Connect with us

Afrique

Senegal Election: Outgoing President Macky Sall warns against premature victory claims

Published

on

Spread the love

As millions of voters in Senegal went to the polls this Sunday, March 24th, 2024, to elect their new president, Macky Sall has cautioned presidential candidates against prematurely claiming victory in the upcoming election.

After casting a vote in the central western town of Fatick, he said, “It is neither up to a candidate nor to a (political) camp to proclaim victory or results.”

Sall added that the polling stations will be the only ones to determine the election’s outcome. Sall, who was voting alongside his wife, is not seeking re-election.

‘Impressive’ turn out

Election observers like Babacar Gueye, who heads Senegal’s COSCE civil society network of observers, have said turnout among the more than 7 million registered voters appeared to be high in the morning.

“At the opening of polling stations today, I have never in the past 15 years have seen so many people going to vote,” Babacar Gueye, told The Associated Press.

The election has been described as a tightly contested one, with several young candidates vying for the top job.

Meet the candidates

In the lead-up to Sunday’s highly anticipated election in Senegal, the release of opposition leader Ousmane Sonko from prison last week sparked jubilant celebrations in the streets of Dakar and reignited enthusiasm for the electoral race. Sonko, previously barred from running due to a defamation conviction, is now throwing his support behind his key ally, Bassirou Diomaye Faye, who was also recently released from incarceration.

Expressing her support for Faye, 52-year-old cook Khodia Ndiayes stated, “I’m proud to have voted. We need a new president because life is expensive, the economy is bad, and we need better schools.”

Amadou Ba, Sall’s “confident” candidate

Amadou Ba is the presidential candidate for Senegal’s governing coalition. After voting this Sunday in Dakar, the former prime minister Amadou Ba, said he was “very confident” of a first-round election victory.

“There is no doubt that at the end of today we should know the next president of the republic,” he said, adding he was “very, very, very confident” of his chances.

Prime Minister Amadou Ba, 62, is a ruling party candidate and Sall’s preferred successor. The former minister of economy and finance and then foreign affairs, Ba, presents himself as a candidate for stability and the continuity of the incumbent’s economic record, while also promising a return to calm after months of political crisis.

Ba focused his campaign programme on youth employment in a country where three-quarters of the population is under 35. His key promise: is to create 1 million jobs by 2028 through public/private partnerships and investment in agriculture, industry, infrastructure, and renewable energies.

He also calls for updating “conventions and contracts signed by the state of Senegal in the field of natural resources,” providing a minimum financial allowance to the elderly, and accelerating the construction of a national school of cultural arts and crafts.

The lone female candidate

Senegal’s only female presidential candidate may stand little to no chance of winning Sunday’s election, but activists say her presence alone is helping to advance a decadeslong campaign to achieve gender equality in the West African nation.

Anta Babacar Ngom, a 40-year-old business executive, is a voice for both women and young people — groups hit hard by the country’s economic troubles, widespread unemployment, and rising prices. She has promised to create millions of jobs and a bank for women to support their economic independence.

“Our country has enormous potential. The natural resources are there, and they can be developed,” she told The Associated Press in a recent interview. “The young girls I meet ask for my support. They do so because they know that when a woman comes to power, she will put an end to their suffering. I’m not going to forget them.”

Few expect Ngom to emerge among the leading candidates for the presidency, but activists say the fact that a woman has made it to the presidential race for the first time in years reflects how women are inching ahead in the struggle for equality.

Bassirou Diomaye Faye

Bassirou Diomaye Faye, 44, a replacement for opposition leader Ousmane Sonko, who was excluded from the presidential race in January, has had even less time than other candidates to campaign in person. The cofounder of the opposition Pastef party, who was released from prison along with Sonko on March 14, is campaigning against the country’s political class and promises to reclaim Senegal’s “sovereignty,” a term used 18 times in his electoral platform.

To this end, Faye proposes getting rid of the CFA franc inherited from the colonial era to introduce a new currency, and to make the teaching of  English widespread in a country where the official language is French. He also says he wants to renegotiate mining and hydrocarbon contracts, as well as defence agreements.

The Pastef platform also aims for institutional reform with the creation of the role of vice president and safeguards to check the power of the president, including potential removal from office.

Abdoulaye Wade

Former prime minister Idrissa Seck, who served under ex-president Abdoulaye Wade between 2002 and 2004, is running in a fourth consecutive presidential race.

The 64-year-old former Sall opponent, who long maintained the suspense surrounding his eventual candidacy, has put his political experience and knowledge of the inner workings of government to use in his bid to win over voters.

Among his signature proposals are compulsory military service, the creation of a common currency for West African countries, and a fund financed by oil and gas companies to compensate for damage to the fishing industry.

The founder of Senegal’s Rewmi party also proposes to devote 60 percent of public investment to areas outside the Dakar region.

Khalifa Sall

Sall (no relation to the outgoing president) is another Senegalese political heavyweight trying his luck in the race. Sentenced to five years in prison and a fine of 5 million CFA francs for fraud and embezzlement of public funds in 2018, the leader of the Taxawu Senegal coalition was barred from entering the 2019 presidential contest.

Macky Sall’s rival has since returned to politics thanks to a presidential pardon and a law authorising the restoration of civil rights for convicted people who were amnestied following a national dialogue initiated by the government in May 2023.

In this election, the 68-year-old Sall is presenting himself as the candidate to heal a “damaged” country. The man who sees himself as the heir to Senegal’s socialist party promises to institute a citizen-initiated referendum. He also pledges to devote at least 1,000 billion CFA francs (1.5 billion euros) of the annual national budget to agriculture.

Sall’s foreign policy programme aims to “diversify and rebalance” diplomatic and economic partnerships by “strengthening (global) south-south cooperation and cooperation with emerging countries.”

The election comes after President Macky Sall unsuccessfully tried to postpone the Feb. 25 vote until the end of the year, sparking violent protests. The constitution forbids Sall from seeking a third term.

Official results are expected next week, but in previous elections, candidates have announced their predictions on the same evening as the vote.

Analysts predict that no candidate will secure more than 50% of the vote, necessitating a runoff election.

Mimi Mefo Info

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Afrique

Douala : Un corps retrouvé 6 mois après la disparition du défunt

Published

on

Spread the love

Une découverte tragique a eu lieu au quartier PK14 de Douala, plus précisément au lieu-dit “Antenne Orange Kwalong”. Joseph Bem Djong Issouk, âgé de 61 ans, porté disparu depuis le 27 novembre 2023, a été retrouvé sans vie ce mercredi 24 avril 2024, soit six mois après sa disparition.

Les circonstances entourant ce décès restent pour le moment inconnues, laissant la communauté dans l’attente de plus d’informations. Les autorités ont entamé des enquêtes pour élucider les circonstances de cette triste découverte et déterminer les causes du décès de Joseph Bem Djong Issouk.

Cette nouvelle a profondément ému les habitants de ce quartier, qui depuis plusieurs mois étaient sans nouvelles de ce dernier. Tous espèrent que la lumière sera faite sur ce drame. En attendant les résultats des enquêtes, la communauté reste en deuil et attend des réponses sur cette perte tragique.

Gilles Noubissie

Continue Reading

Afrique

Marafa Hamidou Yaya sort de son silence

Published

on

Spread the love

Après plusieurs années de mutisme, l’ancien secrétaire général à la présidence de la République prend en fin la parole. Dans une interview accordée à nos confrères de Jeune Afrique, Marafa Hamidou Yaya se donne à cœur ouvert. Ses conditions d’incarcération, sa situation sanitaire, sa vision actuelle du Cameroun, la justice, ses regrets etc tout y passe. MMF vous propose un extrait de cette interview.

Pourquoi accepter de prendre la parole aujourd’hui ?

La situation de mon pays, le Cameroun, est trop grave pour que je reste silencieux. Il est de mon devoir de m’exprimer, quitte à ce que mon régime d’incarcération, déjà extrêmement strict, soit durci après la publication de cette interview. Il est probable que ce durcissement affectera mes codétenus. J’espère qu’ils me le pardonneront.

Quelles sont vos conditions de détention ?

Je perds la vue. Tous les spécialistes recommandent une « opération de la dernière chance » pour m’éviter de devenir totalement aveugle. Comme cette opération n’est possible qu’à l’étranger, j’ai adressé au président de la République plusieurs demandes d’autorisation d’évacuation médicale. Elles sont restées sans réponse. Il en va de même des appels humanitaires qui lui ont été adressés par des personnalités nationales et étrangères de premier rang, auxquelles je veux dire ici toute ma gratitude. Le silence du président Biya a fait dire à une ancienne ambassadrice des États-Unis au Cameroun : « Je suppose que Paul Biya attend que Marafa devienne aveugle ! C’est franchement une punition digne du Moyen Âge. Pas de l’Afrique moderne. »

Si cette évacuation n’a pas lieu rapidement, le seul remède sera inévitablement à terme de me retirer les globes oculaires. En effet, je souffre de violents maux de tête de plus en plus fréquents à cause de la pression oculaire. Ce handicap rend mes conditions d’incarcération au secrétariat d’État à la Défense [SED] encore plus difficiles qu’auparavant. Je ne bénéficie ni d’assistance ni d’aménagements. Dans mes demandes d’évacuation sanitaire, j’ai sollicité un placement en résidence surveillée, ce qui me permettrait de recevoir une aide pour les gestes du quotidien. Comme je l’ai indiqué, tout cela est resté sans réponse.

Avez-vous le sentiment d’être retenu en prison parce que vous représentez une force politique que certains souhaitent neutraliser ?

Sur les six condamnés dans ce dossier, combien sont aujourd’hui encore en prison ? Un seul, moi. Le dernier à avoir été libéré l’a été il y a quatre ans. Ceci alors que, contrairement à d’autres, j’ai été condamné pour une prétendue « complicité intellectuelle », sans le moindre signe de détournement ou d’enrichissement personnel. Mon maintien en détention et la torture que je subis, en particulier à travers le refus de soins, car il s’agit bien de torture en termes juridiques, ne peuvent donc avoir qu’un caractère politique. C’est pour cela que l’ONU demande ma libération immédiate depuis 2016, et que les États-Unis, avec d’autres pays, me placent sur leur liste de prisonniers politiques depuis de nombreuses années.

Mon cas n’est pas isolé. L’opération Épervier a donné lieu à des condamnations extrêmement lourdes, qui apparaissent aujourd’hui comme aléatoires, arbitraires, politiquement biaisées ou infondées. Sous ce régime, le recours à la torture est devenu systémique. Il en a fait une pratique d’État, dont a été victime en janvier 2014 Christiane Soppo, mon ancienne collaboratrice, assassinée à coups de machette. Dans une lettre ouverte de mars 2014, j’écrivais que « le martyre de Madame Soppo représent[ait] […] l’émergence d’une justice parallèle, extrajudiciaire, aux mains de groupes d’individus qui, en fonction de leurs intérêts, prononcent des sentences de mort secrètes exécutées par des hommes de sac et de corde ».

Si le pouvoir vous perçoit comme une menace, vous le paierez de votre liberté ou de votre vie ?

C’est une pratique d’État dont a été victime en janvier 2023 votre confrère, le courageux journaliste Martinez Zogo, mort sous les sévices atroces de membres des services de renseignement. Ces déchaînements de violence ne sont pas des épisodes isolés mais s’inscrivent dans un système stable et institutionnalisé. Cette violence extrême n’est pas que délibérée. Elle est mise en scène, transformée en spectacle. Il était très facile pour ses tortionnaires de faire disparaître le corps de Martinez Zogo. Ils ont fait en sorte qu’il soit retrouvé. C’est la même logique, bien sûr poussée beaucoup moins loin, qui explique le caractère public de l’acharnement que je subis. Le message à nos compatriotes est clair. Si le pouvoir vous perçoit comme une menace, vous le paierez de votre liberté ou de votre vie.

Lorsque j’étais enfant, notre hymne national, changé depuis, célébrait la sortie du Cameroun de la « barbarie » et de la « sauvagerie » passées. Bien sûr, dans le contexte colonial, c’était une référence à la prétendue arriération de notre peuple. Mais aujourd’hui, pour de bon, le régime nous plonge dans une barbarie et une sauvagerie véritables, maniées avec calcul comme des vecteurs d’oppression.

S’il vous était donné de revenir en arrière, auriez-vous accordé votre confiance en la justice camerounaise ?

Je m’attendais à mon arrestation. De hauts responsables du régime m’avaient suggéré

de m’exiler. Mais j’ai suivi mon cœur. J’ai choisi de me présenter devant la justice de mon pays. Mes compatriotes n’auraient pas compris que je ne le fasse pas. On ne peut pas exercer des responsabilités publiques, en tout cas avec la conviction sincère et le sens du devoir qui m’ont toujours animés, et choisir la fuite. Ai-je eu tort ? Si les sacrifices ont été nombreux et pénibles, ma plus grande douleur est de n’avoir pas pu assister Jeannette, ma femme, dans les derniers temps de sa maladie, dont elle est morte en 2017 en France. J’en avais demandé l’autorisation. Elle m’a été refusée.

Avez-vous le sentiment d’avoir été trahi par le président Paul Biya ?

Non, pas personnellement, car nous n’avions aucun pacte. Il ne m’avait jamais assuré de son appui ou de son amitié, et je ne lui avais jamais demandé de le faire. Je reste honoré des importantes responsabilités qu’il m’a confiées, car elles m’ont permis d’œuvrer au bien du pays, à ma mesure et malgré les nombreuses résistances auxquelles j’ai fait face. Si trahison il y a, ce n’est pas vis-à-vis de moi, mais envers notre Constitution, qui fait du président de la République le garant de l’indépendance de la justice. Or, ainsi que l’illustrent mon cas personnel et de multiples scandales récents, la justice est instrumentalisée au vu et au su de tous. Le peuple camerounais est le témoin désabusé et inquiet de cette dérive. Je pense au philosophe Pascal : ne pouvant fortifier la justice, le président a justifié la force.

Paul Biya a-t-il encore les moyens de retourner cette situation ?

Oui et non. Non, parce que le marasme est trop général et que le système que le président a mis en place, et dont héritera son successeur, rend tout changement de fond impossible. Oui, car c’est toujours lui qui dirige notre pays et qui est responsable de ses destinées. Oui, encore une fois, car il est en capacité de prendre la seule mesure qui, dans les circonstances actuelles, serait salvatrice : redonner la parole au peuple ! Les prochaines élections, qu’il s’agisse des législatives ou de la présidentielle, ne suffiront pas à remettre le pays sur la bonne voie, et ce quels qu’en soient les vainqueurs.

Ce qu’il faut au pays, et ce à quoi j’appelle, c’est l’organisation d’une sorte de Commission Vérité, Réconciliation et Refondation. La dimension « Vérité et Réconciliation » évoque bien sûr ce qu’a fait l’Afrique du Sud pour exposer au grand jour les crimes du régime d’apartheid. La même démarche est nécessaire au Cameroun, où le caractère systémique des crimes et scandales d’État que j’évoquais plus haut est tel que certains n’ont même pas conscience de leur responsabilité. Je pense en particulier à certains juges et à certains policiers, instrumentalisés par le régime.

Les coups d’États se multiplient et se banalisent en Afrique. Pensez-vous qu’il faille en craindre un au Cameroun ?

Il y a eu sept coups d’État ces trois dernières années en Afrique. L’adhésion au modèle démocratique recule de manière radicale. Aujourd’hui, selon une étude, 53 % des Africains pourraient soutenir un coup d’État dès lors qu’ils estiment leurs dirigeants incapables ou corrompus. Les raisons ? Une pauvreté et une insécurité persistantes ou grandissantes, la perception d’une corruption omniprésente, mais aussi le déferlement d’une vague mondiale de populisme à laquelle l’Afrique n’échappe pas. Ce populisme, en

Europe ou aux États-Unis, se traduit par la stigmatisation de l’immigré comme profiteur, parasite et délinquant.

En Afrique, ce que l’on commence à appeler « l’afro-populisme » conduit au rejet massif de tout ce qui a une coloration occidentale, y compris le modèle démocratique. Même si je comprends et partage le désarroi, voire le désespoir, de nombre de mes compatriotes et de nombre d’Africains, je reste persuadé que cette voie du populisme est stérile. La seule solution offerte par les populistes, c’est le rejet de l’autre. On ne bâtit pas l’avenir sur ces sables mouvants. Le populisme est aussi irréaliste. On peut rejeter l’histoire commune de la France et de l’Afrique, rejeter son héritage inégalitaire, voire prédateur. On ne peut pas rejeter la géographie : l’Europe et l’Afrique seront pour toujours voisins.

Qu’en est-il de votre avenir à vous ?

Je crois pouvoir encore aider mon pays. J’ai pour cela la volonté, les idées et l’expérience. Toutefois, ma santé et ma survie sont entièrement soumises à l’arbitraire du président de la République, Paul Biya. Mais pour ce qui est de mon engagement futur au service de mon pays, il reste aux mains de la Providence. Ma génération semble avoir échoué dans son rêve de construire un Cameroun nouveau. Une mission plus impérieuse nous appelle. Elle consiste à empêcher que le Cameroun ne s’autodétruise irréversiblement.

Avec Jeune Afrique

Continue Reading

Afrique

Volleyball: Cash flow tension at MINSEP threatens Cameroon’s participation in competitions

Published

on

Spread the love

By Gilles Noubissie

The Cameroon national volleyball team finds itself entangled in a financial dispute that threatens its participation in future competitions.

Ivan Kody, a member of the team, has raised concerns about the unpaid participation bonuses from the African Nations Cup 2023, which have been pending for over nine months.

The delay in addressing the players’ grievances has had serious repercussions, leading many to boycott the upcoming 2024 African Games.

This decision reflects the frustration and discontent among the athletes who feel neglected and undervalued.

Christian Tchapmi, the director of communications at Fecavolley, responded to the allegations when the editorial team of Mimi Mefo Info contacted him.

He emphasized that there has been no repression against the players for demanding their rightful bonuses.

He acknowledged that the players received partial payments upon their return from the competition, where they achieved a commendable fourth place overall.

However, Tchapmi clarified that the responsibility for the payment of bonuses lies with the Ministry of Sports (MIMSEP).

Due to cash flow issues raised by the government, Fecavolley pre-financed several competitions, including the U19 World Championships and the African Senior Women’s Nations Championships.

Despite their efforts, the federation has been met with bureaucratic delays in obtaining the remaining funds from the Ministry of Sports.

Tchapmi assured that Fecavolley has taken official steps and provided all necessary documentation to expedite the resolution of the issue.

“This is not blackmail,” Tchapmi emphasized, seeking to allay fears among the players.

“Arrangements have been made to ensure that the remaining bonuses are paid to the players.”

The financial tension within MINSEP (Ministry of Sports and Physical Education) is a cause for concern, as it not only affects the morale and well-being of the athletes but also jeopardizes the country’s representation in international competitions.

Without timely resolution, the future of Cameroon’s volleyball team hangs in the balance, casting a shadow over their aspirations for success on the global stage.

©Mimi Mefo Info

Continue Reading

Trending