Connect with us

Dernières actualités

Le code électoral, véritable casse-tête pour les présidentiables

Published

on

Spread the love

Le paysage politique camerounais est en ébullition. Une interprétation controversée de l’article 121 du code électoral sème le trouble parmi les aspirants à la magistrature suprême. 237online.com vous plonge au cœur de ce débat juridique qui pourrait bien redessiner les contours de la prochaine élection présidentielle.

Un flou juridique qui fait grincer des dents

L’article 121 du code électoral, censé encadrer les conditions de candidature à l’élection présidentielle, se révèle être un véritable nœud gordien. Christian Ntimbane Bomo, candidat déclaré et figure de la Société Civile des Réconciliateurs, soulève un point crucial : aucun parti politique n’est, juridiquement parlant, représenté dans les institutions camerounaises.

« C’est comme si on demandait à un poisson de grimper à un arbre », s’exclame un analyste politique contacté par 237online.com. « On impose des conditions impossibles à remplir. »

La représentation politique : un mythe constitutionnel ?

Le cœur du problème réside dans la notion même de représentation politique. La Constitution camerounaise est claire : les députés représentent la nation, les sénateurs les collectivités territoriales, et non les partis politiques.

« On nage en plein paradoxe », confie un constitutionnaliste sous couvert d’anonymat. « Comment exiger d’un parti qu’il soit représenté là où, constitutionnellement, il ne peut pas l’être ? »

Le spectre du parrainage : une épée de Damoclès pour l’opposition ?

L’alternative du parrainage par 300 personnalités, initialement prévue pour les candidats indépendants, pourrait devenir la norme pour tous. Une perspective qui inquiète l’opposition.

« C’est comme demander à un végétarien de gagner un concours de barbecue », ironise un cadre d’un parti d’opposition. « Dans un pays où le parti au pouvoir contrôle la majorité des élus, c’est presque mission impossible. »

Une manœuvre politique déguisée ?

Certains voient dans cette ambiguïté juridique une stratégie délibérée pour verrouiller le jeu électoral.

« On change les règles du jeu en plein match« , s’indigne un activiste politique interrogé par 237online.com. « C’est comme si on décidait soudainement que pour participer à un marathon, il faut d’abord avoir gagné un 100 mètres. »

Vers une réforme du code électoral ?

Face à ces incohérences, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer une révision du code électoral.

« Il est temps de mettre nos textes en accord avec notre réalité constitutionnelle », plaide un militant du MRC. « Sinon, on risque de se retrouver dans une impasse juridique lors de la prochaine présidentielle. »

La Cour Constitutionnelle : arbitre ultime ou acteur politique ?

Tous les regards se tournent désormais vers la Cour Constitutionnelle. Sera-t-elle en mesure de trancher ce nœud gordien juridique ?

« C’est l’heure de vérité pour notre jeune démocratie« , affirme un observateur politique. « La décision de la Cour aura des répercussions bien au-delà de la prochaine élection. »

Alors que le débat fait rage, une question demeure : comment garantir un processus électoral juste et transparent dans ce contexte d’incertitude juridique ?

Une chose est sûre : les prochains mois s’annoncent décisifs pour l’avenir politique du Cameroun. 237online.com ne manquera pas de vous tenir informés des développements de cette affaire qui pourrait bien redéfinir les règles du jeu démocratique camerounais.

Par Émilie Nguembou pour 237online.com

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.237online.com

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Dernières actualités

Climat politique : Bapooh Lipot appelle à la “fermeté” du gouvernement face aux opposants

Published

on

Spread the love

Au moment où Yaoundé souffle le chaud et le froid avec le projet de loi portant prorogation du mandat des députés et des conseillers municipaux, « l’Union des Populations du Cameroun apporte son soutien au gouvernement et toutes les institutions régaliennes dans sa dynamique visant à contrecarrer les stratégies mises en place par une certaine opposition satellisée pour déstabiliser le Cameroun et ses institutions », écrit Robert Bapooh Lipot. Dans un communiqué rendu public ce 17 juillet 2024.

Le Secrétaire général de la faction de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) reconnue par l’Administration territoriale, dénonce « la détermination des leaders d’une certaine opposition à profiter du prétexte des élections présidentielles pour semer le chaos au Cameroun et déstabiliser ses institutions ». Sans citer de noms ; mais cela survient dans un contexte marqué par des remous sur la scène politique nationale. Avec notamment Maurice Kamto le président du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) qui menace de recourir à la violence s’il est écarté de la course pour la prochaine présidentielle. Et dans une certaine mesure Cabral Libi’i le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) en pleine zone de turbulence, qui est en guerre ouverte contre Paul Atanga Nji le ministre de l’Administration territoriale (Minat) qui a pris fats et causes pour Robert Kona le co-fondateur du parti, qu’il reconnait comme le nouveau président dudit parti.

Face à une telle situation, « l’Etat doit nécessairement opposer la fermeté régalienne fondatrice de la sauvegarde de la paix sociale, de l’unité nationale et la souveraineté du Cameroun», conseille-t-il au gouvernement. En rappelant que « l’unité nationale et la souveraineté sont les piliers sur lesquels repose notre nation», Robert Bapooh Lipot « appelle tous les citoyens à rester vigilants et à s’unir derrière le gouvernement dans cette dynamique, afin de préserver l’intégrité et la souveraineté de notre nation». Non sans promettre son « engagement à travailler pour la stabilité et la prospérité du Cameroun ». Lui qui se pose en successeur politique d’Augustin Frédéric Kodock.

C’est l’une des après voix politiques extérieures au gouvernement, à prendre position après les menaces de Paul Atanga Nji le Minat lors de la Conférence des gouverneurs. Mais surtout, à s’aligner sur les positions rigides de l’Etat.

– Publicité –

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.newsducamer.com

Continue Reading

Dernières actualités

Législatives et municipales : La Communauté internationale mise en garde contre la menace d’une guerre civile

Published

on

Spread the love

Dans une lettre adressée à Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations unies, au sujet de la prorogation du mandat des députés et des conseillers municipaux, dont le projet de loi déposé à l’Assemblée nationale, a été adopté illico presto, le Dr Benjamin Akih met en garde contre une « potentielle guerre civile au Cameroun». Dénonçant le motif avancé par le pouvoir de Yaoundé, le manque de moyens pour organiser quatre scrutins la même année. « Un souci logistique n’est pas une bonne justification », est formel ce membre de la Coalition des Camerounais anglophones pour le fédéralisme. « Aucune crise ou circonstance grave n’a justifié le report d’élections qui auraient eu lieu au moins 8 mois avant le prochain scrutin. Ils ont désormais été déplacés seulement environ trois mois après les prochaines élections du Conseil régional», fait constater l’auteur de la lettre.

Pour l’activiste dont l’organisation produit régulièrement des sondages au sujet de la prochaine élection présidentielle, et qui constatent à chaque fois que le président Biya ne peut plus gagner face à Maurice Kamto, « les griefs de la population de l’ancien Southern Cameroons sont complexes mais peuvent être résolus de manière durable grâce à une démocratie constitutionnelle efficace accompagnée d’élections compétitives et transparentes ». En dénonçant le fait que « le gouvernement de M. Biya légifère de manière égoïste dans le but d’exclure les partis politiques compétitifs des élections cruciales et de la vie politique active », l’homme pense que « le report des élections municipales et législatives a un impact négatif sur toute tentative de transition du conflit armé dans l’ancien Southern Cameroons vers un processus politique responsable avec de nouveaux porte-parole élus ».

Communauté internationale

Avec la pirouette en cours à Yaoundé, Ben Akih est convaincu que « M. Biya se présentera aux élections à la veille de son 93e anniversaire ». Et « sa candidature dépend du caractère antidémocratique du parti au pouvoir. Mais cela pourrait conduire à une guerre civile», prévient-il. « Nous approchons d’un point d’inflexion dans notre histoire. Cela conduirait à un changement politique crédible ou déclencherait des protestations populaires, voire une guerre civile pour mettre fin à la tragédie de la présidence de Biya», met-il en garde le patron des Nations unies. Et, poursuit-il, « si les circonstances conduisent à une guerre civile, convenons que M. Biya a tiré le premier coup de feu avec cette législation ». Ce qui pourrait compromettre selon lui les chances d’un retour à la paix. Alors « l’ONU et d’autres organisations internationales ayant intérêt à une Afrique stable devraient orienter le pays vers une démocratie constitutionnelle efficace. Cela peut commencer par votre dénonciation de la récente manipulation du calendrier électoral », propose-t-il.

Le promoteur de la plateforme English Cameroon for a united Cameroon rappelle avoir écrit déjà en mars dernier à Antonio Guterres, sur la situation critique du Cameroun. Avec les multiples élections prévues, et qui pour lui devraient contribuer à décrisper les crises sociopolitiques et préparer le terrain d’un retour à la paix : « j’ai exprimé l’optimisme que ces élections pourraient accélérer la résolution du conflit dans l’ancien Southern Cameroons en produisant un gouvernement à l’esprit fédéraliste. J’ai exprimé mes inquiétudes quant au risque que le gouvernement de M. Biya manipule le calendrier électoral et recoure à la fraude et à l’intimidation pour maintenir son parti au pouvoir », relève-t-il.

La lettre actuelle est envoyée en copie à plusieurs dirigeants du monde comme Emmanuel Macron le président de la République française, Patricia Ecosse la Secrétaire générale du Commonwealth, Ursula Von Der Leyen la présidente de la Commission de l’Union européenne, Moussa Faki Mahamat le président de la Commission de l’Union africaine, Molly Phée le Secrétaire adjoint aux Affaires africaines au Département d’Etat américain.

– Publicité –

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.newsducamer.com

Continue Reading

Dernières actualités

Colline de Dschang : encore un accident sur un tronçon tristement célèbre

Published

on

Spread the love

Un autre incident tragique s’est produit hier, mercredi 17 juillet 2024, s’ajoutant à la longue liste d’accidents qui ont émaillé le dangereux tronçon de la colline de Dschang. Selon les informations rapportées, un camion transportant des boissons Guinness s’est renversé en raison d’un mauvais virage.

Heureusement, cet accident n’a pas fait de victimes. Néanmoins, cette quasi-collision rappelle avec force les dangers qui existent le long de cette voie cruciale.

La colline de Dschang a malheureusement acquis la réputation d’être associée à des accidents tragiques. Au cours des dernières semaines, un nombre important d’accidents ont entraîné la perte tragique de nombreuses vies humaines, ce qui a suscité de vives inquiétudes quant à l’adéquation des mesures de sécurité.

Ce n’est pas une nouveauté, puisque l’incident de 2021 impliquant un autobus de Menoua Voyages est un événement profondément tragique, marqué par une chaîne de circonstances malheureuses qui a entraîné la perte de plus de 50 vies, selon l’ONG de sécurité routière Sécuroute.

On accorde souvent beaucoup d’attention à des problèmes tels que les inspections de véhicules défectueuses, l’insuffisance des équipements d’intervention d’urgence et le manque de rigueur dans l’application du code de la route. Le nombre élevé de décès sur les routes au Cameroun est en grande partie imputable à des défaillances systémiques, la colline de Dschang étant un endroit particulièrement dangereux.

Bien que cette fois-ci, le dernier accident ait été une bonne nouvelle, il met en évidence l’urgence d’agir. Il est crucial d’adopter une stratégie globale qui englobe l’amélioration de l’infrastructure routière, la sécurité des véhicules, la préparation aux situations d’urgence et le renforcement des règles de circulation afin de transformer efficacement la colline de Dschang d’une zone d’accident dangereuse en une route sécurisée.

Mimi Mefo Info

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR mimimefoinfos.com

Continue Reading

Trending