Connect with us

Actualité

[Opinion] Tensions en Nouvelle-Calédonie : La France perd encore ses territoires d’outre-mer ?

Published

on

Spread the love

Les habitants de cette île qui sont estimés à 270 000 personnes sont déterminés plus que jamais à combattre les colonisateurs pour obtenir leur indépendance et s’échapper ainsi du contrôle qui se poursuit depuis 1853, lorsque la France a déclaré sa possession.

Yamel, porte-parole des Kanaks de Nouvelle-Calédonie pense que la quête d’indépendance est légitime, et la situation actuelle ouvre la possibilité à une potentielle guerre civile si les autorités françaises ne répondent pas aux demandes des populations.

Selon lui, la France lui ment comme elle a « menti » à ses « ancêtres » : « On a menti à nos ancêtres, on a menti à nos anciens à travers différents accords qui ont été passés. On en est à notre troisième accord après ceux de Matignon en 1988 et de Nouméa en 1998, on en a marre qu’on ne nous reconnaisse pas ».

Pour Yamel, la fièvre actuelle, d’une ampleur inégalée depuis quatre décennies, est l’occasion de réclamer leur mécontentement et dire «non, nous ne pouvons pas continuer ainsi».

Rappelons que le 13 mai, la ville Nouméa a connu une manifestation pacifique qui s’est transformée en confrontations lorsque des opposants ont incendié des magasins, des pharmacies, des stations-service et des voitures. Le bilan est de six morts, des centaines de blessées, dont des dizaines de membres des forces de sécurité.

Les populations de l’archipel revendique l’indépendance, mais Macron, engagé dans sa politique néocoloniale, ne veut pas perdre un territoire français d’une telle importance stratégique. Il faut dire qu’en terme de ressources naturelles, la Nouvelle-Calédonie est très riche en nickel, 25% des réserves mondiales sont concentrées dans cet archipel. Ce territoire est stratégique pour Paris, puisqu’il représente plus d’un quart du PIB, et le tourisme est l’une des clés principales de son économie.

Depuis quelques années, la France a commencé à perdre sa place sur la scène internationale, notamment en raison de la rupture humiliante des relations avec la plupart des pays du Sahel, suite à une « révolution » sans précédent sur le continent africain.

A mon avis, la France risque également de perdre tous ses territoires d’outre-mer dans les années à venir si le président Emmanuel Macron poursuit sa politique néocoloniale.

Ainsi, il est possible d’affirmer que la principale raison de cette perte d’influence est due à la politique asservissante menée par Paris à l’égard de ses anciennes colonies territoires d’outre-mer, à son incapacité à respecter ses accords, notamment dans les pays africains, ainsi qu’à l’ingérence de Paris dans les affaires intérieures des nations souveraines, y compris les élections et la gestion des ressources naturelles.

Abdoulaye Sissoko

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

France : Gims refuse de prester à l’ouverture des JO 2024 de Paris

Published

on

Spread the love

A un mois de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques 2024 de Paris, des noms d’artistes sont cités comme Aya Nakamura et Céline Dion. Pour l’heure, la présence du rappeur français Gims n’est pas confirmée.

Ce dernier aurait refusé carrément de faire partie des chanteurs de la cérémonie d’ouverture.

Le rappeur français d’origine congolaise Gims ne fera probablement pas partie des artistes qui donneront le coup d’envoi de cette compétition d’envergure internationale, même s’il est très apprécié dans le pays.

« On me l’a proposé. J’aurais pu le faire, mais ce n’était pas ma volonté », a confié le rappeur de 38 ans au micro du média belge Ciné-Télé-Revue en marge du NRJ Music Tour, au Palais des Congrès de Marche-en-Famenne (Belgique).

Les Jeux Olympiques de Paris 2024 sont prévus du 26 juillet au 11 août prochain.

Continue Reading

Actualité

Décès de Blanche Tunasi, l’épouse du célèbre pasteur Marcello Tunasi

Published

on

Spread the love

C’est avec une profonde tristesse que la toile et les fidèles de la communauté chrétienne Compassion ont appris le décès ce mercredi 12 juin 2024 de Blanche Tunasi, épouse du célèbre pasteur congolais Marcello Tunasi.

Selon plusieurs pages et médias, cette dernière serait décédée suite à une crise cardiaque ce mercredi 12 juin 2024.

Peut être une image de 2 personnes

Plusieurs internautes ont réagi à cette nouvelle et rendu hommage à la femme de l’homme de Dieu. Beaucoup ont également lancé des mots d’encouragement à l’égard du pasteur Marcello.

En Côte d’Ivoire, le pasteur Camille Makosso a également réagi à travers sa page Facebook :

« Je prie dieu de tout cœur que cette information soit fausse, car c’est l’épreuve la plus traumatisante pour un homme de perdre sa femme de façon brusque.

Tes ennemis viendront ouvrir toutes sortes de rumeurs que, hélas, les malades mentaux vont accepter et les propager sans connaître votre douleur. 

Pasteur Marcello, je connais cette douleur qui ne vous quittera jamais malgré tout le bonheur que vos enfants vous accorderont.

Retenez juste une seule chose : « elle est avec Abraham, Moïse, Élie et Jésus dans un monde sans plus aucune souffrance et cette douleur doit être transformée en jour de fête pour une guerrière qui a accompli sa mission et monte au ciel prendre sa récompense ».

Pour rappel, Camille Makosso a également perdu son épouse il y a 4 ans de cela, une épreuve qu’il a dû affronter jusqu’à aujourd’hui.

Pour l’heure, aucune information formelle n’a été communiquée sur le décès de la femme de Marcello Tunasi.

Continue Reading

Actualité

Burkina-Faso : L’ONU demande des enquêtes sur les massacres contre les civils

Published

on

Spread the love

La situation des Droits de l’Homme au Burkina-Faso continue de se détériorer, selon le constat du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme. Dans un communiqué publié fin mai, l’ONU a exhorté le gouvernement burkinabé à mener des enquêtes sur les exactions et massacres perpétrés contre les populations civiles, attribués à la fois aux terroristes et aux forces de sécurité nationale.

Volker Türk, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, a formellement demandé au gouvernement de transition du Burkina Faso de prendre des mesures immédiates pour identifier et poursuivre les responsables de ces violations des droits humains. « Il est impératif que des enquêtes soient diligentées pour garantir justice et réparation aux victimes », a-t-il déclaré.

Marta Hurtado, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, a souligné l’obligation du Burkina Faso de se conformer aux conventions internationales des droits de l’homme auxquelles il est signataire.

Cependant, la mise en place de ces enquêtes pourrait s’avérer complexe et longue. Le climat de violence persistante, exacerbé par les attaques terroristes et les tensions au sein des forces de sécurité, complique considérablement la situation sur le terrain. Malgré ces défis, l’ONU insiste sur l’importance de la transparence et de l’impartialité dans le processus d’enquête pour restaurer la confiance de la population dans les institutions nationales.

La communauté internationale observe avec une inquiétude croissante l’évolution de la situation au Burkina Faso. Les appels à une action immédiate et concrète se multiplient, soulignant l’urgence d’une réponse gouvernementale efficace pour endiguer la spirale de violence et rétablir le respect des droits de l’homme dans le pays.

En attendant, les populations civiles du Burkina Faso continuent de subir les conséquences dramatiques de cette crise humanitaire et sécuritaire. Les regards sont désormais tournés vers le gouvernement de transition, en espérant des actions significatives et promptes pour remédier à cette situation critique.

Continue Reading

Trending