Connect with us

Actualité

Sénégal : Bassirou Diomaye Faye opère de nouvelles nominations

Published

on

Spread the love

Au Sénégal, le président de la république Bassirou Diomaye Faye a procédé à de nouvelles nominations. L’annonce a été faite à l’issue du conseil des ministres de ce mercredi 29 mai.

Trois nouveaux directeurs nommés par Bassirou Diomaye Faye au Sénégal

Au cours du conclave gouvernemental de ce mercredi, certaines personnalités ont eu le mérite d’être promues par le chef de l’Etat. Ainsi, Bassirou Diomaye Faye a nommé de nouvelles personnes à la tête de trois directions. Il s’agit de la police nationale, de l’administration pénitentiaire puis de la Société nationale de Gestion des Déchets (SONAGED).

Au niveau de ces trois directions, l’actuel homme fort du Sénégal Bassirou Diomaye Faye, a pris les décisions suivantes :

  • Le Contrôleur général Mame Seydou NDOUR, précédemment Directeur de la Police de l’air et des frontières est nommé Directeur général de la Police nationale, en remplacement de l’Inspecteur général de Police Seydou Bocar YAGUE, appelé à d’autres fonctions ;
  • Monsieur Aliou CISS, Inspecteur de l’Administration pénitentiaire, précédemment Directeur général adjoint de l’Administration pénitentiaire est nommé Directeur général de l’Administration pénitentiaire en remplacement du Colonel Abdoulaye DIAGNE,
    appelé à d’autres fonctions ;
  • Monsieur Khalifa Ababacar SARR, Ingénieur en géomatique et Spécialiste en gestion des déchets solides et assimilés, est nommé Directeur général de la Société nationale de Gestion des Déchets (SONAGED), en remplacement de Monsieur Abou BA, appelé à d’autres fonctions.
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Burkina-Faso : L’ONU demande des enquêtes sur les massacres contre les civils

Published

on

Spread the love

La situation des Droits de l’Homme au Burkina-Faso continue de se détériorer, selon le constat du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. Dans un communiqué publié fin mai, l’ONU a exhorté le gouvernement burkinabé à mener des enquêtes sur les exactions et massacres perpétrés contre les populations civiles, attribués à la fois aux terroristes et aux forces de sécurité nationale.

Volker Türk, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, a formellement demandé au gouvernement de transition du Burkina Faso de prendre des mesures immédiates pour identifier et poursuivre les responsables de ces violations des droits humains. « Il est impératif que des enquêtes soient diligentées pour garantir justice et réparation aux victimes », a-t-il déclaré.

Marta Hurtado, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, a souligné l’obligation du Burkina Faso de se conformer aux conventions internationales des droits de l’homme auxquelles il est signataire.

Cependant, la mise en place de ces enquêtes pourrait s’avérer complexe et longue. Le climat de violence persistante, exacerbé par les attaques terroristes et les tensions au sein des forces de sécurité, complique considérablement la situation sur le terrain. Malgré ces défis, l’ONU insiste sur l’importance de la transparence et de l’impartialité dans le processus d’enquête pour restaurer la confiance de la population dans les institutions nationales.

La communauté internationale observe avec une inquiétude croissante l’évolution de la situation au Burkina Faso. Les appels à une action immédiate et concrète se multiplient, soulignant l’urgence d’une réponse gouvernementale efficace pour endiguer la spirale de violence et rétablir le respect des droits de l’homme dans le pays.

En attendant, les populations civiles du Burkina Faso continuent de subir les conséquences dramatiques de cette crise humanitaire et sécuritaire. Les regards sont désormais tournés vers le gouvernement de transition, en espérant des actions significatives et promptes pour remédier à cette situation critique.

Continue Reading

Actualité

Décès de Blanche Tunasi, l’épouse du célèbre pasteur Marcello Tunasi

Published

on

Spread the love

C’est avec une profonde tristesse que la toile et les fidèles de la communauté chrétienne Compassion ont appris le décès ce mercredi 12 juin 2024 de Blanche Tunasi, épouse du célèbre pasteur congolais Marcello Tunasi.

Selon plusieurs pages et médias, cette dernière serait décédée suite à une crise cardiaque ce mercredi 12 juin 2024.

Plusieurs internautes ont réagi à cette nouvelle et rendu hommage à la femme de l’homme de Dieu. Beaucoup ont également lancé des mots d’encouragement à l’égard du pasteur Marcello.

En Côte d’Ivoire, le pasteur Camille Makosso a également réagi à travers sa page Facebook :

« Je prie dieu de tout cœur que cette information soit fausse, car c’est l’épreuve la plus traumatisante pour un homme de perdre sa femme de façon brusque.

Tes ennemis viendront ouvrir toutes sortes de rumeurs que, hélas, les malades mentaux vont accepter et les propager sans connaître votre douleur. 

Pasteur Marcello, je connais cette douleur qui ne vous quittera jamais malgré tout le bonheur que vos enfants vous accorderont.

Retenez juste une seule chose : « elle est avec Abraham, Moïse, Élie et Jésus dans un monde sans plus aucune souffrance et cette douleur doit être transformée en jour de fête pour une guerrière qui a accompli sa mission et monte au ciel prendre sa récompense ».

Pour rappel, Camille Makosso a également perdu son épouse il y a 4 ans de cela, une épreuve qu’il a dû affronter jusqu’à aujourd’hui.

Pour l’heure, aucune information formelle n’a été communiquée sur le décès de la femme de Marcello Tunasi.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.lebledparle.com

Continue Reading

Actualité

Centrafrique : 2 français arrêtés avec des armes à Bangui

Published

on

Spread the love

En Centrafrique, deux ressortissants franco-algériens ont été interpellés le lundi 10 juin par la gendarmerie avec des armes dans la capitale Bangui.

RCA : 2 français arrêtés avec des armes

À Bangui, capitale de la République Centrafricaine, deux ressortissants franco-algériens ont été arrêtés le lundi 10 juin 2024. Des armes, des munitions, des grenades, des casques militaires ont été découverts lors de la perquisition à leurs domiciles.

Ces franco-algériens, conduits dans les locaux de la Section de recherches et d’investigations, sont détenteurs de cartes de résidence à Dubaï ainsi que les saisies effectuées au cours de la perquisition. Pour l’heure, aucune communication officielle n’a filtré sur leur situation.

Selon RFI, ces individus seraient impliqués dans le secteur minier avec des opérateurs économiques étrangers, mais aussi avec des personnalités politiques centrafricaines importantes. Ces arrestations interviennent dans un contexte marqué par un début de dégel des tensions entre Bangui et Paris.

Continue Reading

Trending