Connect with us

Actualité

le gouvernement signe un accord avec l’AFG

Published

on

Spread the love

La Banque populaire de Côte d’Ivoire (BPCI) annonce la signature d’un accord entre le gouvernement ivoirien, l’unique actionnaire, et Atlantic Financial Group (AFG) pour la reprise des activités de la BPCI. Cette annonce a été mise à la vu public à travers un communiqué datant du 26 septembre 2023.

Advertisement

Agrandir l’économie du pays et faire accroître un développement durable sont l’uns des objectifs du Président Allasane Ouattara. Ainsi, d’ici la fin de l’année 2023, les activités, le personnel et la clientèle de la BPCI prendront service avant l’approbation de la Commission Bancaire de l’UEMOA.

Advertisement

En outre, ce partenariat entre l’État de Côte d’Ivoire et Atlantic Financial Group a eu lieu après l’adoption d’un plan de restructuration par la partie ivoirienne 2017 avec pour objectif principal, la mise à niveau réglementaire de la BPCI et l’adoption d’une méthode commerciale basée sur le financement des PME. À cet effet, l’adoption de ce plan a permis à la BPCI de réaliser plusieurs avancées en 2018 et 2022.

Advertisement

Entre autres, il est possible de citer : le renforcement de la gouvernance, l’amélioration de la conformité réglementaire, l’augmentation du PNB, le rétablissement de la qualité du portefeuille et la modernisation des infrastructures informatiques. Cette évolution est le fruit de la détermination du gouvernement pour le développement du pays.

Advertisement

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

L’opposant sénégalais Ousmane Sonko confronté à un nouvel

Published

on

Spread the love

Ousmane Sonko,432

La Caisse des dépôts et consignations de l’État sénégalais a refusé d’encaisser la caution nécessaire pour la validation de la demande de candidature à la présidentielle de l’opposant. La raison est que Ousmane Sonko a été radié des listes électorales et n’est donc plus éligible.

Dans la course à la présidentielle, le paiement de la caution était une étape obligatoire pour pouvoir être candidat.

Advertisement

Alors qu’un représentant d’Ousmane Sonko a voulu payer les 29 265 750 FCFA (environ 45 000 euros) de caution ce jeudi 30 novembre, la demande a été rejetée parce que l’opposant a été radié des listes électorales suite à sa condamnation à deux ans de prison pour corruption de la jeunesse et ne peut donc pas prétendre à la candidature présidentielle.

Pour ses partisans, la décision de radiation d’Ousmane Sonko des listes électorales n’est pas définitive vu que l’affaire a été renvoyée devant un autre tribunal.

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Actualité

les députés de l’opposition empêchent le Premier ministre de prendre la parole

Published

on

Spread the love

Les élus d’au moins quatre partis de l’opposition accusent le gouvernement de violer la loi portant régime financier de l’État du Cameroun, notamment en ce qui concerne le délai du dépôt du projet de loi de Finances.

Au Cameroun, les députés de l’opposition ont empêché le Premier ministre Joseph Dion Ngute de présenter le programme économique financier, social et culturel de l’État pour l’exercice 2024.

Advertisement

Selon la député Rolande Ngo Issi, député du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale, le principal parti de l’opposition qui était en première ligne de front, « les députés du PCRN, de l’UDC, du SDF et l’honorable Michel Nitcheu ont empêché au Premier Ministre chef du gouvernement de prendre la parole pour présenter le programme économique, social et culturel du gouvernement pour l’année 2024. En prélude au projet de loi de finances déposé le même jour ». 

Les députés des partis de l’opposition cités dénoncent une « violation grave de loi de 2018 portant régime financier de l’Etat du Cameroun en ses articles 56 et 57 qui stipulent entre autres que, le projet de loi de finances doit être déposé au parlement au moins 15 jours avant le début de la session budgétaire de chaque année. Fort de ce mépris, les députés de l’opposition sus cités ont trouvé qu’il était inadmissible de continuer à laisser prospérer cette forfaiture. Au bout de plus de deux heures de blocus les concertations engagées avec le gouvernement n’ayant pas abouti à un report pour la convocation d’une session extraordinaire, en vue de l’examen minutieux et méticuleux de ce projet de loi afin d’y apporter les amendements conséquents et au regard de la pression des députés du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), parti au pouvoir les députés de l’opposition battus au niveau du nombre se sont retirés de la salle des débats. En laissant un parlement monologue », explique la députée de l’opposition. 

Advertisement

A noter que le projet de loi de finances déposé à l’Assemblée nationale est arrivé de manière partielle dont 122 pages sur les 15.000 pages, des documents annexes attendus. 

Essama Aloubou

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Actualité

quel espoir pour la libération de l’opposante Reckya Madou

Published

on

Spread the love

Membre du parti Les Démocrates, Reckya Madougou vient de compter 1 000 jours en détention à la prison civile de Missérété, à la périphérie de la capitale béninoise Porto-Novo. Face au refus du chef de l’État béninois d’accorder la grâce présidentielle à sa cliente, son avocat Renaud Agbodjo invite Patrice Talon à « transcender ses ressentiments, ses rancœurs à l‘égard d’opposants politiques ».

La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a condamné l’ex-ministre Reckya Madougou à 20 ans de prison pour « financement du terrorisme ».

Advertisement

Malgré plusieurs appels à la libération de l’opposante, le président béninois Patrice Talon a réaffirmé ce 27 novembre en conférence de presse « qu’il ne comptait pas la gracier ».

« La contradiction principale à la libération de madame Reckya Madougou, ce n’est plus la justice, ou ça n’a jamais été la justice béninoise, c’est monsieur Patrice Talon lui-même qui a déclaré qu’il n’entendait pas libérer madame Reckya Madougou et donc qu’il n’entendait pas mettre à exécution l’avis du GTDA (ndlr, Groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unies) », regrette son avocat Renaud Agbodjo, cité par Rfi.

Advertisement

En effet, le groupe de travail sur la détention arbitraire des Nations unies a réclamé la remise en liberté de l’opposante et ex-ministre en jugeant « la privation de liberté de Reckya Madougou arbitraire ».

L’avocat Renaud Agbodjo « invite le chef de l’État à avoir le sens du pardon comme n’étant pas une erreur, parce que le pardon n’est jamais une erreur. Le pardon est organisé dans la loi sous la forme d’une amnistie, même sous la forme d’une grâce, sous la forme d’une liberté conditionnelle. Le pardon est juridiquement reconnu et traduit dans la loi pénale ».

Advertisement

L’opposante et cadre du parti Les démocrates ne peut donc compter que sur la magnanimité du président béninois Patrice Talon pour sa remise en liberté.

L’ancien président Boni Yayi, chef du parti Les Démocrates, met toute son espérance dans la proposition de loi déposée à l’Assemblée nationale visant à accorder l’amnistie aux « prisonniers et détenus politiques ».

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending