Connect with us

Société

Cameroun | De la clairvoyance et radical opposition ontologique, entre l’idée de droit d’une part, et l’idée de politique d’autre part: Réïfication au moyen de trois (03) illustrations suggestives

Published

on

Spread the love

Avec Faustin Etouké

Bien sûr, on pourrait déjà ici enfoncer une porte ouverte, et associer l’idée de droit aux notions gravitant autour de la sécurité psychologique, tandis qu’on associera l’idée de politique aux notions gravitant autour de l’insécurité psychologique. Oui, on pourrait et on devrait, sans fioritures et sans états d’âme, reconstruire les sciences sociales, en affectant à l’idée de droit ce sentiment de sécurité qui se crée face à des repères sûrs, face à des idées apparaissant comme inamovibles, face à des balises idéologiques durables, entendons face à des «règles de nature axiomatique» qui organise chaque [société] considérée comme isolée et séparée des autres sociétés. À l’opposé, on affectera l’idée de politique à ce sentiment d’incertitude ou d’insécurité qui se crée, lorsque pour une raison ou une autre, un individu mutant dans une société, commence à remettre en cause l’ordre pré-établi dans cette [société] là, c’est-à-dire lorsqu’un individu qui présente des caractères et des comportements nouveaux par rapport à ses ascendants, s’engage explicitement à chercher à modifier les «règles de nature axiomatique» qui organise la société dans laquelle il est né…

Combien seront prêts à intérioriser et à ressentir la profondeur du redimensionnement des mots DROIT et politique opéré dans ce bref développement ? On voudrait bien s’efforcer d’être optimiste, néanmoins un pédagogue aguerri ne saurait verser dans l’utopie. Il n’est pas vraiment évident d’espérer modifier facilement et rapidement, le poids sémantique des mots droit et politique vulgarisés depuis plusieurs décennies, poids sémantique que chaque individu a déjà profondément (et malheureusement) hérité de son passif culturel et/ou académique, attendu que les mots [droit] et [politique] sont des mots très usuels, entendons des mots qu’on rencontre très régulièrement, dans tous les milieux, depuis la rue jusqu’au sommet de l’État, en passant par les Lycées et les Universités…

Voilà pourquoi, étant donné que chaque individu est, depuis sa naissance, confronté progressivement à des ordres pré-établis — en l’occurrence ceux qui touchent directement la famille, ceux qui sont liés au milieu professionnel, et ceux inhérents au Gouvernement de l’État —, il apparaît judicieux que ces ordres pré-établis soient pleinement mis en lumière, pour d’une part, montrer qu’il y a une sécurité psychologique qui va se créer autour desdits ordres pré-établis, et pour d’autre part, montrer qu’il y a un mécanisme de protection qui va incidemment s’établir autour d’eux, mécanisme qui tient dans la méfiance et la réticence naturelles que manifesteront les individus, vis-à-vis de tout processus cherchant à modifier ces ordres pré-établis…

Même si superficiellement, par la raison intellectuelle, beaucoup d’individus sont prêts à accepter et à reconnaître que, les normes ou les règles pré-établies qui régissent une famille, un milieu professionnel ou le Gouvernement d’un État, sont des normes ou des règles créées à une époque précise, créées par des individus nommément identifiés, nous tenons à marteler avec insistance qu’il ne faut surtout pas s’éloigner du primat structurant des ordres pré-établis, au sens où en eux-mêmes, très peu d’individus sont capables de s’aventurer (explicitement ou implicitement) à remettre en cause, l’ordre pré-établi de la famille dans laquelle ils sont nés, l’ordre pré-établi de l’activité professionnelle qu’ils pratiquent, l’ordre pré-établi du Gouvernement de leur État. Dit autrement, très peu d’individus sont capables d’échapper à l’emprise du formatage qu’ils ont reçu de leur famille, très peu d’individus sont capables d’échapper à l’emprise du formatage qu’ils reçoivent de leur environnement professionnel, très peu d’individus sont capables d’échapper au prisme structurant du Gouvernement de leur État. On l’aura compris, et contrairement aux apparences, c’est l’obéissance aux diktats de la famille, du milieu professionnel et des sphères gouvernementales, qui est beaucoup plus naturelle et prévisible chez chaque individu, plutôt que la désobéissance vis-à-vis desdits diktats…


  • Sécurité psychologique et ordre pré-établi dans une famille : la nécessité de construire sur des normes et règles difficilement modifiables

Il ne viendrait à l’idée de personne, de demander à un bébé son avis ou son opinion, sur les normes et les règles pré-établies de la famille dans laquelle il est né. Au contraire, ce qui est attendu de n’importe quel bébé, dans n’importe quelle famille, c’est qu’il intériorise lesdites règles pré-établies. Voilà pourquoi le processus d’apprentissage des bébés repose essentiellement sur l’intériorisation des constantes, et non pas sur la manipulation des variables. Il est souvent dit que la répétition est la mère des sciences. Cela est éminemment vrai ici. C’est avec beaucoup de patience qu’un bébé associera à chaque entité qui l’entoure un identifiant unique. Au fil des années, un bébé s’identifiera à son nom, reconnaîtra le nom des autres membres de la famille, et associera une appellation précise aux objets usuels présents dans l’environnement familial…

On ne peut pas ne pas parler ici de l’acquisition des valeurs religieuses, car ces valeurs s’acquièrent essentiellement par le truchement du cadre familial. Quelles que soient les valeurs véhiculées par une religion lambda, ces valeurs-là sont assimilables au DROIT tel que nous le présentons dans ce bref développement, en ce sens que ce sont des valeurs pré-établies qui n’ont pas vocation à être modifiées au fil du temps, et ce peu importe les incohérences que des intelligences supérieures viendront déceler dans lesdites valeurs. À cet effet, l’histoire des différentes civilisations nous apprend que, les cimetières sont jonchés d’esprits éclairés de leurs époques respectives, qui se sont attelés à mettre en pleine lumière, les incohérences des dogmes religieux…

Il nous plait donc de réitérer que s’agissant des ordres pré-établis qui touchent directement la famille, le principe cardinal c’est l’inamovibilité des règles et normes pré-établies, c’est-à-dire encore que vis-à-vis desdits ordres, la POLITIQUE telle que nous la présentons dans ce bref développement, apparait comme une activité fondamentalement déstabilisatrice pour l’unité familiale. Un individu mutant qui nait dans une famille, risque bien de se faire occire, ou à tout le moins d’être frappé d’ostracisme, lorsqu’il commencera à remettre en cause l’ordre pré-établi dans sa famille ou sa religion…


  • Sécurité psychologique et ordre pré-établi dans un milieu professionnel : la méfiance à l’égard de l’innovation

Même dans des pays quasi-neufs comme les États subsahariens qui ont été créés de toute pièce par les colons occidentaux, il existe différents types d’ordres professionnels, à l’instar de l’ordre des médecins, l’ordre des avocats, l’ordre des experts-comptables, l’ordre des architectes, etc. L’à-propos de ces ordres professionnels est de faire respecter des règles pré-établies ou des obligations déontologiques. Ces ordres professionnels imposent un code de conduite à leurs membres, en édictant au sein d’un milieu professionnel donné, comment il faudra se comporter avec les clients, mais aussi avec les collègues…

On le voit, le fonctionnement des ordres professionnels rime avec l’idée de droit telle que présentée dans ce bref développement, en ce sens que ce qui est structurant ici, ce sont ces comportements pré-établis qui n’ont pas vocation à être modifiés, au gré des humeurs ou de l’inventivité des membres d’un ordre professionnel donné. De même qu’avec les ordres pré-établis qui touchent directement la famille, on se rend compte qu’avec les ordres pré-établis au sein du milieu professionnel, c’est également le primat des règles et normes pré-établies qui est structurant. Ici aussi, la politique telle que présentée dans ce bref développement, apparait comme une activité suspecte vis-à-vis des obligations déontologiques d’un milieu professionnel. Le membre d’un ordre professionnel, qui s’autoriserait des innovations allant dans le sens de remettre en cause les obligations déontologiques de son ordre, risque de se faire radier purement et simplement dudit ordre…

Sans citer expressément un contemporain et compatriote, il pourrait être assez illustratif de parler du milieu professionnel du football camerounais, où ledit compatriote s’est hissé, en tant que joueur de terrain, au firmament de sa carrière, c’est-à-dire qu’il a su manifester et allier sa grande maîtrise des règles pré-établies du football, à son agilité athlétique. Là actuellement, n’étant plus joueur de terrain, mais étant devenu un administrateur du football, cet ancien virtuose tactique semble s’être fâcheusement empêtré, dans le dédale des règles pré-établies de la gestion administrative du football. Dans l’un ou l’autre cas, on voit ici à quel point, les règles pré-établies d’un milieu professionnel sont contraignantes et structurantes vis-à-vis du même individu…


  • Sécurité psychologique et ordre pré-établi vis-à-vis du Gouvernement d’un État : la prédominance de la droite conservatrice sur la gauche progressiste

À la petite échelle du cercle familial, nous avons compris que l’ordre pré-établi est destiné à être protégé contre toute modification, c’est-à-dire que le droit prime sur le politique sens où nous avons redimensionné, dans ce bref développement, ces deux (02) mots. C’est pareil à l’échelle médiane du milieu professionnel, où l’ordre pré-établi est protégé de plusieurs manières, contre des modifications ou des innovations. À présent, on s’intéresse à l’échelle plus grande de la régulation gouvernementale d’un pays, et ici aussi, l’ordre pré-établi ne se laisse modifier ni facilement, ni rapidement…

Il y a trois chercheurs, dont l’un a reçu un prix Nobel d’économie, qui ont publié en 2009, une étude sur l’histoire des sociétés humaines durant les deux derniers millénaires, une étude qui explique la profonde métamorphose survenue dans l’Europe du 19ème siècle, où on a assisté à un décollage économique sans précédent. Cette étude, intitulée violence et ordres sociaux, distingue cinq (05) types de sociétés étatiques, apparus progressivement au fil des siècles. Le dernier type de sociétés étatiques, qui comprend à peine 15% des pays, correspond à un modèle où un tissu de relations sociales impersonnelles a réussi à se créer, avec un État de droit qui traite tous les individus de la même façon, avec la transformation d’une société fondée sur les élites en une société fondée sur l’ensemble des citoyens, avec une économie qui enregistre sur le long terme une croissance positive. Ce qu’il faut surtout comprendre ici, c’est qu’il y a environ 85% des pays, c’est-à-dire la majorité des États du 21ème siècle, où tous les individus ne sont pas égaux devant la justice, où les principales opportunités économiques sont des rentes monopolisées par quelques élites…

Dit autrement, au-delà des discours grand public qui présentent la «droite conservatrice» comme la propension des gouvernants d’un pays à réfréner des réformes structurelles, et la «gauche progressiste» comme la propension desdits gouvernants à susciter lesdites réformes, la majorité des États du 21ème siècle, surtout en Afrique subsaharienne, sont fondamentalement solidaires du maintien des ordres pré-établis, quels qu’ils soient : oui, on le réitère, dans la plupart des pays, c’est l’obéissance aux normes déjà pré-établies qui est beaucoup plus naturelle et prévisible, que la propension à modifier lesdites normes…

Telle que présentée dans ce bref développement, la politique qui vise la modification d’un ordre pré-établi, est une activité essentiellement marginale. Elle suppose soit la mobilisation d’une capacité de «persuasion» hors du commun, soit la mobilisation d’un pouvoir de «répression» effectif, car il n’est pas possible de balayer d’un revers de la main, un système de croyance ou un ordre pré-établi…

Voilà pourquoi il est important de tracer une frontière précise entre l’idée de droit et l’idée de politique, car il faut devenir bien conscient que ceux qui mobilisent la «persuasion» ou la «répression» pour maintenir un ordre pré-établi sont en train de naviguer au sein du [droit], attendu que s’impliquer en [politique], c’est très explicitement chercher à modifier un ordre pré-établi…

Un voleur par exemple, navigue au sein du [droit], car son intention n’est pas de chercher à modifier l’ordre pré-établi de la société qui réprime le vol. Au contraire, le voleur escompte bien que l’ordre pré-établi de la société, l’aidera à protéger ce qu’il a volé. Il y a d’ailleurs des anecdotes qui rapportent qu’un voleur volé, ressent beaucoup plus de frustration et d’amertume, qu’un propriétaire légitime indûment dépossédé de son bien par un voleur…

En Afrique noire en général, et au Cameroun en particulier, autant par ignorance que par malhonnêteté, il y a beaucoup de plaisantins et de guignols, qui prétendent s’impliquer en [politique], comme s’ils étaient véritablement intéressés à chercher à modifier l’ordre pré-établi dans lequel ils vivent. Notre continent est condamné à demeurer dans le sous-développement, aussi longtemps que ceux qui se targuent d’être politiciens, ne seront que des requins cherchant à remplacer nos gouvernants qui s’empiffrent, et non pas des acteurs puissamment mus par la volonté de modifier l’ordre pré-établi. Au Cameroun par exemple, il y a actuellement quelques illuminés qui fantasment, à dessein, sur les listes électorales, espérant par-là remplacer le principal gouvernant, mais sachant bien qu’ils garderont intact l’ordre pré-établi au Cameroun, avec son cortège de privilèges faramineux pour ceux qui sont aux affaires.

Au Cameroun, tout mandat impératif est nul, ce qui veut dire que les promesses électorales ne servent qu’à être élu, car après l’élection, aucun élu ne sera obligé de faire ce pour quoi il a été élu : voilà un rouage important de l’ordre pré-établi au Cameroun, rouage vis-à-vis duquel aucun des guignols qui se targuent d’être politiciens, n’est capable de s’attaquer…

Faire donc véritablement la politique en Afrique noire en général, et au Cameroun en particulier, ce sera chercher à modifier l’ordre pré-établi dans chaque pays subsaharien, de telle manière qu’on réussisse à créer un tissu de relations sociales impersonnelles où chaque individu sera traité de la même façon devant les lois républicaines, où il n’y aura plus d’inégalités de naissance comme observées au sein des chefferies traditionnelles, où la société fondée sur les élites disparaitra au profit de la société fondée sur l’ensemble des citoyens, où la destruction des rentes économiques accaparées par les élites génèrera une croissance économique durable, bref où l’avènement de l’État de droit désubstancialisera les archaïsmes sociaux précoloniaux…

(é) L’épistémologue
faustinetouke@yahoo.fr
+237677173160
Yaoundé, le 03 juillet 2024

The post Cameroun | De la clairvoyance et radical opposition ontologique, entre l’idée de droit d’une part, et l’idée de politique d’autre part: Réïfication au moyen de trois (03) illustrations suggestives first appeared on Panorama papers.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR panoramapapers.com

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Société

Kiev envisage de négocier avec la Russie pour mettre fin à la Guerre (Média)

Published

on

Spread the love

Alors que la guerre se poursuit en Ukraine et que le rapport de force est toujours en faveur de la Russie malgré le soutien occidental à Kiev, le journal américain, le New York Times rapporte que Kiev envisage de mettre un terme aux hostilités et d’entamer des négociations avec Moscou.

Les dirigeants ukrainiens seraient en train d’envisager des discussions avec la Russie pour mettre fin à la guerre qui se poursuit et qui fait rétrécir le territoire de l’Ukraine au fil des temps. Selon le NYT, « l’Ukraine poursuit un plan visant à mettre fin aux combats de manière négociée ».

Le président ukrainien Vladimir Zelensky avait auparavant déclaré qu’une délégation russe devrait participer à la deuxième conférence de paix ukrainienne. Les préparatifs de l’événement devraient être finalisés d’ici novembre. Cela intervient après un fiasco du premier sommet de paix sur l’Ukraine sans la participation russe.

Plus tôt cette semaine, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjarto, a indiqué que la stratégie de l’Occident en Ukraine a échoué et la situation sur le champ de bataille n’est pas en faveur des États-Unis et de l’UE.

Le diplomate estime que l’échec de la précédente approche de l’Occident concernant la situation en Ukraine souligne la nécessité d’une « nouvelle stratégie ». En parlant de cette nouvelle stratégie, il évoque le dialogue pour régler la crise en Ukraine et mettre fin à la guerre.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Continue Reading

Société

La Russie soutient l’adhésion de la Palestine indépendante à l’ONU

Published

on

Spread the love

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, s’exprimant lors d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation au Moyen-Orient, a évoqué la question palestinienne et a déclaré que la Russie soutient l’adhésion de la Palestine à l’ONU, près de 150 Etats ayant déjà reconnu son indépendance.

« En 1949, nous avons soutenu la demande d’adhésion d’Israël à l’ONU, sous réserve de la mise en œuvre des résolutions 181 et 194 de l’Assemblée générale de l’ONU concernant le droit au rapatriement des réfugiés palestiniens. Cela a été dit clairement lorsque nous avons voté en faveur de l’adhésion d’Israël à l’ONU. De même, aujourd’hui, nous soutenons l’adhésion de la Palestine, dont la souveraineté a été reconnue par près de 150 pays, à l’organisation mondiale », a déclaré le chef de la diplomatie russe.

Selon l’agence de presse TASS, Lavrov a souligné que la Russie défend une position fondée sur le droit international, dans le cadre de divers formats internationaux de règlement du conflit israélo-palestinien, ainsi que du conflit du Moyen-Orient en général.

« Nous procédons de l’impératif de mise en œuvre des décisions de l’ONU, y compris les résolutions susmentionnées de l’Assemblée générale et les résolutions clés du Conseil de sécurité – numéro 242 et 338 – adoptées après la guerre des Six Jours et la guerre du Kippour, ainsi que les résolutions numéro 478 et 497 concernant le statut de Jérusalem et du plateau du Golan », a-t-il ajouté.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Continue Reading

Société

L’ONU appelle à une action urgente pour éviter une catastrophe humanitaire en Haïti (OCHA)

Published

on

Spread the love

L’urgence humanitaire multidimensionnelle à laquelle Haïti fait face nécessite une attention urgente et des stratégies allant au-delà des mesures d’urgence, ont déclaré aujourd’hui (mercredi) trois hauts responsables des Nations et de l’Union européenne à la fin d’une visite de quatre jours dans le pays.

Les représentants du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et du Département de la protection civile et de l’aide humanitaire de l’Union européenne (ECHO ) ont pu constater personnellement l’impact de la violence persistante qui bouleverse la vie quotidienne des Haïtiens.

« Ce que les Haïtiens désirent le plus c’est la paix, qui leur permettra de retourner à l’école, de cultiver leurs champs, d’accéder aux services de base comme aller à l’hôpital », a déclaré Edem Wosornu, Directrice des opérations et du plaidoyer d’OCHA.

Alors que les violences se poursuivent dans le pays, plus de 578 000 personnes ont dû fuir leurs maisons. Près de 5 millions d’Haïtiens, soit près de la moitié de la population, font face à une faim aiguë, avec 1,6 million d’entre eux menacés par la famine. La violence a paralysé le secteur agricole haïtien, une source clé de revenus pour les familles ; l’accès à l’éducation et aux soins de santé ont également été perturbé : plus de 900 écoles ont été fermées depuis janvier ; dans la capitale Port-au-Prince, près de 40 pour cent des établissements de santé avec hospitalisation sont hors service. La violence a provoqué une perte de revenus pour les familles qui, auparavant, étaient économiquement indépendantes, compromettant leur capacité à se nourrir et à se soigner correctement. La majorité des familles déplacées ayant des enfants en âge scolaire ne savent pas si ces derniers pourront retourner à l’école.

Madame Wosornu, qui était accompagnée de la Directrice des opérations d’urgence d’UNICEF, Madame Lucia Elmi, et de la Directrice régionale d’ECHO, Madame Andrea Koulaimah, à une rencontre des hauts responsables haïtiens, y compris le nouveau Premier ministre Monsieur Gary Conille, ainsi que les autorités des villes des Cayes et de Gonaïves. La délégation a insisté sur le fait que la communauté internationale doit continuer à soutenir le gouvernement haïtien dans l’apport d’une aide vitale et d’une assistance au développement.

« Des millions de familles appellent à la fin de cette violence incessante. Il est capital d’intensifier les services de protection pour les femmes et les enfants, ces derniers subissant les plus grandes affres de cette crise, et augmenter l’aide humanitaire pour ceux-là. qui en ont besoin », a déclaré Madame Elmi, Directrice des opérations d’urgence de l’UNICEF.

Le Plan de réponse humanitaire 2024 pour Haïti sollicite 674 millions de dollars. Avec plus de la moitié de l’année s’étant écoulée, l’appel est financé à moins d’un quart du montant demandé. Le coût de l’inaction serait trop élevé si la réponse humanitaire n’est pas collectivement intensifiée en soutien à la population haïtienne. Cependant, malgré la situation sécuritaire difficile, les partenaires humanitaires internationaux et nationaux ont réussi à trouver des solutions pour apporter un appui à la population à travers le pays.

Toutefois, bien que l’aide humanitaire soit vitale, les responsables ont martelé que les défis actuels du pays sont enracinés dans des années de sous-investissement dans les services sociaux de base et que l’aide humanitaire est une solution temporaire qui ne peut résoudre les problèmes structurels profonds du pays.

« Nous devons ancrer la réponse humanitaire dans la durabilité, faire en sorte qu’elle serve de tremplin à des actions de relèvement durable » a déclaré Andrea Koulaimah, Directrice ECHO pour l’Amérique Latine et les Caraïbes. « Nous appelons la communauté internationale à ne pas évaluer cette occasion pour intensifier leurs efforts et mobiliser des ressources devant répondre aux besoins pressants tant au niveau de l’humanitaire que du développement ».

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Continue Reading

Trending