Connect with us

Dernières actualités

Qui est réellement Noura Raïssa Njikam, la miss cameroun 2024

Published

on

Spread the love

En effet, le 28 juin 2024, s’est tenue à Yaoundé, la grande finale de la 17e édition de Miss Cameroun en présence de la première Dame Mme Chantal Biya.

 

L’événement dont l’organisation n’a pas échappé aux critiques regroupait 27 candidats qui ont fait des prestations diverses démontrant différentes facettes de leur beauté.

Noura Njikam est loin de faire l’unanimité après son élection et est déjà au cœur des débats.

Beaucoup de Camerounais se plaignent du fait qu’elle n’a rien de naturel. Selon eux, d’autres candidates étaient mieux placées pour remporter ce titre.

 

« Quand je la verrai en face et sans la peinture sur la face, je saurai.

Mais en attendant, aucun de nous n’aime le type de maigrichonnes sans fesses et sans seins que le COMICA nous refourguer chaque année en nous faisant croire que ce sont les plus belles ».

 

« Même elle-même est étonnée quand on lui dit qu’elle est une reine de beauté. Pire la plus belle du Cameroun ».

 

« Normalement, une Miss Cameroun, qui est également une miss AFRICAINE, est censée être naturelle, avec ses vrais cheveux naturels. Et non avec ces chapeaux qui leur servent de cheveux. Si j’étais dans le jury, tu n’es pas naturelle, n’espère même pas. On est fatigué avec les perruques. Nous sommes en Afrique là ».

 

« Rien de naturel. Finalement, cette compétition ne fait pas la promotion de la beauté africaine. Pour moi, elle ne sert à rien ».

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Dernières actualités

La France joue sa dernière carte dans un partenariat fragile

Published

on

Spread the love

France 14 juillet

Dans un contexte géopolitique tendu pour l’Hexagone, l’ambassadeur de France au Cameroun tente de rassurer et de resserrer les liens. Comme le rapporte 237online.com, le discours du 14 juillet 2024 à Yaoundé sonne comme un appel désespéré à préserver l’influence française dans son ancien pré carré, alors que le sol se dérobe sous ses pieds ailleurs en Afrique.

Un plaidoyer pour l’action qui masque mal l’inquiétude

L’ambassadeur insiste lourdement sur le « faire ensemble », comme pour conjurer le spectre d’un Cameroun qui pourrait suivre l’exemple du Sahel. Cette rhétorique de l’action commune semble être le dernier rempart contre la perte d’influence française dans le pays.

Des projets qui peinent à cacher les failles du partenariat

De Nachtigal aux programmes de santé, l’énumération des réalisations franco-camerounaises ressemble plus à un bilan désespéré qu’à une véritable projection vers l’avenir. La France cherche-t-elle à se convaincre elle-même de son utilité au Cameroun ?

La culture et l’éducation, ultimes leviers d’une influence déclinante

L’accent mis sur les échanges culturels et universitaires trahit la crainte de voir s’effondrer les derniers piliers de la Françafrique. Ces domaines restent-ils les seuls où la France peut encore prétendre à une certaine légitimité ?

Un travail de mémoire qui arrive bien tard

L’évocation d’une commission mémorielle sur le rôle de la France dans la répression post-indépendance sonne comme un aveu tardif. N’est-ce pas là une tentative in extremis de sauver une relation compromise par des décennies d’ingérence ?

Le discours de l’ambassadeur français au Cameroun révèle en filigrane les angoisses d’une puissance en déclin sur le continent africain. Entre les lignes, on lit la peur de voir le Cameroun suivre l’exemple du Sahel et tourner le dos à son ancien colonisateur. La France saura-t-elle réinventer sa relation avec l’Afrique, ou est-elle condamnée à voir son influence s’éroder inexorablement ?

Par Émilie Nguembou pour 237online.com

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.237online.com

Continue Reading

Dernières actualités

Le Groupe BOCOM défie les géants hôteliers, Ibis Douala change de main

Published

on

Spread the love

Un séisme vient de secouer le paysage hôtelier camerounais. Comme le rapporte 237online.com, l’homme d’affaires Dieudonné Bougne, à la tête du Groupe BOCOM, vient de racheter l’hôtel Ibis de Douala pour la somme astronomique de 26 millions d’euros. Cette acquisition audacieuse marque un tournant dans l’industrie hôtelière du pays et pose la question de l’avenir du secteur touristique camerounais.

Un entrepreneur local face aux géants internationaux

Dieudonné Bougne n’est pas un novice dans le monde des affaires. Connu pour ses activités dans les hydrocarbures, le recyclage et l’exploitation minière, il ajoute aujourd’hui une corde prestigieuse à son arc. En rachetant l’Ibis Douala, il lance un défi direct aux grands groupes hôteliers internationaux qui dominent traditionnellement le marché.

Une transaction qui soulève des questions

Le montant de 26 millions d’euros (plus de 15 milliards de FCFA) pour cette acquisition soulève des interrogations. Comment un entrepreneur local a-t-il pu mobiliser une telle somme ? Cette transaction ne cache-t-elle pas des enjeux plus profonds sur l’avenir économique du Cameroun ?

Un pari sur l’avenir du tourisme camerounais

En investissant massivement dans l’hôtellerie de luxe, Bougne semble parier sur un boom du tourisme au Cameroun. Mais dans un contexte économique incertain et face à une concurrence internationale féroce, cette stratégie est-elle viable ? Le Cameroun peut-il vraiment devenir une destination touristique de premier plan ?

L’acquisition de l’Ibis Douala par Dieudonné Bougne est bien plus qu’une simple transaction immobilière. Elle symbolise l’émergence d’une classe d’entrepreneurs camerounais prêts à défier les multinationales sur leur propre terrain. Mais au-delà du symbole, cette opération soulève des questions cruciales sur l’avenir économique du pays.

Le rachat de cet établissement emblématique par un acteur local pourrait-il marquer le début d’une « camerounisation » de l’économie ? Ou n’est-ce qu’un coup d’éclat isolé ? L’avenir nous dira si Bougne a fait un pari visionnaire ou s’il s’est lancé dans une aventure trop risquée.

Par Jean-Paul Dzomo Nana pour 237online.com

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.237online.com

Continue Reading

Dernières actualités

Un joyau touristique aux multiples facettes

Published

on

Spread the love

Le Cameroun, souvent appelé « l’Afrique en miniature« , est une destination touristique qui ne cesse de surprendre par sa diversité. Des plages dorées de Kribi aux brouillards éternels du mont Cameroun, en passant par les savanes du Nord et les forêts denses de l’Est, ce pays d’Afrique centrale offre un condensé des merveilles du continent.

Une nature à couper le souffle

Le parc national de Waza, dans l’extrême-nord du pays, est un must pour les amateurs de safari. Lions, éléphants, girafes et une multitude d’oiseaux y vivent en liberté. Pour les visiteurs chanceux, l’expérience peut être aussi excitante que gagner de l’argent au casino, avec l’adrénaline en plus ! Plus au sud, les chutes de la Lobé, où la rivière se jette directement dans l’océan Atlantique, offrent un spectacle unique au monde.

Une mosaïque culturelle fascinante

Avec plus de 250 groupes ethniques, le Cameroun est un véritable kaléidoscope culturel. Chaque région a ses traditions, son artisanat et ses festivals. Les marchés animés de Bafoussam, Douala et Yaoundé regorgent de tissus colorés, de sculptures et de bijoux traditionnels. Pour ceux qui préfèrent découvrir la culture locale de manière plus détendue, certains hôtels offrent même la possibilité de jouer gratuitement depuis chez vous à des jeux inspirés des traditions locales.

Une gastronomie qui éveille les sens

La cuisine camerounaise est un festival de saveurs. Du ndolé, plat emblématique à base de feuilles amères et de viande ou de poisson, au koki, gâteau de haricots cuit à la vapeur dans des feuilles de bananier, chaque bouchée est une découverte. Les amateurs de street food ne manqueront pas de goûter aux brochettes de soya, vendues à chaque coin de rue.

Des hébergements pour tous les goûts

Que vous préfériez le luxe du Hilton de Yaoundé, le charme des petits hôtels de caractère ou l’authenticité des écolodges en pleine nature, le Cameroun a de quoi satisfaire toutes les envies. Beaucoup d’établissements proposent des activités pour agrémenter votre séjour, de la randonnée aux cours de cuisine traditionnelle.

Des défis à relever

Malgré ses atouts indéniables, le tourisme au Cameroun fait face à plusieurs défis. L’insécurité dans certaines régions, notamment dans l’Extrême-Nord et les zones anglophones, freine le développement du secteur. Les infrastructures, bien qu’en constante amélioration, nécessitent encore des investissements importants.

Un potentiel touristique en plein essor

Le gouvernement camerounais a fait du tourisme l’une de ses priorités pour diversifier l’économie du pays. Des efforts sont entrepris pour améliorer l’accueil des visiteurs, former le personnel hôtelier et promouvoir les attractions du pays à l’international. Des campagnes de promotion mettent en avant la diversité naturelle et culturelle du pays.

Le Cameroun, avec sa nature luxuriante, sa culture riche et son peuple accueillant, a tous les atouts pour devenir une destination touristique majeure en Afrique. Si vous cherchez une expérience authentique, loin des sentiers battus, ce pays d’Afrique centrale saura vous surprendre et vous enchanter.

Que vous soyez amateur de nature, passionné d’histoire ou simplement à la recherche de nouvelles saveurs, le Cameroun vous ouvre ses portes. N’attendez plus pour découvrir ce joyau méconnu de l’Afrique !

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.237online.com

Continue Reading

Trending