Connect with us

Dernières actualités

Pêche et aquaculture : le gouvernement encourage les locaux à investir

Published

on

Spread the love

 Avec plus de 100.000 tonnes  de produits halieutiques  capturés de manière illégale par an, les autorités militent pour que les nationaux  investissent dans ce secteur d’activités encore contrôlé par les étrangers.

 Les produits de la pêche au Cameroun contribuent fortement à la consommation locale. Le poisson par exemple tiré des eaux camerounaises fournit chaque année 300 000 tonnes  sur le marché local. Mais cette contribution à la demande nationale est menacée par  la pêche illicite. Ce sont plus de 100.000 tonnes  de produits halieutiques  qui sont capturés par an  de manière illégale, dans les eaux camerounaises selon les estimations officielles.

Selon les autorités, la pêche  INN (illicite non-déclarée et non réglementée)  est surtout pratiquée par les bateaux appartenant aux étrangers.   La grande majorité des navires de pêche  présents dans les eaux camerounaises ces 5 dernières années proviennent de  la Chine en l’occurrence. Selon l’ONG Environnemental Justice Foundation,  63% des navires de pêche présents au Cameroun en 2022 appartenaient à des étrangers contre seulement  moins de 40% pour les nationaux. Aujourd’hui, les autorités  encouragent les entrepreneurs locaux à s’investir autant dans l’aquaculture que dans la pêche industrielle. Car, les richesses tirées de ces  activités  sont jusqu’ici plutôt bénéfiques à d’autres pays. Or, le marché  existe et a un fort potentiel. La demande locale du poisson par exemple peine à être comblée. On observe encore un déficit d’au moins 200 000 tonnes de poissons par an. Ce, sans compter le marché extérieur où la qualité des produits halieutiques en provenance du Cameroun est appréciée.  Bien plus, les autorités affirment, qu’il y a de nombreux avantages pour les locaux comparés aux conditions appliquées aux étrangers. 

 «  Nous avons le projet d’appui  au développement de  l’entrepreneuriat aquacole qui a démarré.  L’Etat a également lancé un appel à manifestations  pour encourager les privés à s’investir  et nous avons de très bons résultats là-dessus. Il y a de grands industriels  qui s’investissent actuellement », souligne Guy Iréné Mimbang, directeur des pêches de l’aquaculture et des industries halieutiques au ministère de l’Elevage, des pêches et des industries animales (Minepia).

Les pratiques hors normes reprochées à ces étrangers sont diverses. Il y a entre autres, la pêche sans licence de pêche ; la pêche dans les zones de reproduction,  l’utilisation de produits  et  engins proscrits, la non-déclaration des données de capture ou encore la mauvaise déclaration.   Dans la plupart des cas, la quantité de produits prélevés n’est pas celle déclarée.  Des mauvaises pratiques  qui font en sorte que des quantités importantes de ressources halieutiques échappent au contrôle des pouvoirs publics. Les pertes fiscales  sont estimées à environ 20 milliards de FCFA par an.  Et l’impact va au-delà. « La pêche INN fait en sorte que les Etats ne rentrent pas dans les différents stocks qui sont exploités par d’autres flottes, et qu’ils ne recouvrent pas les revenus économiques  qui peuvent en provenir », précise Guy Iréné Mimbang.

Malgré tout, le gouvernement poursuit la lutte contre la pêche illicite. En 2023, 15 navires ont été sanctionnés  et 7 radiés pour des actes de pêche INN.

Aristide Takoukam, président Ammco

 « Il n’est pas question de chasser les investisseurs  étrangers »

« Aujourd’hui, c’est une formation implémentée avec notre partenaire au Ghana Cemlaws et le ministère de la pêche et des industries animales au Cameroun. Cette formation vise en effet la pêche hauturière car c’est par  ce qu’elle n’est pas bien gérée que le Cameroun a récemment eu le carton rouge de l’union européenne. Et  bien avant, le Cameroun avait reçu un carton jaune. Et cela avait été causé par  le pavillon de complaisance. C’est-à-dire, le fait qu’un pays enregistre les bateaux étrangers sans prendre la peine de vérifier leurs antécédents de pêche et permet ainsi aux navires qui ont été chassés dans d’autres pavillons d’autres Etats de se réfugier dans le pavillon camerounais. Donc le Cameroun devenait ainsi un refuge pour les navires qui ne veulent pas se conformer à la pêche durable. Pour toute économie il est toujours intéressant  d’encourager l’investissement local par ce que déjà cela permet de garder les devises et permet aussi  d’avoir un contrôle de l’activité. Il n’est pas question de chasser les investisseurs  étrangers mais  d’encourager les nationaux à s’engager dans la pêche industrielle par ce qu’il y a du potentiel. »

 

– Publicité –

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.newsducamer.com

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Dernières actualités

Accident au marché de Soppo à Buea, plusieurs victimes signalées

Published

on

Spread the love

Un accident dévastateur s’est produit ce matin au marché animé de Soppo, près de l’OIC à Buea, dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, et a fait de nombreuses victimes, selon les premiers rapports.

Un jeune conducteur a été impliqué dans l’accident, alors qu’il se dirigeait de Molyko vers le marché. Selon des témoins oculaires, le conducteur aurait perdu le contrôle de son véhicule et serait entré accidentellement en collision avec un groupe de femmes du marché, qui vendaient principalement des tomates. La cause de l’accident est toujours en cours d’enquête.

« Le jeune homme au volant conduisait de Molyko vers la zone OIC, ils ne peuvent pas dire ce qui s’est réellement passé avant qu’il ne conduise vers le marché des femmes », a déclaré un témoin oculaire choqué.

Certaines sources locales ont confirmé la mort tragique de quatre femmes, mais cette information n’a pas encore été vérifiée de manière indépendante ni confirmée par une autorité. Plusieurs personnes ont été blessées dans l’accident et ont été transportées à l’hôpital pour y recevoir des soins médicaux. Le nombre de blessés reste incertain.

Cet événement dévastateur s’ajoute à la longue liste d’accidents qui sévissent sur les routes camerounaises. Nos pensées et nos plus sincères condoléances vont aux familles des personnes décédées et blessées lors de ce tragique événement.

Nous vous tiendrons informés de tout nouveau développement concernant cette histoire.

Mimi Mefo Info

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR mimimefoinfos.com

Continue Reading

Dernières actualités

Mercato : Franck Evina dépose ses valises à FC Emmen

Published

on

Spread the love

Franck Evina s’engage au championnat des Pays-Bas -DR

Après SV Sandhausen club de troisième division en Allemagne, Franck Evina s’engage avec FC Emmen jusqu’en 2026. Le nouveau club de l’attaquant camerounais évolue en deuxième division du championnat néerlandais. Si les clauses du contrat n’ont pas été dévoilées, l’international camerounais aura pour mission de faire remonter son club à la division première.

Franck Evina sort du championnat d’Allemagne où il avait fait ses preuves avec l’équipe B du Bayern de Munich en 2017 avant de rejoindre l’équipe A en 2018. Il faut préciser que le Lion Indomptable de 24 ans a parcouru beaucoup de club du championnat allemand. Il est passé à FC Viktoria Berlin en 2022, Hanovre 96 en 2020 et le Bayern Munich. Plusieurs autres clubs en Allemagne au vu le passage du natif de Yaoundé. Le championnat des Pays-Bas donne une opportunité au joueur de se relancer dans sa carrière.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.lebledparle.com

Continue Reading

Dernières actualités

Décision du préfet du Mfoundi : L’honorable Cabral LIBII s’offusque

Published

on

Spread the love

Après l’arrêté d’Emmanuel Mariel Djikdent, préfet du Mfoundi menaçant d’expulser de son département   toute personne coupable au non-respect des Institutions et à celui qui les incarne ou qui appelle au soulèvement contre les Institutions de la République, l’honorable Cabral LIBII, président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN) pense que c’est un « abus autoritaire ».

L’arrêté du préfet signé le 16 juillet 2024 à Yaoundé fait déjà couler beaucoup d’encre et de salive chez les journalistes et les hommes politique. Pour Cabral LIBII la loi de 1990 ne donne pas ces privilèges.

« Ni la loi de 1990 relative au maintien de l’ordre, ni le décret de 2008 fixant les attributions des chefs des circonscriptions administratives que nous publions ci-joints, ne donnent au Préfet le pouvoir d’interdiction de séjour temporaire à un citoyen dans un département du Cameroun. Ce pouvoir n’existe pas même en cas d’état d’urgence », précise Cabral LIBII.

L’homme politique assimile cette décision à une à la Constitution.

« Il s’agit donc là d’une atteinte grave à la constitution du Cameroun qui dès le préambule consacre pour tout citoyen la liberté d’aller et venir et le droit de jouir d’une vie de famille normale », écrit le président du PCRN

Lebledparle vous donne l’exclusivité du message du PCRN

Dans l’hypothèse où le document portant la signature du Préfet du Mfoundi n’est pas un fake, il me paraît absolument nécessaire de dénoncer cette frappante et inadmissible dérive autoritaire.

Ni la loi de 1990 relative au maintien de l’ordre, ni le décret de 2008 fixant les attributions des chefs des circonscriptions administratives que nous publions ci-joints, ne donnent au Préfet le pouvoir d’interdiction de séjour temporaire à un citoyen dans un département du Cameroun. Ce pouvoir n’existe pas même en cas d’état d’urgence.

Il s’agit donc là d’une atteinte grave à la constitution du Cameroun qui dès le préambule consacre pour tout citoyen la liberté d’aller et venir et le droit de jouir d’une vie de famille normale.

Il s’agit également là d’une atteinte grave à tous les engagements internationaux du Cameroun consacrant la liberté d’expression et d’opinion.

Par ailleurs, l’infraction d’outrage vis-à-vis de certaines autorités publiques figure déjà dans le code pénal.

Nous prions le Préfet du Mfoundi, dans l’hypothèse où il ne s’agit pas d’un fake, de rapporter cet acte qui traduit une régression démocratique historique. Nous ne recevons pas de titres de séjours des Préfets en tant que nationaux.

CL

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.lebledparle.com

Continue Reading

Trending