Connect with us

Politique

Les maires du Cameroun adoptent une charte pour booster l’enregistrement des naissances

Published

on

Spread the love

Les magistrats municipaux ont, de manière consensuelle, adopté quatre axes stratégiques en vue d’attribuer une identité à chaque enfant camerounais à la naissance.

Les 374 maires des villes et communes du Cameroun entendent atteindre l’objectif « un enfant, un acte de naissance, une identité » dès cette année 2024. Pour ce faire, ils ont adopté samedi 27 avril 2024, la charte des maires du Cameroun pour l’enregistrement universel des naissances. Ils ont paraphé le document au cours du premier forum des maires sur l’enregistrement des naissances tenu au Palais des congrès de Yaoundé du 26 au 27 avril derniers.

Le document comporte un préambule et quatre axes stratégiques. Il traduit l’engagement des maires entre autres, à promouvoir l’enregistrement universel des naissances comme un droit de chaque enfant né dans la commune ; à mettre en place toutes les mesures nécessaires afin d’établir et de délivrer un acte de naissance à chaque enfant ; renforcer le partenariat entre l’état civil et le secteur de la santé par l’ouverture des bureaux d’état civil dans les formations sanitaires ; prévoir des incitations financières pour les agents communaux des services d’état civil, etc.

« Ces axes d’accélération ont fait leur preuve sur le terrain. Ainsi, en mettant en place des points d’état civil dans les centres de santé dans le district (de santé Ndlr) de Mokolo (à l’Extrême Nord), entre 2016 et 2019, nous avons vu les taux d’enregistrement passer de 31,6 % à 96,9 %, a mentionné Nadine Perrault, représentante de l’Unicef au Cameroun, lors de la cérémonie d’ouverture du forum.  

Les points de cette charte visent à améliorer une situation déjà préoccupante. Selon le ministre de la Décentralisation et du Développement local, Georges Elanga Obam, Sep millions de Camerounais n’ont pas d’existence légale. Parmi eux, l’on dénombre 4,5 millions d’enfants de moins de cinq ans, soit un enfant sur trois. De plus, le préambule de la charte fait observer que quatre enfants sur dix de moins de cinq ans ne sont pas enregistrés à l’état civil, soit 38%. Un enfant sur deux possède un acte de naissance, soit 49%. Pour l’année scolaire 2022-2023, plus de 1 600 000 enfants étaient scolarisés sans acte de naissance.

Le forum de Yaoundé s’est refermé sur ces engagements. Il revient aux différents acteurs et partenaires de traduire en actions leurs engagements.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Politique

Le PCRN manifeste devant l’ambassade du Cameroun en France

Published

on

Spread the love

Des personnes se réclamant militants du Parti camerounais pour la réconciliation nationale ont levé des pancartes en signe de dénonciation des manœuvres du régime de Yaoundé.

La coordination pays du Parti camerounais pour la réconciliation nationale de France a manifesté devant l’ambassade du Cameroun en France le 20 mai 2024. A l’occasion de la célébration de la 52è édition de la fête de l’unité nationale, quelques militants du PCRN ont convergé vers la représentation diplomatique. Sur des pancartes brandies lors de la manifestation, ils ont fait passer plusieurs messages. « Non à la persécution du PCRN et de son président national », « Non au harcèlement du président national Hon. Cabral Libii », « Stop au musèlement de la jeunesse camerounaise », etc.

Cette manifestation se fait dans un contexte où certaines autorités administratives ont à la dernière minute, exclu le PCRN du train du défilé du 20 mai, alors que le parti était initialement admis. La raison de ce revirement est que le parti connait des « dissensions ». Un peu avant cette exclusion, le ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji, en s’adressant au directeur général des élections, Erik Essousse, a déclaré que Robert Kona, l’un des pères fondateurs, est le « président-fondateur » et mandataire du PCRN auprès d’Elections Cameroon. Cabral Libii et ses soutiens ne reconnaissent pas le poste de président-fondateur dans les textes du parti. Ils parlent de président national, poste qu’occupe selon eux, le député Cabral Libii.

Malgré l’interdiction de défiler dans certaines circonscriptions, les militants du parti ont assisté aux cérémonies suivant l’appel qu’a lancé Cabral Libii. Mais, la force et la mobilisation de la formation politique observées ces dernières années prennent un coup, menacées par l’esprit de division qui a pris le contrôle du parti.

Continue Reading

Politique

Cameroun : le maire de Belo et ses deux adjoints tués le 20 mai dans le Nord-Ouest

Published

on

Spread the love

Le chef de l’exécutif municipal de cette commune et deux autres conseillers municipaux ont perdu la vie dans une attaque revendiquée par les séparatistes.

Les séparatistes anglophones ont ensanglanté la célébration de la 52è édition de la fête de l’Unité nationale dans la commune de Belo, département du Boyo région du Nord-Ouest. Le maire de la localité, Ngong Innocent et ses deux adjoints ont été abattus dans une attaque que les séparatistes ont revendiquée via les réseaux sociaux. Sur X, Chuo Ayaba Lucas, leader séparatiste, a annoncé le décès du maire le lundi 20 mai 2024.

Les séparatistes imposent les villes mortes dans la région du Nord-Ouest chaque lundi. Et à l’approche des grandes célébrations concernant la vie de l’Etat du Cameroun, ils brandissent l’interdiction de célébrer dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. De plus, ils s’opposent à l’unité de l’Etat dont l’avènement est célébré chaque 20 mai.

Continue Reading

Politique

Cameroun : Paul Biya attendu au tribunal

Published

on

Spread the love

Le chef de l’Etat et l’un de ses plus proches collaborateurs sont appelés à comparaitre dans le cadre d’une affaire les opposant au député Jean-Michel Nintcheu.

Le président de la République Paul Biya et le ministre d’Etat secrétaire général de la présidence de la République vont se défendre face aux accusations du député d’opposition Jean-Michel Nintcheu. Dans deux plaintes déposées contre les deux hautes personnalités de la République, le membre du Parlement accuse le chef de l’Etat de « cumul de fonctions » et son collaborateur « d’usurpation de titre ».

Selon le demandeur, Paul Biya cumule, de manière illégale, les fonctions de chef de l’Etat et son rôle de président du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, son parti politique. Quant au ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, le député l’accuse d’usurpation du titre de président de la République par l’utilisation de la formule « les hautes instructions ». Bien qu’il soit ministre d’Etat et délégataire de la signature du chef de l’Etat, le député président du Front pour le changement du Cameroun fait observer qu’il tend à confondre délégation de signature et délégation de pouvoir. Il traite, comme leur supérieur, les membres du gouvernement.

Le tribunal de grande instance du Mfoundi qui a reçu les deux plaintes convoque le président Paul Biya et son plus proche collaborateur à la première audience. Celle-ci se tiendra le 23 mai 2024. En saisissant la justice, l’allié de Maurice Kamto, président du MRC veut interpeller la conscience républicaine des juges sur les dysfonctionnements graves de l’Etat du Cameroun. La démarche que les responsables du Rdpc considèrent comme la « distraction » s’inscrit dans la stratégie du président du FCC de trouver un moyen de déstabiliser le système gouvernant à la veille de la présidentielle de 2025.

Continue Reading

Trending