Connect with us

Actualité

le dernier bastion de la France en Afrique convoité par la Russie

Published

on

Spread the love

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères était au Tchad. Ndjamena entend renforcer ses liens avec Moscou. Une visite qui augure un basculement géopolitique pour le Tchad, longtemps considéré comme le dernier bastion de la France en Afrique centrale.

Après avoir prêté serment comme nouveau président du Tchad, Mahamat Idriss Déby annonce déjà de nouvelles couleurs. En visite en Afrique le ministre des affaires étrangères de la fédération russe a achevé sa visite mercredi au Tchad.  Pour certains tchadiens, cette visite est une opportunité de rompre avec la dépendance historique envers l’Occident et de tracer une voie plus autonome.

Concrètement la visite de Sergueï Lavrov est venue mettre en avant l’importance des enjeux économiques. Le Tchad, riche en ressources naturelles (pétrole, uranium, or), est en quête d’investissements étrangers pour développer son économie et améliorer les conditions de vie de sa population. Tandis que la Russie est en quête d’alliés pour s’implanter durablement en Afrique. Le rapprochement entre les deux pays pourrait donc ouvrir la voie aux accords de coopération économique et commerciale dans les secteurs clés tels que l’énergie, les infrastructures et l’agriculture.

Au-delà de la coopération économique, les questions sécuritaires pourraient être centrales  dans la relation entre le Tchad et la Russie. N’Djamena, engagé dans la lutte contre le terrorisme au Sahel a besoin de Moscou pour diversifier ses partenariats militaires et obtenir un soutien accru face aux groupes armés. « La Russie, forte de son expérience en Syrie et en République centrafricaine, se présente comme une alternative crédible à la France, dont l’engagement au Sahel est de plus en plus contesté ».

Cependant, ce rapprochement avec Moscou pourrait faire face à certains obstacles, notamment Paris et Washington qui verraient d’un mauvais œil cette proximité. Paris qui a récemment redéployé ses forces au Niger, ne permettra pas que Moscou accroisse son influence dans son ancien pré-carré. Les États-Unis qui sont en conflit avec la Russie sur la scène et qui ont été récemment déloger du Tchad et du Niger, pourraient également chercher à contrer l’influence russe au Tchad. Mais au sein du gouvernement tchadien, on a déjà la réponse. « Nous ne sommes esclaves de personnes. Ni de la France, ni de la Russie, ni d’aucune puissance », a martelé Abderaman Koulamallah, Ministre tchadien des affaires étrangères. « Notre relation avec le Tchad ne va pas influencer le rapport du Tchad avec la France. Nous ne choisissons pas nos amis et nos ennemis, c’est la France qui demande aux autres de choisir leurs amis et leurs ennemis », ajoute Sergueï Lavrov.

Au sein de la jeunesse tchadienne, on appelle de tous les vœux à un partenariat gagnant gagnant avec la Russie. Quoiqu’il en soit les futures coopérations du Tchad sont décisives pour la sécurité au sein de la sous-région. 

Essama Aloubou

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Visa Schengen : les demandeurs africains ont perdu des millions d’euros

Published

on

Spread the love

L’année dernière, les demandeurs africains de visa Schengen ont payé près de 54 millions d’euros, sans obtenir le précieux sésame. En cas de refus, les frais de demande de visa ne sont plus remboursés.

A partir de ce mardi 11 juin, les frais de demande de visa court séjour pour rejoindre l’espace Schengen ont été revus à la hausse.

Les demandeurs algériens sont ceux qui ont payé le plus lourd tribut des refus de visa dans l’espace Schengen en 2023, suivis des Marocains, des Égyptiens, des Nigérians et des Tunisiens.

Les Sénégalais sont au 6e rang de ce classement. Ils ont eu 2,11 millions d’euros de pertes.

Continue Reading

Actualité

Voici pourquoi Coco Emilia ne peut jamais résister à Francis Mvemba

Published

on

Spread the love

Biscuitdemer et Mvemba what now ? La coach blonde a fait une intervention sur la réconciliation entre l’influenceuse Coco Emilia et l’ancien homme politique Mvemba.

S’il faut résumer cette affaire, nous avons un homme et une femme qui s’aimaient et s’aiment à la folie. Comme le disait Biscuitdemer sur une chaîne de télévision, Mvemba n’avait pas l’argent qu’il prétendait avoir. Il y avait trop de mensonges, mais tout tournait autour de l’argent.

Maintenant, j’espère qu’ils sont passés au-dessus de toutes ces superficialités et se comporteront comme des personnes matures. Toujours est-il que s’ils n’ont pas la même vision, ils risquent bien souvent de se séparer. Mais déjà, on sait qu’ils partagent un point commun qui est la débauche et les sorties nocturnes.

A LIRE AUSSI: ‘On te niokse dans les locaux de la CRTV’ : le jeune qui a dit ça à Marlène Emvoutou a été retrouvé égorgé

Maintenant, nous avons un couple avec une grande notoriété, qu’est-ce qu’on peut en faire ? Le couple Mvemba crée un engouement de folie : les hommes admirent Mvemba, les femmes le désirent ; les femmes envient Coco Emilia, et les hommes fantasment sur elle.

Alors, ils peuvent en tirer profit. Life TV pourrait en faire une télé-réalité : LES MVEMBA (…)

Ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre. Un renouvellement de vœux s’impose. Ils veulent se remarier, et ainsi de suite. Tous les sponsors sont présents.

Voilà comment un couple adulé peut se faire de l’argent comme des blagues. Si j’étais le gouvernement camerounais, je financerais une télé-réalité Mvemba. Puis, quand tout le monde est concentré, je changerais la Constitution.

 

Continue Reading

Actualité

Au Gabon, l’opposant Albert Ondo Ossa revient à la charge

Published

on

Spread the love

Dix mois après le coup d’État, le principal opposant de l’ancien président Ali Bongo sort de son silence pour réclamer le retour à l’ordre constitutionnel ou des élections libres et immédiates. Pour Albert Ondo Ossa, « l’élection est le seul baromètre ».

Les résultats de l’élection présidentielle d’août 2023 au Gabon ont été contestés à cause de plusieurs irrégularités, conduisant au reversement du président Ali Bongo par un groupe militaire.

Pour l’opposant Albert Ondo Ossa, il est temps de publier les vrais résultats pour un retour à l’ordre constitutionnel.

« Il y a eu une élection, il y a eu un vainqueur, c’est le retour à l’ordre constitutionnel. Ou alors, on se dit : il y a eu un vote, on rétablit l’ordre républicain, on va à des élections tout de suite. Pas de fausse transition, pas de gens qui s’imposent et qui nous ramènent effectivement le système Bongo-PDG. Moi, je suis un président élu, je ne prends pas la place d’un président en transition. Il faut que les véritables résultats, qui existent, soient publiés et que la Cour constitutionnelle prenne une décision selon les résultats qui existent. Le coup d’État se fait sur une base, à savoir que les résultats étaient tronqués. Si nous sommes logiques, revenons aux vrais résultats, puisqu’ils existent, c’est tout », a-t-il indiqué au micro de Rfi.

Au Gabon, la période de transition doit s’achever en août 2024 et la présidentielle se tiendra en août 2025.

Continue Reading

Trending