Connect with us

International

Macron prône ‘l’unité’ de l’Europe mais reconnaît ses divisions sur le Proche-Orient | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Emmanuel Macron a défendu jeudi en Suisse l’Europe comme “réponse” aux crises géopolitiques, mais a dû reconnaitre que le Vieux Continent est profondément divisé face au conflit entre Israël et le Hamas, au coeur d’une petite manifestation hostile au président français.

Advertisement

Accompagné de son homologue suisse Alain Berset, le chef de l’Etat a présenté sa vision de l’Europe avant de débattre avec des étudiants, à l’Université de Lausanne, sur les rives du lac Léman.

A l’extérieur, environ 200 manifestants propalestiniens ont dénoncé sur le campus sa position sur le Proche-Orient. “Macron complice!”, ont-ils scandé, brandissant des banderoles où il était écrit “Stop génocide” ou “Free Palestine”.

Advertisement

Après un moment de tension avec les forces de l’ordre, déployées en nombre, un calme relatif est revenu.

A l’intérieur, le contraste était total avec un grand amphithéâtre, rempli d’étudiants qui avaient dû passer des contrôles draconiens pour y accéder. La presse suisse s’était fait l’écho de l’intention d’une partie d’entre eux de faire entendre leur malaise face à une position française qu’ils jugeaient trop pro-israélienne, et les organisateurs semblent avoir pris leurs précautions.

Advertisement

Ni drapeaux ni banderoles, et un débat policé. La seule question sur le sujet est posée par écrit. “Nous avons beaucoup de mal à comprendre vos positionnements”, relaie le modérateur, déclenchant des applaudissements.

Pas de “guerre totale”

Malgré la “position d’unité” affichée par l’Union européenne, “il y a beaucoup de différences sur ce sujet entre les pays” qui la composent, admet d’emblée Emmanuel Macron, soulignant que, partout, ce conflit relève à la fois de la diplomatie et de la politique intérieure.

Advertisement

Comme la veille devant la presse, il “assume totalement” sa position, qui suscite des critiques, parfois pour des raisons opposées, en France comme dans la région: “le droit d’Israël à se défendre ne justifie pas de bombarder des civils et d’avoir des enfants, des familles qui sont tués dans ces bombardements”.

“Ca ne peut pas être la guerre totale, sans règles”, insiste encore le président français, applaudi assez franchement par l’auditoire.

Advertisement

Pour cela, il plaide pour une “trêve immédiate conduisant à un cessez-le-feu humanitaire”, mais convient que “là, il n’y a pas une position unie, pour être honnête, au niveau européen”.

Or c’est bien de l’Europe dont Emmanuel Macron est venu vanter les vertus dans un pays qui a fait de la neutralité le fondement de sa politique étrangère et qui s’interroge sur ses liens avec l’Union européenne.

Advertisement

“Nous sommes déjà intimement liés à l’Europe”, glisse Alain Berset, même “sans être intégrée politiquement à l’Europe, la Suisse ne partage pas moins” ses “valeurs”.

“Besoin d’unité”

Mais alors que le projet européen a longtemps été présenté comme garantie de paix sur un continent auparavant miné par les conflits, “la guerre revient partout à nos portes”, en Ukraine, dans le Caucase, au Proche-Orient, constate le chef de l’Etat français.

Advertisement

“Face à tous les risques, d’écartèlement, de retour au nationalisme, l’Europe est la réponse”, martèle-t-il. “Penser que face à tous les défis”, “la réponse serait de revenir au nationalisme, au conflit entre les uns et les autres”, ce “serait une catastrophe”.

“Et donc nous avons, plus encore au fond qu’avant le retour de la guerre sur notre sol un besoin d’unité”, conclut-il.

Advertisement

Un discours qu’il devrait décliner dans les prochains mois à l’approche des élections européennes de juin, pour lesquelles son camp centriste et pro-européen est pour l’instant devancé dans les sondages par l’extrême droite.

Cette “unité”, elle passe selon Emmanuel Macron par l’élargissement de l’UE associé à des réformes pour fonctionner à 30 ou 35, mais aussi, pour les Etats comme la Suisse qui ne souhaitent pas y adhérer, par son initiative de Communauté politique européenne, des “projets concrets”, ou encore “des accords d’association ambitieux”.

Advertisement

Celui entre Berne et Bruxelles languit depuis des années, mais les négociations semblent en passe d’être relancées et le président français a plaidé dans sa visite d’Etat de deux jours mercredi et jeudi pour leur accélération.

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

International

Procès Bygmalion en appel: un an de prison avec sursis requis contre Nicolas Sarkozy | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Un an de prison avec sursis a été requis contre Nicolas Sarkozy dans le procès en appel sur les dépenses excessives de sa campagne présidentielle perdue en 2012, pour lesquelles il a été condamné en première instance à un an d’emprisonnement ferme.

Advertisement

Selon le ministère public, l’ex-président “a enfreint en connaissance de cause la limitation légale des dépenses électorales”.

“Cette pente dépensière n’avait rien de fatal”, a estimé l’avocat général Bruno Revel dans ses réquisitions. “Elle résulte du choix imposé par le candidat.”

Advertisement

Mais il a demandé une peine entièrement assortie du sursis, l’ex-chef de l’Etat (2007-2012) “ne se voyant pas reprocher d’être à l’origine du système mis en place” pour masquer l’explosion des dépenses de sa campagne (près de 43 millions d’euros, alors que le plafond légal était de 22,5 millions) ni d’”en avoir été informé”.

Lors du premier procès, le parquet avait requis un an de prison dont six mois avec sursis et M. Sarkozy avait été condamné en septembre 2021 à un an d’emprisonnement ferme. Le tribunal correctionnel avait toutefois demandé que cette peine soit directement aménagée, à domicile sous surveillance électronique.

Advertisement

L’avocat de Nicolas Sarkozy, Me Vincent Desry, doit plaider vendredi matin, ouvrant le bal des plaidoiries de la défense.

Contre les neuf autres prévenus rejugés dans cette affaire depuis le 8 novembre, le ministère public a requis des peines de 18 mois à quatre ans d’emprisonnement, toutes assorties de sursis, ainsi que des amendes de 10.000 à 30.000 euros et des interdictions d’exercer ou des inéligibilités pour certains d’entre eux.

Advertisement

“Fuite en avant”

Dans ce dossier, dit Bygmalion, du nom de la société ayant organisé les meetings de campagne du candidat de droite, 14 personnes physiques ont été condamnées en première instance à des peines allant jusqu’à trois ans et demi de prison, dont une partie avec sursis.

Trois d’entre elles n’ont pas fait appel, donc leur condamnation est définitive, et une quatrième n’a fait appel que sur les intérêts civils.

Advertisement

En démarrant ses réquisitions, l’avocat général a rappelé les “constantes de ce dossier”: “Le plafond des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy a été dépassé, ce dépassement a été accepté, ce dépassement a été dissimulé”.

Selon lui, il n’a pas été décidé “dès le début” de “s’affranchir des règles” sur les dépenses électorales, mais “à un moment donné”, celles-ci ont été “jetées aux orties” et a été fait “le choix délibéré de la fuite en avant”.

Advertisement

“L’accélération des dépenses est spectaculaire”, a observé l’autre avocat général, Serge Roques.

Contrairement à ses coprévenus, l’ancien président n’est pas mis en cause pour le système de fausses factures imaginé pour masquer l’explosion des dépenses.

Advertisement

Mais dans son jugement, le tribunal avait souligné que l’ancien locataire de l’Elysée avait “poursuivi l’organisation de meetings” électoraux, “demandant un meeting par jour”, alors même qu’il “avait été averti par écrit” du risque de dépassement légal, puis du dépassement effectif.

“Fables” et “mensonges”

Pendant son interrogatoire vendredi dernier, Nicolas Sarkozy a, comme lors du premier procès, contesté “vigoureusement toute responsabilité pénale”, dénonçant “fables” et “mensonges”.

Advertisement

Il a par ailleurs accusé des proches de son rival Jean-François Copé (son directeur de cabinet Jérôme Lavrilleux, directeur adjoint de l’équipe de campagne, et l’agence de communication Bygmalion) de s’être enrichis.

Auparavant, l’ex-directeur général de Bygmalion, Guy Alves, a estimé que le candidat avait été le “seul bénéficiaire” du système de fausses factures, un avis partagé par M. Lavrilleux, seul responsable de l’UMP (devenu depuis Les Républicains) ayant admis avoir couvert le système de double facturation.

Advertisement

Cette affaire s’ajoute à d’autres ennuis judiciaires pour Nicolas Sarkozy: il a été condamné en mai dernier dans l’affaire des écoutes à trois ans d’emprisonnement dont un ferme, une décision contre laquelle il s’est pourvu en cassation.

L’ex-chef de l’Etat comparaîtra en 2025 pour les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Il a par ailleurs été mis en examen, début octobre, dans le volet de cette affaire lié à la rétractation de l’intermédiaire Ziad Takieddine.

Advertisement
Continue Reading

International

Début des réquisitions dans le procès Bygmalion en appel | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

L’accusation a commencé jeudi à rendre ses réquisitions dans le procès en appel sur les dépenses excessives de la campagne présidentielle perdue de Nicolas Sarkozy en 2012, pour lesquelles l’ex-chef de l’Etat a été condamné en première instance à un an d’emprisonnement ferme.

Advertisement

Après trois semaines d’audiences, au cours desquelles les dix prévenus ayant fait appel de leur condamnation ont été interrogés, l’avocat du parti Les Républicains (LR, qui a succédé à l’UMP), qui s’est constitué partie civile, a plaidé en matinée.

En début d’après-midi, Bruno Revel, un des deux représentants du ministère public, a rappelé en commençant ses réquisitions les “constantes de ce dossier”: “le plafond des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy a été dépassé, ce dépassement a été accepté, ce dépassement a été dissimulé”.

Advertisement

“Fuite en avant”

Selon l’avocat général, il n’a pas été décidé “dès le début” de “s’affranchir des règles” sur les dépenses électorales, mais “à un moment donné”, celles-ci ont été “jetées aux orties” et a été fait “le choix délibéré de la fuite en avant”.

Dans ce dossier, dit “Bygmalion”, du nom de la société ayant organisé les meetings de campagne du candidat de droite, 14 personnes physiques, dont Nicolas Sarkozy, ont été condamnées en première instance en septembre 2021 à des peines allant jusqu’à trois ans et demi de prison dont une partie avec sursis.

Advertisement

Trois d’entre elles n’ont pas fait appel, donc leur condamnation est définitive.

Contrairement à ses coprévenus, l’ancien président (2007-2012) n’est pas mis en cause pour le système de fausses factures imaginé pour masquer l’explosion des dépenses de sa campagne (près de 43 millions d’euros, alors que le plafond légal était de 22,5 millions).

Advertisement

Mais à l’issue du premier procès, il avait été condamné en septembre 2021 à un an d’emprisonnement ferme pour avoir dépassé ce plafond légal, une peine supérieure à ce qu’avait alors réclamé le parquet, qui avait requis un an de prison dont six mois avec sursis.

Le tribunal correctionnel avait toutefois demandé que cette peine soit directement aménagée, à domicile sous surveillance électronique.

Advertisement

Dans son jugement, il avait souligné que l’ancien locataire de l’Elysée avait “poursuivi l’organisation de meetings” électoraux, “demandant un meeting par jour”, alors même qu’il “avait été averti par écrit” du risque de dépassement légal, puis du dépassement effectif.

“Fables” et “mensonges”

Vendredi, jour de son interrogatoire, Nicolas Sarkozy, qui n’était pas présent lorsque ses coprévenus ont été entendus par la cour d’appel, a – comme lors du premier procès – contesté “vigoureusement toute responsabilité pénale”, dénonçant “fables” et “mensonges”.

Advertisement

A grand renfort de gestes, il a démenti “avoir jamais eu connaissance d’une fraude, avoir jamais demandé une fraude ou avoir même bénéficié d’une fraude”. Il a également contesté le fait que sa campagne se soit “emballée”, comme d’autres l’avaient dit à la barre.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs accusé des proches de Jean-François Copé – son directeur de cabinet Jérôme Lavrilleux, qui était aussi directeur adjoint de l’équipe de campagne, et l’agence de communication Bygmalion – de s’être enrichis.

Advertisement

Lors des interrogatoires précédents, l’ex-directeur général de Bygmalion, Guy Alves, a estimé que Nicolas Sarkozy avait été le “seul bénéficiaire” du système de fausses factures.

Un avis partagé par M. Lavrilleux, seul responsable de l’UMP (devenu depuis les Républicains) ayant admis avoir couvert le système de double facturation mis en place pour éviter que les comptes de campagne de M. Sarkozy dépassent le montant légal autorisé, qui a dit que tout avait été fait “au profit du candidat”.

Advertisement

Cette affaire s’ajoute à d’autres ennuis judiciaires pour Nicolas Sarkozy: il a été condamné en mai dernier dans l’affaire des écoutes à trois ans d’emprisonnement dont un ferme, une décision contre laquelle il s’est pourvu en cassation.

L’ex-chef de l’Etat comparaîtra en 2025 pour les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Il a par ailleurs été mis en examen, début octobre, dans le volet de cette affaire lié à la rétractation de l’intermédiaire Ziad Takieddine.

Advertisement
Continue Reading

International

Budget 2024: le Sénat passe au vote des recettes de l’Etat, sans avoir convaincu l’exécutif | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

A l’écart du 49.3 de l’Assemblée nationale, le Sénat vote jeudi la partie recettes du projet de budget de l’Etat pour 2024, dans une version largement remaniée qui peine à convaincre le gouvernement, attaché à ses mesures initiales.

Advertisement

Huit jours et sept nuit d’interminables débats pour… peu d’avancées: voici le résumé de la première partie de l’examen du projet de loi de finances à la chambre haute.

Les sénateurs, à majorité d’opposition de droite, ont tout tenté pour se faire entendre auprès du gouvernement, proposant tantôt des axes d’économies, tantôt des gestes en direction des collectivités territoriales en souffrance.

Advertisement

Mais l’exécutif, inflexible, garde la main: grâce à l’article 49.3 de la Constitution qu’il utilise à l’Assemblée nationale sur les textes budgétaires de l’automne pour s’éviter le risque d’un vote défavorable, le gouvernement a tout loisir de sélectionner les mesures qui lui vont et rejeter celles qui lui déplaisent.

La situation est paradoxale pour les parlementaires de la Haute Assemblée: ils ont le privilège de voter le budget contrairement aux députés à l’Assemblée, devraient l’adopter très largement; mais peu de leurs propositions seront retenues au final.

Advertisement

Le constat devrait d’ailleurs être similaire sur la partie “dépenses” du budget, examinée dans la foulée au Sénat jusqu’au vote final prévu le 12 décembre. Le texte retournera ensuite à l’Assemblée, avec un nouveau 49.3 attendu.

“Cela dysfonctionne”

“Le gouvernement est gêné, il arrive au Sénat sans travail préparatoire, avec des mesures sur lesquelles il n’y a eu aucun échange. Cela dysfonctionne”, s’est indigné mercredi le rapporteur général (Les Républicains) Jean-François Husson, qui promet depuis le début des débats de trouver “plus de cinq milliards d’euros” d’économies en plus des 16 milliards évoqués par le gouvernement dans son budget.

Advertisement

De l’autre côté de l’hémicycle règne le même agacement: “On se retrouve dans une crise démocratique, avec un gouvernement atone qui n’entend pas ce que disent les parlementaires”, a regretté le socialiste Thierry Cozic, dénonçant un budget “d’amateurisme”.

Ainsi, la semaine de débats a parfois nourri les incompréhensions, le ministre des Comptes publics, Thomas Cazenave, allant même jusqu’à épingler la “gourmandise” des sénateurs sur les taxes, les accusant d’avoir “dégradé le budget” et assumant “des divergences”.

Advertisement

Il a notamment désapprouvé la suppression du “bouclier tarifaire” sur l’électricité mis en place pour protéger les ménages de l’envolée des prix de l’énergie, remplacé par le Sénat par des “chèques énergie” ciblés sur les ménages les plus modestes.

Une mesure de “responsabilité” visant selon les sénateurs un milliard d’euros d’économies, que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire avait pourtant initialement jugée “utile et justifiée”.

Advertisement

“Justice fiscale”

Idem pour le maintien du prêt à taux zéro (PTZ) sur tout le territoire – le gouvernement souhaite, lui, un recentrage – ou encore les multiples aides accordées aux collectivités territoriales, bichonnées comme à son habitude par la “chambre des territoires”.

Sur ce dossier, la voix des maires a tout de même été entendue par l’exécutif: la Première ministre Elisabeth Borne a concédé une rallonge de 100 millions d’euros aux communes lors du Congrès des maires.

Advertisement

Un compromis Sénat-gouvernement semble également se dessiner sur la réforme des zones de revitalisation rurale (ZRR) – un régime fiscal adapté aux entreprises ou collectivités en zone rurale -, dispositif rebaptisé France Ruralités Revitalisation (FRR).

En revanche, tout un volet “recettes fiscales” adopté par une alliance entre la gauche et les centristes seront probablement balayées.

Advertisement

Il s’agit, entre autres, d’une augmentation de la fiscalité des très hauts revenus, de l’instauration d’un impôt sur la “fortune improductive”, d’une taxe sur les rachats par les grandes entreprises de leurs propres actions ou encore d’un durcissement de la fiscalité des locations meublées touristiques de type Airbnb.

“A un moment où on demande beaucoup d’efforts aux Français, il faut envoyer un message de justice fiscale”, a insisté le sénateur centriste Bernard Delcros, sans illusion sur l’avenir de ses amendements. “Peut-être que c’est un travail de longue haleine. Il faut marteler ça et je pense que les choses finiront par évoluer”.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending