qui vendaient principalement des tomates. La cause de l’accident est toujours en cours d’enquête.

« Le jeune homme au volant conduisait de Molyko vers la zone OIC, ils ne peuvent pas dire ce qui s’est réellement passé avant qu’il ne conduise vers le marché des femmes », a déclaré un témoin oculaire choqué.

Certaines sources locales ont confirmé la mort tragique de quatre femmes, mais cette information n’a pas encore été vérifiée de manière indépendante ni confirmée par une autorité. Plusieurs personnes ont été blessées dans l’accident et ont été transportées à l’hôpital pour y recevoir des soins médicaux. Le nombre de blessés reste incertain.

Cet événement dévastateur s’ajoute à la longue liste d’accidents qui sévissent sur les routes camerounaises. Nos pensées et nos plus sincères condoléances vont aux familles des personnes décédées et blessées lors de ce tragique événement.

Nous vous tiendrons informés de tout nouveau développement concernant cette histoire.

Mimi Mefo Info

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR mimimefoinfos.com

Continue Reading

Dernières actualités

Mercato : Franck Evina dépose ses valises à FC Emmen

Published

on

Spread the love

Franck Evina s’engage au championnat des Pays-Bas -DR

Après SV Sandhausen club de troisième division en Allemagne, Franck Evina s’engage avec FC Emmen jusqu’en 2026. Le nouveau club de l’attaquant camerounais évolue en deuxième division du championnat néerlandais. Si les clauses du contrat n’ont pas été dévoilées, l’international camerounais aura pour mission de faire remonter son club à la division première.

Franck Evina sort du championnat d’Allemagne où il avait fait ses preuves avec l’équipe B du Bayern de Munich en 2017 avant de rejoindre l’équipe A en 2018. Il faut préciser que le Lion Indomptable de 24 ans a parcouru beaucoup de club du championnat allemand. Il est passé à FC Viktoria Berlin en 2022, Hanovre 96 en 2020 et le Bayern Munich. Plusieurs autres clubs en Allemagne au vu le passage du natif de Yaoundé. Le championnat des Pays-Bas donne une opportunité au joueur de se relancer dans sa carrière.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.lebledparle.com

Continue Reading

Dernières actualités

Décision du préfet du Mfoundi : L’honorable Cabral LIBII s’offusque

Published

on

Spread the love

Après l’arrêté d’Emmanuel Mariel Djikdent, préfet du Mfoundi menaçant d’expulser de son département   toute personne coupable au non-respect des Institutions et à celui qui les incarne ou qui appelle au soulèvement contre les Institutions de la République, l’honorable Cabral LIBII, président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) pense que c’est un « abus autoritaire ».

L’arrêté du préfet signé le 16 juillet 2024 à Yaoundé fait déjà couler beaucoup d’encre et de salive chez les journalistes et les hommes politique. Pour Cabral LIBII la loi de 1990 ne donne pas ces privilèges.

« Ni la loi de 1990 relative au maintien de l’ordre, ni le décret de 2008 fixant les attributions des chefs des circonscriptions administratives que nous publions ci-joints, ne donnent au Préfet le pouvoir d’interdiction de séjour temporaire à un citoyen dans un département du Cameroun. Ce pouvoir n’existe pas même en cas d’état d’urgence », précise Cabral LIBII.

L’homme politique assimile cette décision à une à la Constitution.

« Il s’agit donc là d’une atteinte grave à la constitution du Cameroun qui dès le préambule consacre pour tout citoyen la liberté d’aller et venir et le droit de jouir d’une vie de famille normale », écrit le président du PCRN

Lebledparle vous donne l’exclusivité du message du PCRN

Dans l’hypothèse où le document portant la signature du Préfet du Mfoundi n’est pas un fake, il me paraît absolument nécessaire de dénoncer cette frappante et inadmissible dérive autoritaire.

Ni la loi de 1990 relative au maintien de l’ordre, ni le décret de 2008 fixant les attributions des chefs des circonscriptions administratives que nous publions ci-joints, ne donnent au Préfet le pouvoir d’interdiction de séjour temporaire à un citoyen dans un département du Cameroun. Ce pouvoir n’existe pas même en cas d’état d’urgence.

Il s’agit donc là d’une atteinte grave à la constitution du Cameroun qui dès le préambule consacre pour tout citoyen la liberté d’aller et venir et le droit de jouir d’une vie de famille normale.

Il s’agit également là d’une atteinte grave à tous les engagements internationaux du Cameroun consacrant la liberté d’expression et d’opinion.

Par ailleurs, l’infraction d’outrage vis-à-vis de certaines autorités publiques figure déjà dans le code pénal.

Nous prions le Préfet du Mfoundi, dans l’hypothèse où il ne s’agit pas d’un fake, de rapporter cet acte qui traduit une régression démocratique historique. Nous ne recevons pas de titres de séjours des Préfets en tant que nationaux.

CL

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.lebledparle.com

Continue Reading

Trending