Connect with us

Politique

Lac-Tchad : résultats de l’opération “Lake Sanity II” de la Force multinationale mixte contre Boko Haram

Published

on

Spread the love

Les Forces armées du Cameroun, du Nigeria et du Tchad ont lancé le 23 avril dernier une opération visant à repousser les djihadistes de Boko Haram qui sévissent dans le Bassin du Lac-Tchad.

Après plusieurs semaines d’opérations militaires dans la zone du Lac-Tchad, la Force multinationale mixte (FMM) présente des résultats « encourageants ». Le général nigérian Ibrahim Sallau Ali, commandant de la FMM, l’opération Lake Sanity a présenté au cours d’une rencontre avec la presse à Maiduguri au Nigeria, les résultats déjà enregistrés alors que l’opération est en cours.

Selon les propos du général rapportés par le journal l’ŒIL du Sahel, la FMM a procédé à la reddition de 176 terroristes, à l’arrestation de 57 personnes participant dans des activités terroristes, à la découverte d’une cache d’armes. Celle-ci comprenant 796 cartouches de munitions, une mitrailleuse, cinq fusils d’assaut et deux motos. En outre, les opérations aériennes des Forces armées des trois pays ont conduit à la destruction des bases logistiques et des zones de transits des terroristes. Le commandant déclare qu’au cours de ces opérations aériennes, plus de 140 terroristes ont été neutralisés.

Dans un contexte où les éléments de Boko Haram ont multiplié des attaques mortelles dans la zone, la FMM poursuit ses opérations dans le but de ramener la paix et la sécurité dans des localités situées autour du Lac-Tchad.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Politique

Cameroun : le Ministère public requiert 6 mois de prison pour Bruno Bidjang

Published

on

Spread the love

Après l’audience du 13 juin 2024 au Tribunal militaire de Yaoundé, l’on s’achemine vers le délibéré à l’audience prévue en juillet prochain.

Dans une fourchette de trois mois à trois ans, prévue par l’article 113 du code pénal, le Ministère public requiert la peine de six mois de prison ferme, en considération du fait que Bruno Bidjang est un « délinquant primaire ». Le délibéré prévu le 11 juin prochain s’annonce après trois audiences relatives à cette affaire de « propagation de fausses nouvelles », qui au départ, lors de son interpellation en février dernier, tournait autour de « l’incitation à l’insurrection » ou encore « d’atteinte à la sûreté de l’Etat ».

L’on se souvient que le journaliste de Vision4 Tv a plaidé coupable pour les faits de « propagation de fausses nouvelles » devant le tribunal militaire qui le juge. Il reste que le juge prenne la décision au bout de la procédure judiciaire. Cette décision tiendra sans doute compte du temps que le présentateur de l’émission dominical « Club d’Elites » aura passé en prison dans l’attente de son jugement.

Continue Reading

Politique

Cameroun-présidentielle 2025 : Samuel Eto’o déjoue les pronostics comme Franck Biya

Published

on

Spread the love

Les rumeurs ont fait état de Franck Biya et de Samuel Eto’o, de potentiels candidats à la succession du président Paul Biya à la tête du Cameroun. Mais l’un et l’autre, à mesure que le scrutin approche, réaffirment leur soutien au candidat naturel du Rassemblement démocratique du peuple camerounais.

La question ne se pose plus. Une fois de plus, Samuel Eto’o Fils dit non à sa candidature à la présidentielle de 2025. Le président de la Fédération camerounaise de football continue de soutenir l’actuel chef de l’Etat. Désormais, plus aucun débat. « Oui, en 2018, j’ai voté pour le Président Paul Biya. Et je lui conserve mon soutien indéfectible. Je l’assume ». Parole de l’ancien capitaine des Lions indomptables, inscrite dans une mise au point rendue publique le 13 juin 2024.

Interrogé en février dernier sur le sujet sur France 24, Samuel Eto’o répond : « La majorité des problèmes que je rencontre, c’est parce qu’on me prête l’intention de devenir chef d’État au Cameroun ». Il ajoute Aujourd’hui, j’ai tellement de choses à faire que ce n’est pas quelque chose qui traverse mon esprit ».

Voilà qui renforce la distance entre l’ancien attaquant adulé par une bonne franche de la population camerounaise et le siège présidentiel au sommet de l’Etat, occupé par le président Paul Biya depuis plus de 42 ans. Le fils de Ngambè dans la Sanaga-Maritime recentre le jeu au moment où certains, animés par le besoin du changement de l’équipe dirigeant l’appareil d’Etat, lui lancent des appels à candidature à l’élection prévue en 2025. Et d’autres, ambitieux de conserver leurs positions privilégiées au sein du système, sont soupçonnés de s’entourer de coéquipiers et supporteurs pour tacler sans cesse le jeune dirigeant sportif dans le but de l’envoyer aux vestiaires et le maintenir à l’écart du terrain politique national.

Mais que « non, je ne laisserai personne me priver de mes droits de citoyen », lance l’ancien Lions qui se veut clair. « La présidence de la Fecafoot n’est pas un tremplin pour accéder à la présidence de la République. Je le redis haut et fort : Moi Samuel Eto’o fils, je ne suis pas candidat à la présidence du Cameroun. Cette déclaration me semble nécessaire pour que cesse la focalisation malsaine sur ma modeste personne. Elle fait souffrir ma famille, fait peur à mes amis, entrave notre projet sportif et fait peser une menace sur ma sécurité ».

 

Franck surprenant à Nice

Bien avant cette clarté de Samuel Eto’o, les soupçons ont pesé sur Franck Biya, fils ainé du président Paul Biya. Nombreux l’ont considéré comme dauphin de son père, alors qu’il a commencé à multiplier des sorties publiques aux côtés des plus proches collaborateurs du chef de l’Etat ou dans une démarche personnelle en compagnie de proches. Des mouvements de soutien ont tôt vu le jour pour préparer le terrain en imprimant le nom de leur « candidat » dans l’opinion.

La réaction de Franck Biya a surpris quelques-uns. Le 06 novembre 2023 à Nice en France, le fils du père a fait sa première sortie officielle aux sujets de ses ambitions politiques. Je ne souhaite pas intervenir d’un point de vue politique, parce que politiquement, j’ai un devoir de réserve que vous comprenez sans doute très bien (…) Nous avons ce que l’on appelle leader naturel du parti qui reste le même. Il nous faut rester dans son sillage et essayer de l’accompagner ».

Ainsi donc, ni Samuel Eto’o ni Franck Biya ne seront candidats en 2025. Ils soutiennent le chef de l’Etat Paul Biya qui n’a pas encore dit son dernier mot.

Continue Reading

Politique

Cameroun : l’armée détecte plus de 1 300 faux diplômes dans un processus de recrutement (en hausse)

Published

on

Spread the love

L’information est contenue dans un communiqué du ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo.

Le nombre de faux diplômes détectés par les services du ministère de la Défense au cours des processus de recrutement successifs va grandissant. Selon le ministre de la Défense, après les 929 individus exclus des rangs en 2022 pour faux diplômes, 1 312 faux diplômes ont été détectés au cours du processus de recrutement des gendarmes et soldats pour le compte de l’exercice 2024. Ces faux diplômes camerounais et d’un pays voisin sont repartis ainsi qu’il suit : un faux GCE Advanced Level, 12 faux probatoires, 64 GCE Ordinary Level, 491 faux BEPC camerounais, 661 BEPC d’un pays voisin et 43 faux CAP.

Les services du ministère les ont interceptés en faisant des « contrôles appropriés d’authentification des diplômes des candidats retenus pour les visites médicales approfondies, préalables substantiels à la publication des résultats finaux d’admission », précise le communiqué. Une différence avec les faux diplômes détectés en 2022 après l’admission définitive et le début de la formation militaire des faussaires. Leur exclusion a provoqué un tollé au sein de l’opinion où les uns et les autres ont incriminé l’Etat d’avoir formé des brigands, puis jetés dans la société.

Dans un contexte où la plupart des jeunes ont des difficultés à trouver un emploi, l’exclusion des 929 candidats en 2022 n’a du moins pas dissuadé les faussaires de 2024 de présenter d’autres faux diplômes. Le phénomène est donc à prendre plus au sérieux, non pas seulement au ministère de la Défense, mais aussi dans les autres ministères et services publics chargés du recrutement des personnels de l’Etat ainsi que dans le système de contrôle d’authentification des diplômes. Le but étant aussi de démanteler les réseaux de faussaires.

Continue Reading

Trending