Connect with us

Actualité

Le Tchad veut voter son budget record pour 2024

Published

on

Spread the love

Selon nos informations, le gouvernement table sur un budget qui devrait dépasser pour la première fois, la barre des 2000 milliards de FCFA.

Le Tchad pourrait voter son budget record pour l’année 2024. Selon nos informations, le gouvernement table sur un budget de plus de 2000 milliards de FCFA. Un budget en hausse de 120 milliards de francs CFA (183 millions d’euros), selon le projet adopté lors d’un Conseil des ministres extraordinaire la semaine dernière. Selon les autorités, ce budget sera injecté dans les ministères et les grands travaux.

Un budget ambitieux selon Tahir Hamid Nguilin le ministre des finances qui indique qu’il servira à bitumer des centaines de kilomètres de voiries et de routes. On note également des hausses budgétaires de 55 % pour la santé, de 49 % pour la justice, 30 milliards de francs CFA supplémentaires pour le subventionnement du gaz domestique.   « Depuis 2019, les recettes propres hors pétrole ont triplé pratiquement, et nous sommes aidés en cela par les différentes mesures de lutte contre la fraude, la contrebande, l’évasion fiscale, mais aussi la relance importante de l’activité, l’accroissement de la TVA. C’est un budget réaliste », assure le ministre des finances.

Une promesse que l’opposition rejette. Certains partis de l’opposition estiment que ce budget n’est qu’une promesse faite en vue des élections de fin de transition prévues l’an prochain. Théophile Bongoro, membre du Conseil national de transition (CNT) issus de l’opposition dénonce une démagogie: « Nous sommes à la veille d’une élection, et quiconque serait à la place du gouvernement tenterait de séduire l’électorat qui l’attend. Nous pensons que ça ne peut pas se limiter à cet effet d’annonce et que ce serait un couteau à double tranchant parce qu’en le promettant – [ce budget] doit s’exécuter en 2024 et le calendrier électoral global n’étant pas encore connu -, si on va à la moitié de l’année et que rien n’est fait, la population ne va pas être contente. »  

Essama Aloubou

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Togo : le journaliste français Thomas Dietrich expulsé

Published

on

Spread the love

Pour non-respect des lois d’immigration, le journaliste français Thomas Dietrich a été expulsé du territoire togolais. Il a été mis aux arrêts lors d’un reportage pour un média français.

Le journaliste Thomas Dietrich chassé du Togo

Le journaliste Thomas Dietrich a été renvoyé du Togo après son arrestation par des autorités judiciaires pour entrée illégale sur le territoire. En effet, avant d’être expulsé, il a écopé de six (06) mois de prison avec sursis. Selon les autorités, la victime n’a pas respecté la procédure normale pour entrer sur le territoire togolais.

Les autorités, dans leur explication, ont indiqué que l’entrée sur le territoire est conditionnée. Pour ce faire, toute personne étrangère doit respecter forcément cette règle, y compris les journalistes étrangers.

Par ailleurs, Dietrich, de son côté, a exprimé sa déception et son intention de respecter désormais les lois togolaises tout en faisant son travail de journaliste. Il a appelé à une résolution équitable de l’affaire.

Continue Reading

Actualité

Le Port de Lomé met en service un centre d’appel

Published

on

Spread the love

Pour améliorer la communication et le service aux utilisateurs de la plateforme logistique au Togo, le port de Lomé met en service son centre d’appel. La mise en place a été effectuée en présence de plusieurs autorités le 16 avril 2024.

Le port de Lomé dispose désormais d’un centre d’appel efficace

Fin aux tracasseries portuaires au port de Lomé. La direction du PAL dote de ce port un grand centre d’appel pouvant assurer les opérations commerciales accessibles 24h/24 et 7j/7. Il répondra aux besoins des clients qui peuvent désormais signaler toute difficulté rencontrée dans leurs démarches portuaires.

En effet, le centre est équipé de 10 cabines en présence des personnels formés pour garantir l’assistance efficace, allant de l’information sur les navires et les marchandises à la gestion des paiements et des réclamations. À en croire les autorités de la direction du port autonome de Lomé, le centre d’appel va jouer un rôle majeur. « En offrant un accès facile à des informations et à des services de soutien, nous nous engageons à soutenir la croissance et le succès de notre communauté d’affaires », clarifie la direction.

Par ailleurs, il est prévu pour les années à venir une intégration d’outils modernes de communication comme l’e-mail, les SMS et les réseaux sociaux. Ainsi, cette stratégie vise à élargir davantage la portée et l’efficacité du centre d’appel afin de le positionner comme un point central pour la gestion des informations portuaires.

Continue Reading

Actualité

Les États-Unis bloquent la candidature palestinienne à l’ONU, pourtant largement soutenue

Published

on

Spread the love

Comme ils l’avaient annoncé plus tôt, les États-Unis ont effectivement empêché l’ONU de reconnaître un État palestinien en opposant leur veto au Conseil de sécurité. Cette action américaine refuse ainsi à l’Autorité palestinienne l’adhésion à part entière à l’organisation mondiale en tant qu’Etat.

Les États-Unis affirment qu’un État palestinien indépendant devrait être établi par le biais de négociations directes entre Israël et l’Autorité palestinienne et non par l’action de l’ONU. C’est donc ce qui justifie leur décision de bloquer l’adhésion de la Palestine à l’ONU comme Etat membre, alors même qu’aucun des quatorze autres membres ne s’y sont opposés. 

Washington a opposé son veto à un projet de résolution recommandant aux 193 membres de l’Assemblée générale de l’ONU que « l’État de Palestine soit admis comme membre des Nations Unies ». La Grande-Bretagne et la Suisse se sont abstenues, tandis que les 12 membres restants du Conseil ont voté oui.

Les Palestiniens sont actuellement un État observateur non membre, une reconnaissance de facto du statut d’État accordé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2012. Mais une candidature pour devenir membre à part entière de l’ONU doit être approuvée par le Conseil de sécurité, puis par au moins les deux tiers de l’Assemblée générale.

La pression palestinienne pour une adhésion à part entière à l’ONU intervient six mois après une guerre entre Israël et le Hamas à Gaza, et alors qu’Israël étend ses colonies en Cisjordanie occupée et massacre des milliers de civils dans la bande de gaza.

Dans une déclaration au Conseil, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a indiqué que « Les récentes escalades rendent encore plus important le soutien aux efforts de bonne foi visant à trouver une paix durable entre Israël et un État palestinien pleinement indépendant, viable et souverain ». « L’incapacité de progresser vers une solution à deux États ne fera qu’accroître la volatilité et les risques pour des centaines de millions de personnes dans la région, qui continueront de vivre sous la menace constante de la violence », a-t-il déclaré.

Le Conseil de sécurité de l’ONU soutient depuis longtemps la vision de deux États vivant côte à côte au sein de frontières sûres et reconnues. Les Palestiniens veulent un État en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, tous des territoires colonisés par Israël en 1967.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Continue Reading

Trending