Connect with us

International

Nouvelle-Calédonie: une réforme constitutionnelle adoptée au Sénat sur fond de tensions locales | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Le Sénat a approuvé mardi une révision constitutionnelle sensible sur l’élargissement du corps électoral du scrutin provincial de Nouvelle-Calédonie, mesure qui exacerbe les tensions entre loyalistes et indépendantistes sur l’archipel, englué dans une profonde crise économique.

La chambre haute, dominée par une alliance de la droite et du centre, a adopté ce projet de loi constitutionnelle en première lecture à 233 voix contre 99, malgré l’opposition des trois groupes de gauche qui ont dénoncé le “passage en force” du gouvernement.

Assez technique, cette révision constitutionnelle est aussi décisive que contestée. Il s’agit de permettre à tous les natifs de Nouvelle-Calédonie, ainsi qu’aux résidents installés depuis au moins dix ans, de voter aux élections provinciales, essentielles sur l’archipel où les trois provinces détiennent une grande partie des compétences.

Etabli en 1998 par l’accord de Nouméa, le corps électoral de ce scrutin est en effet gelé, ce qui a pour conséquence, 25 ans plus tard, de priver de droit de vote aux provinciales près d’un électeur sur cinq.

C’est le cas de Sébastien Buchmann, installé en Nouvelle-Calédonie depuis 15 ans. Pour ce chef d’entreprise de 56 ans, le dégel “est une évidence”, “c’est le minimum pour des gens qui contribuent à ce pays”, dit-il à l’AFP.

Dans l’autre camp, on craint au contraire que le dégel “ne vise qu’à minoriser encore plus le peuple autochtone Kanak”, s’inquiète Agnès Kawamoto, 39 ans. Cette indépendantiste, native de Nouvelle-Calédonie, estime qu’il aurait fallu parler “d’abord du contenu d’un accord (institutionnel) global” avant d’aborder la question spécifique du corps électoral. “Pas l’inverse.”

Nickel et taxe carburant

Ce projet de loi constitutionnelle doit désormais être adopté dans les mêmes termes à l’Assemblée nationale avant d’être approuvé par tous les parlementaires réunis en Congrès à Versailles au début de l’été, aux trois cinquièmes des suffrages exprimés.

Mais ce volet législatif, examiné à 17.000 kilomètres de Nouméa, reste surtout lié à un contexte local très inflammable.

L’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie reste en effet toujours en suspens: les négociations entre mouvements indépendantistes et non-indépendantistes sont à l’arrêt depuis plusieurs mois, alors que le prochain scrutin provincial est censé se tenir avant le 15 décembre.

La situation économique est tout aussi sensible, avec une filière nickel en grande difficulté et un projet controversé de taxe carburant, finalement retiré à la demande du gouvernement calédonien et de son président indépendantiste Louis Mapou après plusieurs jours de blocage des dépôts de carburant.

Plusieurs milliers de partisans de l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie (6.000 selon le Haut-commissariat de la République de l’archipel, 30.000 selon les organisateurs) ont manifesté mardi à Nouméa contre leur “marginalisation”, continuant de s’opposer à cette réforme constitutionnelle qui pourrait bouleverser les rapports de force politiques en leur défaveur.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin défend à l’inverse “une formule de compromis équilibrée, respectueuse de la démocratie et des engagements internationaux” de la France.

“Eviter l’étincelle”

Mais si le principe d’un dégel semble faire consensus au Parlement, la méthode employée par le gouvernement exaspère les oppositions et notamment la gauche.

“En choisissant de passer en force, le gouvernement refuse de retrouver l’esprit d’impartialité qui devrait guider ses choix”, a regretté la sénatrice Corinne Narassiguin, plaidant pour qu’une révision constitutionnelle n’intervienne qu’après la signature d’un accord local global sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, “pour éviter l’étincelle qui fera s’embraser tout l’archipel”.

La droite sénatoriale, première force politique de l’hémicycle, a elle validé la date des élections au 15 décembre au plus tard, mais elle a fait adopter plusieurs amendements pour “détendre” le processus, contre l’avis du gouvernement.

Le processus électoral pourra ainsi être suspendu jusqu’aux dix derniers jours précédant le scrutin, dans le cas où un accord global serait trouvé. Le gouvernement, de son côté, aurait préféré une date limite au 1er juillet, parfois perçue localement comme un ultimatum.

“Il était utile de desserrer l’étau de la discussion pour que cela ne soit pas une date butoir, voire une date de censure; et que l’accord puisse intervenir entre les parties à tout moment”, a plaidé le sénateur Les Républicains François-Noël Buffet.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

International

80e anniversaire de la Libération: Macron dans le Vercors pour un hommage inédit | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Emmanuel Macron est attendu mardi dans le Vercors pour un hommage inédit à ce maquis, “incarnation d’une France indissociable de la République” qui fut attaqué, il y a exactement 80 ans, par la milice française, avant un assaut final des troupes allemandes.

Le chef de l’Etat doit se rendre à Vassieux-en-Vercors, un petit village de la montagne drômoise entièrement détruit durant la Seconde Guerre mondiale, lors d’une nouvelle étape de son cycle mémoriel pour marquer le 80e anniversaire de la Libération.

Il s’est déjà rendu au début du mois sur le plateau des Glières, autre maquis décimé, et à la maison d’Izieu, où des enfants juifs furent raflés par la Gestapo. L’apogée des commémorations aura lieu en juin en Normandie, en souvenir du débarquement allié.

A Vassieux-en-Vercors, la cérémonie en deux temps aura lieu à partir de 15H00, d’abord à la nécropole de la Résistance puis devant le martyrologe, un bas-relief recensant les noms des victimes sur la place principale, où le président prononcera un discours. Elle est doublement inédite.

Emmanuel Macron sera en effet le premier président de la République à y prononcer un hommage. Charles de Gaulle n’y avait fait qu’une “halte rapide” en 1963, rappelle l’Elysée, tandis que Nicolas Sarkozy s’était rendu en 2009 dans le village voisin de La Chapelle-en-Vercors.

En outre, le maquis du Vercors est traditionnellement célébré le 21 juillet, date de l’assaut final et particulièrement “cruel” des troupes allemandes (840 résistants et civils tués, 570 maisons détruites). Le choix du 16 avril correspond à la première attaque de la milice française, pour ne pas occulter une “mémoire douloureuse qui perdure”, fait encore valoir la présidence.

Il faut aussi parler de cette “époque où les Français ne s’aimaient pas entre eux”, plaide un proche du président, tandis qu’un autre assume de “prendre l’histoire en bloc”. “Faire mémoire, c’est montrer aussi toutes les zones grises”, explique-t-il à l’AFP.

Formé “dès l’invasion de la zone libre” par les nazis en novembre 1942, ce maquis d’abord composé de “réfractaires” au service du travail obligatoire – mis en place par Vichy au profit de l’occupant – compta jusqu’à 4.000 hommes, dont une cinquantaine de tirailleurs sénégalais et une trentaine de lycéens polonais, a rappelé un conseiller présidentiel à des journalistes.

Le chef de l’Etat entend insister sur le caractère “exemplaire” de ce maquis, qui peu avant l’assaut allemand s’était proclamé “République libre du Vercors”, ce que l’Elysée vante aujourd’hui comme “l’incarnation d’une France indissociable de la République”.

En juillet 1944, il fut le théâtre d’intenses combats contre la Résistance, jusqu’au retrait des troupes allemandes le 12 août.

Vassieux est l’une des cinq communes élevées à la dignité de Compagnon de la Libération avec Paris, Nantes, l’Ile de Sein et Grenoble.

Continue Reading

International

Transports: le Sénat limite le droit de grève sur certaines périodes | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Vacances scolaires, jours fériés… Contre l’avis du gouvernement, le Sénat a adopté mardi une proposition de loi pour limiter les grèves dans les transports pendant certaines périodes, suscitant un débat très abrasif à quelques mois des Jeux olympiques.

Mesures nécessaires pour “assurer la continuité du service”, ou “attaques délibérées contre le droit de grève”? Les clivages ont été ravivés entre la gauche, farouchement opposée au texte, et la majorité sénatoriale de la droite et du centre, parvenue sans surprise à le faire adopter à 211 voix contre 112.

“Trop, c’est trop. Nos concitoyens n’en peuvent plus”, a lancé le chef des sénateurs centristes Hervé Marseille, auteur de cette proposition de loi déposée en février, alors qu’au moins 150.000 voyageurs avaient vu leur départ en vacances perturbé par une mobilisation des contrôleurs de la SNCF.

“Face aux excès”, il faut “rétablir un équilibre entre droit de grève et continuité du service”, a-t-il ajouté.

Le texte du patron de l’UDI octroie au gouvernement un quota de 30 jours par an durant lesquels les “personnels des services publics de transports” – excepté le secteur aérien – seraient privés de leur droit de grève, avec une limite de 7 jours d’affilée par période d’interdiction.

Ces jours sanctuarisés ne concerneraient que certaines périodes: vacances scolaires, jours fériés, élections et référendums ainsi que des événements “d’importance majeure”, comme les JO. Et l’interdiction de faire la grève serait limitée aux seules heures de pointe et aux personnels indispensables au fonctionnement du service.

“Non au blocage absolu”

“Nous disons oui au droit de grève mais non au blocage absolu de tout un pays”, a affirmé le rapporteur Philippe Tabarot (Les Républicains).

“Ce n’est pas possible, pendant les Jeux olympiques, de prendre en otage des milliers de Français qui se sont sacrifiés pour acheter des billets pour assister aux compétitions”, s’est justifié son collègue Michel Savin, alors que plusieurs syndicats menacent de se mobiliser pendant cette période.

Le texte prévoit aussi d’allonger le délai de déclaration des grévistes de 48 à 72 heures, de rehausser le “niveau minimal de service” aux heures de pointe avec un processus de réquisitions sous conditions strictes, ainsi qu’un dispositif de caducité de certains préavis non suivis d’effet, pour lutter contre les “préavis dormants” qui courent parfois pendant plusieurs mois.

Autre mesure votée: celle qui impose aux salariés souhaitant faire la grève de rejoindre le mouvement dès le début de leur service et non en cours de journée. Une manière de lutter contre les “grèves de 59 minutes”, moins coûteuses pour le salarié mais sources selon la droite d’une grande désorganisation.

Ce débat avait été rouvert lors des vacances scolaires de février, notamment par la déclaration très commentée du Premier ministre Gabriel Attal qui avait déploré une “forme d’habitude” à la grève pendant certaines périodes et affirmé que si “la grève est un droit”, “travailler est un devoir”.

“Provocation”

Mais le ministre des Transports Patrice Vergriete s’est finalement opposé au texte, questionnant sa conformité avec la Constitution et refusant de “monter les Français les uns contre les autres, ceux qui ont les moyens de partir en vacances contre ceux qui se lèvent tous les matins pour aller au travail”.

Cette position risque de compliquer les chances d’une inscription du texte à l’Assemblée nationale à court terme.

Certains membres de la majorité présidentielle ont néanmoins voté pour, comme les sénateurs Horizons qui siègent pour la plupart au groupe des Indépendants, ou leurs collègues du MoDem, affiliés au groupe centriste. Le groupe macroniste (RDPI) s’est abstenu.

L’ensemble de la gauche s’est opposée en bloc à ce texte, sans succès. “A trois mois des JO, c’est une provocation qui risque de mettre le feu aux poudres dans un contexte de grave crise sociale”, s’est inquiétée la communiste Marie-Claude Varaillas.

“La majorité sénatoriale tente de se réapproprier le droit aux vacances au nom de l’intérêt général”, a renchéri le socialiste Olivier Jacquin, son collègue écologiste Guillaume Gontard dénonçant pour sa part “un texte qui s’asseoit clairement sur notre Constitution et notre histoire”.

Ces derniers jours, la CGT transports avait aussi fustigé “l’élan de populisme” de la majorité sénatoriale, l’accusant de vouloir “mieux servir les intérêts du capital”.

Continue Reading

International

Européennes: l’écologiste Toussaint patine et traîne le boulet de l’affaire Bayou | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

A moins de deux mois de l’élection européenne, la campagne patine pour la tête de liste écologiste Marie Toussaint, qui peine à décoller dans les intentions de vote, alors que son parti se déchire sur l’affaire Julien Bayou.

Même si l’Europe est un des fondamentaux du projet écologiste, l’eurodéputée de 36 ans, qui prône la douceur dans sa campagne, est créditée autour de 6% des intentions de vote, loin du score de 13,4% de Yannick Jadot en 2019.

“On est plutôt sur une pente descendante qu’ascendante, loin des objectifs qu’on s’était fixés”, soupire un écologiste.

Marie Toussaint, peu connue du grand public malgré une campagne lancée dès décembre, pâtit de la concurrence à gauche de Raphaël Glucksmann, tête de liste PS-Place publique, sur une ligne pro-européenne, comme elle, et de l’insoumise Manon Aubry, pourtant rentrée plus tard en campagne.

“On est pris en étau entre LFI, qui a une image affirmée de radicalité, et Glucksmann, qui est en train de siphonner une partie de notre électorat”, remarque le même écologiste, regrettant une campagne “sans une identité qui permettrait de nous singulariser”.

Pour expliquer cette mauvaise passe, Marie Toussaint préfère mettre en avant “un contexte d’attaque permanente de l’écologie” par le gouvernement, la droite ou l’extrême droite et les lobbys, loin de la situation favorable de 2019 marquée par de nombreuses “marches climat”.

La patronne des Ecologistes Marine Tondelier répète à l’envi que “les sondages ne font pas l’élection et que “Jadot, le matin de l’élection, les sondeurs le donnaient à 6,5”.

A l’époque, “on était ruinés. C’était l’énergie du désespoir”, rappelle-t-elle.

Cinq ans plus tard, le parti, sorti laminé en 2022 par l’échec de Yannick Jadot à la présidentielle, a réussi à remettre ses comptes à l’équilibre. Mais les intentions de vote, qui flirtent avec la barre des 5%, seuil nécessaire pour être remboursé, font craindre le pire.

Pas question pour autant pour Marine Tondelier de rejeter la faute sur sa tête de liste.

“Quoi qu’elle fasse, Marie on dira que ça va pas (…). C’est la plus fun des candidates pourtant…”, assure-t-elle.

Ligne claire

En interne, certains s’inquiètent de cette campagne décalée, comme avec ce happening dansant devant le siège de TotalEnergies à La Défense.

“On cherche à faire des coups médiatiques mais ce dont on a besoin, c’est d’une ligne plus claire”, analyse l’écologiste cité plus haut.

Marie Toussaint a désormais le renfort d’ex-candidats Verts à la présidentielle sur sa liste, comme Yannick Jadot venu avec elle vendredi à Wattrelos (Nord) pour présenter son “plan européen de sortie des toxiques”. Mais peu de médias étaient présents.

“Les écologistes n’ont pas compris que la conscience écolo avait évolué et qu’il y avait un candidat écologiste qui a fait 22%” à la présidentielle, remarque un député LFI en référence à Jean-Luc Mélenchon. “Ils sont toujours dans un positionnement minoritaire de lanceurs d’alerte”.

Un socialiste estime de son côté que “c’est une question d’incarnation. Elle n’a pas dépassé le mur du son et en même temps ils continuent à se foutre sur la gueule”.

La campagne est en effet parasitée en interne par l’affaire Julien Bayou, l’ancien secrétaire national accusé de violences psychologiques sur son ex-compagne. Il a claqué la porte du parti début avril après l’ouverture d’une enquête confiée à un cabinet spécialisé.

Les militants sont partagés entre ceux qui réclamaient son exclusion et menaçaient d’une grève pour la campagne des européennes, et ceux qui s’offusquent des investigations internes, alors que la justice est déjà saisie.

Interrogée par l’AFP vendredi, Marie Toussaint a assuré qu’il n’y avait “pas urgence à relancer la campagne”, esquivant tout lien entre les difficultés de sa campagne et les “enjeux internes” du parti.

Samedi soir, le conseil fédéral a validé la liste définitive qui compte trois ex-candidats à la présidentielle, Yannick Jadot, Eva Joly et Noël Mamère – en position non éligible -, ainsi que des candidats d’ouverture comme Flora Ghebali (11e place), chroniqueuse des “Grandes Gueules”, pourtant critiquée en interne.

Continue Reading

Trending