Connect with us

Actualité

Présidentielles aux États-Unis : Biden mise sur le droit à l’avortement

Published

on

Spread the love

Quatorze Etats ont interdit l’interruption volontaire de grossesse sur leur territoire à la suite de la décision de la Cour suprême du 24 juin 2022. C’est donc sur cette épineuse question que le président sortant Joe Biden se base pour sa campagne aux prochaines élections.

Il promet que si les électeurs lui accordent un second mandat en lui donnant une majorité en novembre 2024, il rétablirait le droit à l’avortement sur le plan national. Biden a fait cette promesse ce mardi 23 janvier, alors qu’il était en déplacement en Virginie.

Advertisement

Le 24 juin 2022, la Cour suprême des Etats-Unis annulait un arrêt fédéral, Roe vs Wade, qui garantissait depuis 1973 le droit d’interrompre une grossesse sur tout le territoire. Depuis, chaque Etat est libre de déterminer sa propre politique sur l’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

« La personne la plus responsable de la perte de cette liberté en Amérique est Donald Trump. Écoutez ce qu’il dit. Trump dit qu’il est fier d’avoir fait annuler la décision. Il dit, « il doit y avoir une punition » pour les femmes qui exercent leur droit à la liberté de procréation. Il décrit la décision de la Cour comme un miracle. Mais pour les femmes américaines c’est un cauchemar », dénonçait la vice-présidente Kamala Harris lors d’un déplacement dans l’État clé du Wisconsin.

Advertisement

En revanche, dans une dizaine d’Etats notamment en Californie, dans l’Etat de New York ou Washington, l’accès a été étendu. Professionnels et patients bénéficient du droit d’être protégés.

Des millions de femmes et de filles à travers les États-Unis continuent de réclamer l’accès aux soins de santé sexuelle et reproductive, suite à cette décision de la Cour suprême des États-Unis.

Advertisement

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Ghana : une loi contre l’homosexualité votée par les députés

Published

on

Spread the love

Au Ghana, les députés ont procédé à l’adoption d’un projet de loi qui sanctionne l’homosexualité dans le pays. C’est à l’challenge de la session du mercredi 28 février dernier que les parlementaires ont voté cette loi.

Advertisement

Le Parlement du Ghana veut désormais sanctionner les homosexuels dans le pays

Les députés du Ghana veulent désormais finir avec la communauté LGBT+ dans le pays. À cet effet, ils ont adopté une loi qui sanctionne lourdement les homosexuels ainsi que toute personne identifiée comme compagnon d’homosexuel. Selon les informations, cette loi intitulée « Droits sexuels humains et valeurs familiales », si elle venait à être promulguée par le président Nana Akuffo-Addo, exposerait les homophobes et associés à plus de 10 ans de jail.

À noter que ce projet de loi était sur la desk des parlementaires depuis trois ans. Il vient d’être adopté par les représentants du peuple. Cette loi criminalise les membres de la communauté homosexuelle ainsi que leurs sympathisants. Juste après son adoption à l’unanimité des 275 députés, les organisations internationales ont élevé la voie pour appeler à sa non-promulgation, automotive, selon elles, il s’agit d’une violation des droits humains, des libertés de parole, d’associations et autres.

Advertisement

Tout compte fait, les parlementaires ont donné leur quitus pour sanctionner les homosexuels au Ghana. Les regards sont tournés vers le président Nana Akuffo-Addo pour sa promulgation ou non.

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Rayan Mandengue signe son premier contrat professional avec l’AJ Auxerre

Published

on

Spread the love

Rayan Mandengue (18 ans) signe son premier contrat  professionnel avec l’AJ Auxerre. Bail jusqu’en juin 2027.

Le jeune ailier droit camerounais Rayan Mandengue signe son premier contrat professionnel avec AJ Auxerre Membership de Ligue 2 française. Arrivé au membership en 2021, le virevoltant ailier a d’abord évolué avec les U19  où il a inscrit 4 buts en 14 matchs avant d’intégrer la réserve du membership qui dispute la Nationwide 2 où il a participé à 15 matchs. Le jeune prodige est lié au membership jusqu’en 2027.

Advertisement

« Au poste de milieu gauche, Ryan a montré de fortes qualités athlétiques, en termes de puissance et de capacité à répéter les efforts. Sa première partie de saison en N2 constitue une belle promesse pour l’avenir. Son état d’esprit est son meilleur allié pour progresser encore techniquement et tactiquement afin de rendre son jeu plus efficace,» a confié David Carré, entraîneur de l’équipe réserve.

« Rayan est un garçon qui dégage beaucoup de puissance et de vitesse. Il doit encore progresser techniquement mais il a les qualités pour le haut niveau. C’est un garçon gentil, à l’écoute. Il a été à la préformation chez nous, puis en U17 surclassé en U19, puis encore surclassé en N2. Il a sur gravir les échelons petit à petit. Ce premier contrat professional est une étape, il a encore du travail à accomplir,» a a ajouté Jérémy Spender, entraîneur des U19.

Advertisement

 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Advertisement
Continue Reading

Actualité

Au Sénégal, un entrance de résistance exige des présidentielles avant le 2 avril

Published

on

Spread the love

Alors que le mandat du président Macky Sall prend officiellement fin le 2 avril prochain, des partis d’opposition et plusieurs plateformes de la société civile regroupés au sein d’un « entrance de la résistance » surnommé « Fippu » exige la tenue du scrutin présidentiel avant cette date.

Les élections présidentielles initialement prévu le 25 février dernier, ensuite reportées par décret présidentiel en décembre 2024 avant que cette nouvelle échéance ne soit invalidée par le Conseil constitutionnel continuent d’être le sujet principal qui cristallise le climat sociopolitique du Sénégal.

Advertisement

Le dialogue nationwide initié par Macky Sall suggest la date du 2 juin pour le 1er tour des présidentielles, impliquant que le chef de l’État reste en fonction jusqu’à l’set up de son successeur.

Ce entrance commun créé ce 29 février 2024 ne souhaite pas que le président Macky Sall fasse un jour de plus à la tête du pays.

Advertisement

L’intéressé, pour sa half, affirmait encore il y a quelques jours qu’il se retirerait le 2 avril.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending