Connect with us

Actualité

Guillaume Soro et l’affaire de son enlèvement, un buzz pour freiner Thiam ??

Published

on

Spread the love

Guillaume Soro, figure politique bien connue en Côte d’Ivoire, ancien chef rebelle, ancien premier ministre et ancien président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, a récemment suscité l’attention médiatique en déclarant être visé par un enlèvement orchestré par un groupe d’individus provenant de la Côte d’Ivoire en route pour la Turquie. Cependant, l’histoire prend un tournant étrange lorsqu’il est rapidement annoncé par son parti politique, le GPS (Générations & Peuples Solidaires), que Guillaume Soro est en sécurité et n’a pas été enlevé. Cette situation soulève de nombreuses interrogations et invite à une analyse approfondie.

La curieuse affaire de l’enlèvement de Guillaume Soro

Tout d’abord, il est important de noter que Guillaume Soro est actuellement en marge de la politique ivoirienne. En exil en Europe, suite à un mandat d’arrêt émis contre lui et une condamnation à 20 ans de prison de la justice ivoirienne, l’ancien leader du MPCI risque l’arrestation s’il revient en Côte d’Ivoire. Ces derniers temps, Guillaume Soro ne faisait parler de lui que pour souhaiter ses condoléances à la famille du PDCI qui a perdu plusieurs de ses cadres. D’abord le Président Henri Konan Bédié et le Général Gaston Ouassénan Koné sont décédés ces derniers mois. Autrement, l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo et d’Alassane Ouattara est inexistant dans l’actualité politique en Côte d’Ivoire en ce moment.

Tidjane Thiam

En Côte d’Ivoire, la montée en puissance de Tidjane Thiam, pressenti pour prendre la tête du parti politique le PDCI RDA et qui se prépare à une éventuelle candidature à la présidentielle de 2025 en Côte d’Ivoire, semble avoir éclipsé Soro et les autres leaders politiques des yeux des Ivoiriens. On voudrait atténuer l’effet de cette montée en puissance de cet homme non clivant, qui s’inscrit dans les aspirations des Ivoiriens d’une alternance politique sans crise, qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Les successives publications de GPS annonçant une traque contre son leader visaient peut-être à raviver les passions, mais la mayonnaise a eu du mal à prendre. Générations et Peuples Solidaires a annoncé dans un premier temps qu’un “commando” était “présent à Istanbul pour kidnapper M. SORO”

L’annonce de son supposé enlèvement a été perçue par beaucoup comme une tentative désespérée de Guillaume Soro pour regagner de la visibilité politique. La question qu’on se pose tous est de savoir si cette histoire d’enlèvement est authentique ou s’il s’agit d’une mise en scène.

Une chose est certaine, la politique en Afrique ne permettant pas d’afficher des certitudes sur les décisions que peuvent prendre certains dirigeants, il serait hasardeux de tout balayer du revers de la main. Mais pour autant, certaines interrogations méritent tout de même leur existence dans cette supposée tentative d’arrestation de Guillaume Soro.

Ce qu’il y a de frappant dans les communications de GPS, c’est le degré d’information dont Guillaume Soro disposait concernant son supposé enlèvement. Ces précisions ont soulevé des doutes quant à la crédibilité de l’alerte à la lecture du second communiqué disant que Guillaume Soro a embarqué dans un avion vers la destination soi-disant devenue dangereuse pour lui. Le communiqué intitulé “Guillaume Soro toujours porté disparu”.

Cette communication cherchait à faire croire que Guillaume Soro aurait décidé de défier ses supposés enleveurs puisqu’il aurait pris un avion à destination du lieu où il est supposé se faire arrêter. Comment aurait-il pu faire ce voyage malgré les détails dont il dit disposer sur l’opération de son enlèvement supposé ?

Le revirement de son parti politique ce samedi 4 novembre, affirmant “Guillaume Soro désormais hors de danger” termine de convaincre d’un caractère amusant de l’affaire.

L’opinion publique en Côte d’Ivoire semble largement sceptique quant à la véracité de cette affaire d’enlèvement. Beaucoup considèrent que Guillaume Soro a peut-être inventé cette histoire pour regagner de l’attention politique. Dans un pays où les enjeux politiques sont élevés et la compétition pour le pouvoir est devenue intense, la stratégie de la victimisation est parfois utilisée pour galvaniser le soutien et attirer l’attention des médias.

Quel intérêt aurait autrement le Président Alassane Ouattara à remettre en scène Soro par son arrestation alors qu’il est effacé de la scène politique ?

Il est cependant vrai que certains conseillers du parti au pouvoir, sans doute troublés par le silence prolongé de Guillaume Soro et l’absence de débats houleux sur la scène politique ivoirienne, ont pu suggérer de recréer une certaine ambiance.

Il faut le noter, le climat actuel de paix profite à Tidjane Thiam qui n’a d’histoire avec personne en Côte d’Ivoire. Aussi bien avec Laurent Gbagbo qu’avec Alassane Ouattara, les deux leaders charismatiques de la politique ivoirienne, l’administrateur de Kering entretient d’excellents rapports.

Tidjane Thiam avec Ouattara puis Laurent Gbagbo

Centré sur les sujets de l’éducation, de l’économie et du développement du pays, l’ex-patron de Crédit Suisse serait marginalisé si le débat politique devait de nouveau porter sur les antagonismes.

Il est tentant pour des conseillers du RHDP de ramener un peu plus de tensions dans le débat politique. C’est le principal moyen pour les partis politiques de resserrer le rang de leurs militants. Avec le parti au pouvoir, certains supporters sont découragés par une gouvernance qui ne leur apporte rien de ce qu’ils espéraient. Si certains s’en sortent clairement mieux avec l’ex-RDR au pouvoir, des militants non liés aux preneurs de décision nagent eux dans la même désillusion que beaucoup d’Ivoiriens. Une des façons de les amener à rester accrochés à la case peut être de faire croire qu’une menace plane.

La réémergence d’une ambiance de crise politique peut porter un coup d’arrêt à la rapide et harmonieuse montée en puissance de Tidjane Thiam. Voilà qui ferait d’une pierre deux coups. Si le débat politique en Côte d’Ivoire devait à nouveau porter sur les personnes, les gentils ou les mauvais, les vrais Ivoiriens et les faux…

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Le Port de Lomé met en service un centre d’appel

Published

on

Spread the love

Pour améliorer la communication et le service aux utilisateurs de la plateforme logistique au Togo, le port de Lomé met en service son centre d’appel. La mise en place a été effectuée en présence de plusieurs autorités le 16 avril 2024.

Le port de Lomé dispose désormais d’un centre d’appel efficace

Fin aux tracasseries portuaires au port de Lomé. La direction du PAL dote de ce port un grand centre d’appel pouvant assurer les opérations commerciales accessibles 24h/24 et 7j/7. Il répondra aux besoins des clients qui peuvent désormais signaler toute difficulté rencontrée dans leurs démarches portuaires.

En effet, le centre est équipé de 10 cabines en présence des personnels formés pour garantir l’assistance efficace, allant de l’information sur les navires et les marchandises à la gestion des paiements et des réclamations. À en croire les autorités de la direction du port autonome de Lomé, le centre d’appel va jouer un rôle majeur. « En offrant un accès facile à des informations et à des services de soutien, nous nous engageons à soutenir la croissance et le succès de notre communauté d’affaires », clarifie la direction.

Par ailleurs, il est prévu pour les années à venir une intégration d’outils modernes de communication comme l’e-mail, les SMS et les réseaux sociaux. Ainsi, cette stratégie vise à élargir davantage la portée et l’efficacité du centre d’appel afin de le positionner comme un point central pour la gestion des informations portuaires.

Continue Reading

Actualité

Les États-Unis bloquent la candidature palestinienne à l’ONU, pourtant largement soutenue

Published

on

Spread the love

Comme ils l’avaient annoncé plus tôt, les États-Unis ont effectivement empêché l’ONU de reconnaître un État palestinien en opposant leur veto au Conseil de sécurité. Cette action américaine refuse ainsi à l’Autorité palestinienne l’adhésion à part entière à l’organisation mondiale en tant qu’Etat.

Les États-Unis affirment qu’un État palestinien indépendant devrait être établi par le biais de négociations directes entre Israël et l’Autorité palestinienne et non par l’action de l’ONU. C’est donc ce qui justifie leur décision de bloquer l’adhésion de la Palestine à l’ONU comme Etat membre, alors même qu’aucun des quatorze autres membres ne s’y sont opposés. 

Washington a opposé son veto à un projet de résolution recommandant aux 193 membres de l’Assemblée générale de l’ONU que « l’État de Palestine soit admis comme membre des Nations Unies ». La Grande-Bretagne et la Suisse se sont abstenues, tandis que les 12 membres restants du Conseil ont voté oui.

Les Palestiniens sont actuellement un État observateur non membre, une reconnaissance de facto du statut d’État accordé par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2012. Mais une candidature pour devenir membre à part entière de l’ONU doit être approuvée par le Conseil de sécurité, puis par au moins les deux tiers de l’Assemblée générale.

La pression palestinienne pour une adhésion à part entière à l’ONU intervient six mois après une guerre entre Israël et le Hamas à Gaza, et alors qu’Israël étend ses colonies en Cisjordanie occupée et massacre des milliers de civils dans la bande de gaza.

Dans une déclaration au Conseil, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a indiqué que « Les récentes escalades rendent encore plus important le soutien aux efforts de bonne foi visant à trouver une paix durable entre Israël et un État palestinien pleinement indépendant, viable et souverain ». « L’incapacité de progresser vers une solution à deux États ne fera qu’accroître la volatilité et les risques pour des centaines de millions de personnes dans la région, qui continueront de vivre sous la menace constante de la violence », a-t-il déclaré.

Le Conseil de sécurité de l’ONU soutient depuis longtemps la vision de deux États vivant côte à côte au sein de frontières sûres et reconnues. Les Palestiniens veulent un État en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, tous des territoires colonisés par Israël en 1967.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Continue Reading

Actualité

Le Burkina Faso reçoit un lot de matériels militaires

Published

on

Spread the love

L’armée burkinabè a reçu dans la matinée ce jeudi 18 avril 2024 un lot de matériels militaires. Une initiative qui vise à renforcer les capacités de défense au Burkina Faso dans le contexte de la reconquête du territoire.

L’armée burkinabè dotée de matériels militaires

Le Burkina Faso renforce à nouveau ses capacités de défense. Ainsi, le Chef d’état-major général des armées a reçu des mains du ministre d’État, ministre de la Défense et des Anciens combattants, Général Kassoum Coulibaly, un lot de matériels militaires.

Au total, 75 véhicules militaires dont 20 véhicules Sadco, 20 véhicules M53, 20 Kraz10 tons fuel tanker, 7 APC ambulance, 4 Arrmored car, 2 Arrmored bus et 2 APC memsah réceptionnés pour soutenir les opérations militaires et assurer la sécurité des forces armées sur le terrain.

À en croire le ministre de la Défense, l’achat de ces différents matériels a été effectué grâce à la participation active du peuple burkinabè. De la même manière, l’autorité a mentionné que l’acquisition de ces équipements est le fruit de la coopération égyptienne.

Pour rappel, le camp Naaba-koom a servi de cadre à la cérémonie de réception en présence de nombreuses autorités compétentes de l’armée. Cette action témoigne à nouveau la détermination du président Ibrahim Traoré à lutter efficacement contre les actes terroristes au Burkina Faso.

Continue Reading

Trending