Connect with us

Actualité

« je vais être votre Martinez Zogo »

Published

on

Spread the love

Dans une  correspondance, l’avocate, membre du barreau de Washington depuis 2003 dénonce les agissements du Secrétaire général de la présidence de la République dans l’affaire de succession de Victor Fosto, ancien homme d’affaires camerounais. Celle qui par ailleurs est titulaire d’un Juris Doctor d’American University  et d’un Masters en relations internationales, indique clairement à Ferdinand Ngoh Ngoh qu’elle ne le combat pas  « personnellement, mais la contrefaçon de l’histoire du Dernier Bamiléké »

 

Lire ici sa sortie :

 

Cher Ferdinand Ngoh Ngoh, Monsieur le Ministre,

J’ai trop de respect pour vos réseaux pour vous conter des carabistouilles. Une longue lettre serait inutile tant vos actions sont barbares et sans aucun affect. Dans votre monde, seul compte le rapport de force ; penser vous influencer avec des mots serait naïf et imbécile. Je vous écris non pas pour vous invectiver ou vous défier publiquement mais seulement enfin dire ce que trop savent mais taisent : vous êtes l’architecte de la prédation particulièrement abjecte du patrimoine Fotso, un de ceux derrière ce brutal travail de sabotage pour empêcher la manifestation de la vérité et la justice. 

Ce n’est pas Ferdinand Ngoh Ngoh que je combats personnellement mais la contrefaçon de l’histoire du Dernier Bamiléké et le lien qu’il avait avec sa fille handicapée qu’il a essayé de protéger jusqu’à son dernier souffle. Pour parler camerouniaisement, je ne réclame pas ma part mais défend la mémoire de mon père et mes droits pour restaurer l’honneur de Fotso Victor.  Celui qui personnalise et vulgarise cela, c’est vous, Monsieur le Ministre en privatisant l’État avec ce je ne sais trop quoi que donne le pouvoir qui vous permet de vous immiscer dans un patrimoine, une succession privés et faire de moi une ennemie parce que je suis un obstacle inattendu. Je ne résiste pas à votre sauvagerie pour me mesurer à vous mais parce que je suis la mère et la fille de Fotso Victor. Le fait que vous m’attaquiez vicieusement en restant caché et en usant de tous les moyens y compris mon handicap me force à ne pas renoncer. Il y a des interdits même avec les femmes de couleur en situation de handicap, tout l’argent et tout le pouvoir du monde ou juste du Cameroun.

En portant plainte contre Yves Michel Fotso, Lucie Fotso, Laure et Gérémi Njitap et X, j’ai demandé des mesures de protection comme je l’avais déjà fait au préfet de police Laurent Nuñez.   Vous écrire publiquement permet d’affirmer clairement que vous, Ferdinand Ngoh Ngoh, faites partie de cette bande parfois très organisée qui casse la succession Fotso Victor en me combattant par des méthodes de barbouzes. Le clamer, certaine de pouvoir le prouver, ne changera rien mais lorsque je ne serai plus là, que vous ne pourrez plus faire de moi le sujet, vous aurez enfin à expliquer ce que vous faites dans les affaires Fotso et de quel droit vous estimez pouvoir décider, en piétinant les dernières volontés de mon père, non seulement que je ne suis pas une héritière mais que je dois être écrasée pour avoir osé opposer à la force rustre le droit, la décence et l’intelligence en rejetant une conception villageoise de la justice.

Monsieur le Ministre, je n’ai pas à aller plus loin, parler de Suisse et de Catherine Crochet. Vous êtes trop bien renseigné donc nul besoin d’expliciter. Mes procédures parisiennes buteront sans aucun doute sur votre réseau et cette volonté de camerouniser une affaire explosive. Cependant, je les ai faites, continuerai d’en faire ailleurs afin que lorsque vous aurez eu ma peau, l’institution judiciaire en France et d’autres pays n’ait plus d’excuses pour ne pas enquêter et déterrer une vérité cataclysmique. 

Ferdinand Ngoh Ngoh, pour Fotso Victor, pour faire la preuve que le handicap n’excuse pas la monstruosité, je vais être votre Martinez Zogo.

 NB : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la position éditoriale d’Actu Cameroun.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Côte d’Ivoire : 369 concours ouverts au titre de l’année 2024

Published

on

Spread the love

En Côte d’Ivoire, la ministre Anne Désirée Ouloto a procédé ce mercredi 24 avril 2024 au lancement de la session 2024 des concours administratifs et de ceux d’entrée en 2025 à l’Ecole nationale d’administration (ENA). Cette initiative consiste à renforcer les personnels administratifs dans plusieurs secteurs.

Côte d’Ivoire : le gouvernement veut renforcer des personnels de la fonction publique

Le gouvernement ivoirien veut renforcer des personnels administratifs. Ainsi, dans la journée de ce mercredi 24 avril à Abidjan Plateau, la ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration a dévoilé les différentes modalités et les secteurs concernés pour les concours lancés. Selon le communiqué, l’organisation de ces concours a été effectuée en fonction des besoins exprimés par les administrations.

Les différents domaines concernés sont : les pompiers civils (agent servant), les techniciens supérieurs des travaux publics option eau et assainissement et bien d’autres ouverts pour cette session 2024. Outre ces domaines, le ministère en charge de la Fonction publique souhaite reconduire certains concours qui n’ont pas été ouverts au cours des sessions précédentes et qui n’avaient pas enregistré de candidatures au niveau de la diaspora malgré l’existence des besoins de ces emplois dans l’administration publique.

Ainsi, il s’agit des ingénieurs statisticiens, des économistes, des médecins spécialistes (cancérologie, cardiologie, néphrologie), des ingénieurs des travaux publics option bâtiment, des ingénieurs des travaux publics option routes et transport.

Par ailleurs, certains concours comme ceux des gents d’encadrement des douanes, de constatation des impôts, d’assistants comptable, de maitres(esses) d’éducation permanente, de maitres(esses) adjoints d’éducation permanente, de maitres(esses) d’éducation physique et sportive, de maitres(esses) adjoints d’éducation physique et sportive ne seront pas ouverts au titre de l’année 2024, mention le communiqué du ministère.

Selon les modalités, l’âge pour des cycles a été revu à la hausse. Ainsi, pour le cycle moyen, l’âge passe de 33 à 35 ans ; le cycle moyen supérieur de 38 à 40 ans et le cycle supérieur, de 41 à 43 ans. Il faut préciser que les compositions seront lancées le 17 août 2024 à Yamoussoukro dans les secteurs concernés, selon le communiqué du ministère.

Continue Reading

Actualité

Sénégal : Bassirou Diomaye Faye prend une décision en faveur des victimes des violences politiques

Published

on

Spread the love

Le président Bassirou Diomaye Faye annonce l’indemnisation des victimes des évènements malheureux de janvier 2021 à février 2024. C’est l’une des décisions prises en Conseil des ministres ce mercredi 24 avril 2024. Elle s’inscrit dans le cadre du processus de réconciliation nationale.

Sénégal : Bassirou Diomaye Faye annonce l’indemnisation des victimes des évènements de janvier 2021 à février 2024

Le président Bassirou Diomaye Faye se « dit particulièrement soucieux du renforcement de la réconciliation nationale ». Pour un aboutissement heureux du processus de réconciliation, le chef de l’Etat pense qu’il faut la « justice dans le traitement adéquat des cas des victimes des évènements de janvier 2021 à février 2024, notamment les familles endeuillées et les blessés ». « A cet effet, le Chef de l’Etat a demandé au Premier Ministre de mettre en place une commission d’indemnisation des victimes des évènements de janvier 2021 à février 2024 », lit-on dans le communiqué final du Conseil des ministres.

La commission doit, dans les meilleurs délais, « identifier les victimes et procéder à l’évaluation des préjudices subis, ainsi qu’à la prise en charge effective des blessés en cours de traitement ». « En outre, le Premier Ministre devra faire, avec les Ministres concernés, le point sur l’état d’avancement de ce dossier prioritaire tous les quinze (15) jours en Conseil des ministres », précise le porte-parole du gouvernement.

Les violences politiques survenus lors des évènements de janvier 2021 sont liés à l’incarcération d’Ousmane Sonko, principal opposant au régime de Macky Sall, à l’époque. C’était le début de ses ennuis judiciaires dans le dossier « viols et menaces de mort » qui l’a opposé à Adji Sarr. En février 2024, de nouvelles violences ont éclaté suite à la volonté affichée de Macky Sall de reporter l’élection présidentielle.

Continue Reading

Actualité

La CAN 2023 a rapporté un bénéfice de 80 millions de dollars à la CAF

Published

on

Spread the love

La Coupe d’Afrique des Nations, CAN 2023 a rapporté 80 millions de dollars de la Confédération africaine de football (CAF) selon son président.

La CAN 2023 a rapporté un bénéfice de 80 millions d’euros à la CAF

La CAN 2023, disputée du 13 janvier au 11 février en 2024 en Côte d’Ivoire est sans doute la meilleure jamais organisée sur le continent africain. Dans une interview à France 24, le président de la CAF, Patrice Motsepe a révélé l’important bénéfice gagné par son institution.

« On a gagné plus de 80 millions de dollars. C’est ça le bénéfice. Si on regarde les éditions précédentes, on a gagné à peu près 4 millions. Donc on est passé à 80 millions et une grande partie de cet argent va aux 54 pays pour développer le football », a déclaré Patrice Motsepe.

« La CAN 2023 en Côte d’Ivoire a été la plus rentable de l’histoire. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Mais ça ne peut être rentable que si la qualité du football africain est enthousiasmante », a conclu le patron du football africain.

Depuis la fin du tournoi remporté par les Éléphants, tous les observateurs sont unanimes sur la qualité tournoi organisé par la Côte d’Ivoire pour la deuxième fois de son histoire.

Continue Reading

Trending