Connect with us

Actualité

La revue de presse camerounaise du mardi 7 mai 2024

Published

on

Spread the love

La Nouvelle Expression : Le journal nous amène dans la Région du Sud pour dénoncer ce qu’il appelle « la barbarie politique du Rdpc ». Comme à leur habitude, peut-on lire, avec les autres partis politiques de l’opposition camerounaise, des frères et camarades de Paul Biya du Rdpc sont sortis à Akom II et Biwong Bulu pour « empêcher à la caravane du Sdf de circuler librement et paisiblement dans la région qu’ils considèrent comme le «  socle granitique du Rdpc », le parti du frère. Une honte pour la démocratie camerounaise en 2024, à l’aube des élections générales de 2025 »!

Mutations : Le journal parle de l’impasse sur les débats liés à l’affaire Martinez Zogo. L’on apprend ce matin que les avocats demandent au tribunal de communiquer le dossier de procédure à toutes les parties avant le début des plaidoiries. À son tour, le commissaire du gouvernement y oppose un refus net. Les détails en page 5 du quotidien Mutations de ce matin.

Cameroon Tribune : Les préparatifs de la 52e fête nationale montent en puissance nous fait savoir le quotidien à capitaux publics. « À Yaoundé comme dans les autres grandes villes, et même dans l’arrière-pays, la mobilisation gagne en intensité tant au sein des forces de défense et de sécurité que chez les différentes composantes civiles. Objectif : être prêts le 20 mai prochain pour l’apothéose », lit-on.

La Nouvelle Expression : Le journal parle aussi de l’affaire Martinez Zogo et nous fait savoir que le Tribunal s’oppose à la photocopie du dossier de procédure. Sur réquisition du commissaire du gouvernement, la collégialité de juges s’est à nouveau opposée à la multiplication des copies du dossier de procédure. Toutefois face aux insistances, le tribunal rendra une décision le 27 mai prochain.

Le Zénith : La responsabilité du gouvernement engagée en ce qui concerne la liberté de la presse. Au lendemain de la célébration de la 31e édition de la Journée mondiale de la liberté de la presse, la viabilité économique des entreprises du secteur médiatique se pose avec acuité. « Si rien n’est fait, le Cameroun va droit vers le retour de la pensée unique », estime le journal en kiosque.

Echos Santé : Dans le souci de l’amélioration de la collaboration avec les Ordres Professionnels de Santé, le Ministre de la santé publique, Manaouda Malachie a ouvert les échanges ce lundi 6 mai 2024 avec l’Ordre National des Opticiens du Cameroun. Au cours de la séance, trois exposés ont été présentés sur les buts et les objectifs des Ordres Professionnels, le cadre règlementaire et les attentes dans le cadre de la Couverture Santé Universelle (CSU). À la fin de la réunion avec l’Ordre National du Cameroun, plusieurs recommandations ont été formulées: Mettre à jour le cadre juridique de la profession, effectuer des visites sur site dans les quatre écoles de formation d’opticiens à Yaoundé et Douala, mettre en œuvre des mesures de contrôle de la qualité des verres médicaux dans les cabinets d’opticiens, intégrer les éléments de la CSU dans la profession d’opticien, renforcer la collaboration avec tous les acteurs, y compris au niveau décentralisé, clarifier le périmètre de compétence entre ophtalmologistes et opticiens et encourager la production locale pour promouvoir la substitution aux importations.

Sans Détour : Les marqueurs de la performance retrouvée à la Société immobilière du Cameroun. Ils ont été déclinés à l’occasion de la célébration de fête internationale du travail le 1er mai, à la faveur de la présentation de situation générale de l’entreprise publique par son top management au personnel. Sur fond d’appel à plus d’ardeur, afin de maintenir, voire d’améliorer, les encourageants indicateurs de croissance actuels.

Le Point : Notre confrère adresse la problématique de la réduction du train de vie de l’État et estime que l’achat de véhicules des Directeurs généraux de la Scdp et de la Magzi, qui a récemment fait la une des médias est « ruineux ». Pour le journal, les projets d’achat des véhicules à ces personnalités respectivement 120 et 290 millions FCFA, suscitent l’indignation collective. Ce d’autant plus qu’ils surviennent dans un contexte ou des instructions présidentielles visant à réduire les dépenses publiques ont été répercutées. Au sein de l’opinion, l’on s’interroge sur le gouvernail de ces deux entreprises.

L’Économie: Le journal du quartier Mvog-Ada à Yaoundé s’intéresse au bulletin et ses implications dans les secteurs de l’agriculture et l’élevage. Selon notre confrère, les fortes chaleurs vont faire baisser la production dans ces filières dans les régions du Centre et de l’Ouest. La filière maïs sera l’une des plus impactées.

La Voix des Entreprises : Le journal parle du projet d’alimentation en eau de 9 villes et renseigne que l’entreprise en charge de l’étape de Yabassi est officiellement installée. Le Directeur général de la Camwater Blaise Moussa, a effectué cette importante opération le 3 mai 2024. La société chinoise Cgcoc Group, puis qu’il s’agit d’elle, a pour mission principale de réhabiliter les installations existantes et d’étendre le réseau de distribution pour répondre aux besoins croissants de la population.

Le Drapeau : La commercialisation de l’huile dite « vrac » désormais autorisée au Cameroun. « Le gouvernement a décidé de lever l’interdiction de vente des huiles végétales en vrac dans le but de soutenir l’industrie de l’huile de palme qui fait face à des difficultés financières », même si cette commercialisation est limitées aux entreprises spécifiques indique le journal.

La Nouvelle Expression : « Prix du carburant : Les marqueteurs aux abois », titre le journal en colonnes. À en croire notre confrère, ces derniers se plaignent du fait qu’aucune disposition n’a été prise pour prendre en compte les différentes augmentations du prix du carburant à la pompe dans la structure des prix. « Et si rien n’est fait, une nouvelle crise du carburant est inévitable », alerte La Nouvelle Expression.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Calixthe Beyala défend Marc Brys et fustige l’attitude de Samuel Eto’o

Published

on

Spread the love

Calixthe Beyala dit non à ce qu’elle considère comme de la xénophobie et du racisme. L’écrivaine franco-camerounaise a pris la défense de Marc Brys, le sélectionneur des Lions Indomptables, après l’échange houleux qu’il a eu avec le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto’o.

Dans une vidéo qui a largement circulé sur les réseaux sociaux, Samuel Eto’o a tenu des propos jugés humiliants et xénophobes envers Marc Brys. Le président de la Fecafoot a notamment menacé de limoger le sélectionneur s’il ne quittait pas la réunion. « ACameroun, il n’y a qu’un homme qui la fait et c’est le président Biya. Non vous, vous ne décidez pas. Parce que ce que vous faites, monsieur le sélectionneur, c’est moi qui dois l’assumer. C’est moi le président de la fédération, ce que vous, vous faites, c’est moi qui l’assume ! Dans votre pays, je ne le fais pas. Vous ne me parlez pas comme ça monsieur le sélectionneur, ne l’oubliez pas. En tant que footballeur, vous, vous ne pouvez pas me parler. Maintenant je suis président, vous ne parlez pas comme ça. Asseyez-vous maintenant, on va travailler. Arrêtez un peu ce bordel. Vous pensez que vous êtes dans quel pays Monsieur ? Je peux faire ça en Belgique ? Comment vous pouvez faire ça au Cameroun ? J’étais un très très grand joueur !», a fulminé Samuel Eto’o.

Calixthe Beyala dénonce le comportement de Samuel Eto’o

Calixthe Beyala a dénoncé le comportement de Samuel Eto’o, qu’elle juge « inacceptable ». Elle a rappelé que le peuple camerounais est « accueillant, ouvert et aimant » et que « la xénophobie et le racisme ne font pas partie de notre ADN ». L’auteur de « C’est le soleil qui m’a brûlée » a pris la défense de Brys. Elle lui a souhaité « d’apprécier ce magnifique pays » et « d’y être pleinement heureux ». Elle est convaincue que le sélectionneur « va conduire les Lions vers une reconstruction et à de futures victoires ».

Continue Reading

Actualité

Le Niger invite la CEDEAO à rejoindre l’Alliance des Etats du Sahel

Published

on

Spread the love

L’appel a été lancé par le Premier ministre Ali Mahaman Lamine Zeine à Nairobi au Kenya, lors de l’Assemblée annuelle de la Banque africaine de développement (BAD).

Ali Mahaman Lamine Zeine, PM du Niger lance un appel à la CEDEAO

Les Etats membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) à rejoindre sont invités à rejoindre l’Alliance des Etats du Sahel (AES), fondée par le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

« Je ne peux pas être trop provocateur, mais je veux demander à Cédéao de rejoindre l’AES. Il y a des pays de la CEDEAO qui voudraient probablement rejoindre l’AES, parce qu’à l’intérieur de l’AES, c’est la culture de la souveraineté et de la dignité du continent », affirme le Premier ministre du Niger.

Pour certains analystes, cette sortie du Chef du gouvernement nigérien est une provocation à l’endroit des pays de la CEDEAO qui négocient pour le retour des membres de l’AES. Le président sénégalais Bassirou Diomaye Faye est mandaté pour cette mission.

Continue Reading

Actualité

Zackougla à l’Ambassade de France : “Je veux mon visa”

Published

on

Spread the love

La comédienne camerounaise Zackougla était encore dans l’attente de son visa pour la France ce mercredi 29 mai 2024. Elle doit s’y produire dans le cadre d’un spectacle live inédit le 1er juin prochain à Paris. Un contretemps qui met l’artiste dans l’angoisse. Zackougla et son partenaire de scène de toujours, Edoudoua Non glacé, devraient présenter leur spectacle « Un couple Xtraordinaire » au théâtre Traversière dès 19 heures. Edoudoua est déjà arrivé à Paris, mais Zackougla, elle, est toujours bloquée au Cameroun, en attente de son précieux sésame.

Incompréhension et inquiétude

La comédienne a exprimé son incompréhension sur sa page Facebook, où elle a informé ses fans de la situation. « Mon visa n’est toujours pas disponible à l’ambassade de France. Je ne comprends pas », a-t-elle déclaré.

Ses fans, eux, suivent la situation de près. Ils espèrent de tout cœur que Zackougla pourra obtenir son visa à temps et rejoindre Paris pour ce spectacle tant attendu. Après Paris, Zackougla et Edoudoua sont attendus à Bruxelles, en Belgique, le 5 juillet, pour un autre show. Ils termineront leur tournée française à Lyon le 13 juillet. Au moment où nous mettons sous presse, la situation de Zackougla n’a pas encore évoluée favorablement. Il reste 2 jours avant la date de l’événement.

Continue Reading

Trending