Connect with us

International

Gouvernement: Oudéa-Castéra exfiltrée de l’Education, le MoDem garde quatre ministres après la crise Bayrou | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Après un mois d’attente et une crise ouverte par François Bayrou, Emmanuel Macron et Gabriel Attal ont fini jeudi par nommer la deuxième moitié d’un gouvernement un peu moins resserré qu’espéré, avec l’entrée de Nicole Belloubet à l’Education nationale à la place d’Amélie Oudéa-Castéra.

Advertisement

Affaiblie par des semaines de polémiques pour avoir critiqué d’emblée l’école publique, “AOC” est ainsi rétrogradée mais reste ministre des Sports et des JO en cette année olympique, selon la liste dévoilée par l’Elysée dans un communiqué. Saluant son “engagement total”, M. Attal a aussi admis “un trouble, un malaise” autour de Mme Oudéa-Castéra pour justifier ce mouvement.

Son grand ministère n’aura été qu’éphémère: Nicole Belloubet, 68 ans, ministre de la Justice lors du premier quinquennat du chef de l’Etat, récupère les dossiers de l’école et de la jeunesse.

Advertisement

Ancienne rectrice, la nouvelle ministre chargée de la “mère des batailles”, comme Emmanuel Macron et Gabriel Attal ont baptisé les réformes scolaires, est aussi issue du Parti socialiste. Un petit gage à l’aile gauche macroniste, après la droitisation constatée lors de la première salve de nominations, dont la sarkozyste Rachida Dati avait été la grande surprise à la Culture.

En tout, 20 personnalités viennent prêter main forte aux 14 ministres nommés le 11 janvier, pour s’occuper de secteurs-clés qui étaient en souffrance, mais cinq seulement sont de nouveaux entrants. Au total, avec 35 membres dont le Premier ministre, le gouvernement est resserré mais au-delà de l’objectif de 30 membres maximum que s’était fixé le duo exécutif.

Advertisement

“Technocratie gestionnaire”

Après 48 heures d’intenses tractations qui ont viré au psychodrame, François Bayrou n’en fait donc pas partie. Le président du MoDem a ouvert une crise dans la Macronie en invoquant mercredi soir de vives divergences politiques et une “dérive” vers une “technocratie gestionnaire” pour expliquer son refus de devenir ministre.

Son parti centriste, principal allié du président dans une Assemblée nationale sans majorité absolue, conserve toutefois quatre représentants au sein de l’exécutif: en plus du ministre de l’Agriculture Marc Fesneau, il s’agit de l’entrante Marina Ferrari qui remplace Jean-Noël Barrot au Numérique, ce dernier qui passe à l’Europe, et Sarah El Haïry, qui laisse la Biodiversité pour récupérer l’Enfance, la Jeunesse et les Familles.

Advertisement

En revanche le MoDem Philippe Vigier laisse les Outremer à une députée du parti présidentiel Renaissance, Marie Guévenoux.

Comme ces deux nouvelles recrues, le reste des ministres délégués et secrétaires d’Etat nommés jeudi sont peu connus du public.

Advertisement

La plupart sont des repêchés de l’équipe d’Elisabeth Borne, dont seul Stanislas Guerini revient avec un ministère de plein exercice, à la Fonction publique.

A Bercy, Roland Lescure gérera l’Energie en plus de l’Industrie, et Olivia Grégoire est confirmée aux Entreprises, au Tourisme et à la Consommation, comme Thomas Cazenave aux Comptes publics. Idem pour Sabrina Agresti-Roubache (Ville et Citoyenneté) et Dominique Faure (Collectivités territoriales et Ruralité).

Advertisement

A la Santé, autre dossier prioritaire du quinquennat, l’ex-président de la Fédération hospitalière de France Frédéric Valletoux, député du parti Horizons d’Edouard Philippe, est nommé ministre délégué sous la houlette de Catherine Vautrin.

Un temps évoquée pour ce poste sensible, l’ex-ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher est ministre déléguée à l’Agriculture, après la crise qui vient de secouer le secteur.

Advertisement

Clément Beaune, figure de l’aile gauche qui avait agacé Emmanuel Macron en critiquant la loi immigration, n’est pas reconduit aux Transports, remplacé par l’ex-ministre du Logement Patrice Vergriete.

Ce dernier, qui avait également laisser filtrer quelques états d’âmes sur l’immigration, ne subit donc pas le même sort. Il cède son fauteuil au Logement au député Renaissance Guillaume Kasbarian, un libéral revendiqué.

Advertisement

Le casting avait viré au casse-tête, avec les équilibres à respecter, le cas “AOC” à trancher et, in extremis, le psychodrame autour de François Bayrou.

L’allié centriste d’Emmanuel Macron a expliqué mercredi soir à l’AFP que, “sans accord profond sur la politique à suivre”, il ne pouvait accepter l’Education nationale ou la Réforme de l’Etat, les deux domaines prioritaires où il se serait bien vu aux manettes.

Advertisement

Les propos du patron ont suscité des critiques au sein même de sa formation, à l’instar du député Jean-Louis Bourlanges qui a déploré une démarche qui “affaiblit” la majorité et “discrédite” le MoDem.

Au-delà du remaniement, la prise de distance de François Bayrou a mis au jour des clivages profonds dans le camp présidentiel.

Advertisement

Parfum de crise

Et celui qui est toujours haut-commissaire au Plan mais aussi “élu de la province la plus lointaine de France” s’est aussitôt placé dans la perspective de la présidentielle de 2027, dont “l’enjeu” est selon lui de “réconcilier la France qui se bat en bas avec la France qui décide en haut”. “Je n’ai jamais renoncé à aucun des devoirs qui sont les miens”, a-t-il prévenu.

Au sommet de l’Etat, on faisait mine de vouloir laisser la tempête passer.

Advertisement

En déplacement dans le Pas-de-Calais auprès de sinistrés des inondations, le Premier ministre a estimé que leur situation permettait de prendre “beaucoup de recul” sur “quelques péripéties politiques”, semblait faire allusion aux soubresauts des dernières heures.

“Quand on est un mouvement avec différentes sensibilités, il faut accepter parfois qu’elles s’expriment”, philosophait aussi un proche d’Emmanuel Macron.

Advertisement

A l’inverse, les oppositions ont immédiatement humé le parfum de crise politique. “Bienvenue dans l’opposition”, ont ironisé de concert les chefs de file des députés socialistes et des Républicains, Boris Vallaud et Olivier Marleix. Ce dernier a déploré “un mois et demi de cinéma, de théâtre autour d’un remaniement ministériel”.

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

International

Après Macron, Attal au Salon de l’Agriculture dans le calme, sur fond de campagne contre le RN | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Entre verre de lait et gorgées de rhum, Gabriel Attal a arpenté mardi le Salon de l’agriculture dans un calme qui contrastait avec le tumulte de son inauguration par Emmanuel Macron, sur fond de campagne contre l’extrême droite en vue des élections européennes.

Advertisement

Le Premier ministre est resté de 07h00 à 19h45 Porte de Versailles, une longue visite interrompue durant l’après-midi par la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée.

Le climat était bien différent de celle du président samedi: une inauguration du Salon retardée, des huées d’agriculteurs en colère et une très forte présence policière.

Advertisement

“La politique que je porte, les engagements que j’ai pris (…) ce sont mes engagements, mes mesures mais aussi celles du président de la République. On agit ensemble. Et c’est grâce au président de la République qu’on a obtenu beaucoup d’avancées au niveau européen”, a tempéré Gabriel Attal.

Sur le plan politique, le message était le même, résolument tourné contre le RN.

Advertisement

A peine arrivé, après avoir levé un verre de lait devant la traite des vaches, M. Attal a d’emblée accusé, sur la radio RTL, les responsables du Rassemblement nationwide d’être les “passagers clandestins” de la crise agricole qui “instrumentalisent” la “détresse” des agriculteurs, pointant leur “incohérence absolue”.

Le chef du gouvernement a ensuite rencontré sans la presse les syndicats agricoles puis petit-déjeuné avec les filières professionnelles, avant de déambuler dans les stands des éleveurs, de l’Outre-mer et des équidés.

Advertisement

Dans l’après-midi, il s’est notamment attardé sur le stand de la région Occitanie, accompagnée de la présidente socialiste de la région, Carole Delga. Il s’est ensuite rendu aux stands pour échanger avec les représentants de différentes filières (céréales, fruits et légumes, spiritueux, vins, brasseurs) avant de s’éclipser pour trigger de dîner d’Etat à l’Elysée avec l’Emir du Qatar.

“Dans le bon sens”

Les agriculteurs “me disent que les mesures prises vont dans le bon sens”, a affirmé Gabriel Attal, “mais qu’il faut qu’elles puissent maintenant être vécues de manière palpable et tangible dans leur vie quotidienne”.

Advertisement

Notamment sur les questions de trésorerie, centrales pour les agriculteurs en difficulté. “Des engagements très concrets ont été pris par les banques” ce mardi, a tenu à rassurer le Premier ministre, notamment concernant les stories ou des étalements d’annuités.

Seuls quelques cris de “Marine Le Pen présidente” ou de “Frexit” ont émaillé sa visite à la vache égérie Oreillette, dont il a observé le “calme” dans le brouhaha du Salon.

Advertisement

Gabriel Attal venait tout juste de quitter le Corridor 1 de l’élevage quand des manifestants de la Confédération paysanne ont investi brièvement le stand du géant laitier Lactalis pour réclamer une meilleure rémunération de leur manufacturing, a constaté une journaliste de l’AFP.

Dans l’après-midi, de fake avis de recherche où figuraient les logos de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs (JA) d’Ile-de-France, ont été placardés sur les portes du Corridor 2 mettant en trigger les conseillers de l’Elysée Benoît Faraco et Mathias Ginet, ainsi que l’eurodéputé Renaissance Pascal Canfin, décrits comme des “incompétents” et des “nuisibles”.

Advertisement

La colère des agriculteurs a été attisée par l’idée – attribuée à ces conseillers – du chef de l’Etat d’organiser au Salon un grand débat, pour lequel a été évoquée une invitation du collectif écologiste Soulèvements de la Terre.

Le Premier ministre a de son côté reçu à plusieurs reprises les syndicats agricoles et formulé trois salves de mesures, sans pleinement convaincre la occupation malgré la levée des blocages.

Advertisement

Passe d’armes avec Le Pen

Dans les allées, un éleveur laitier qui avait participé au blocage de l’A7 l’a appelé à ne pas person de “mots provocateurs” comme le chef de l’Etat. Lors de la venue d’Emmanuel Macron samedi, il n’y avait selon lui “pas de gens extrêmes” mais “des gens extrêmement en colère”.

“Il y a eu des scènes qui étaient inacceptables”, lui a répondu le Premier ministre, avec “des personnes venues pour bordéliser”.

Advertisement

L’exécutif est soucieux d’occuper le terrain et d’effacer les photographs inédites de l’ouverture chaotique du Salon, où le président a déambulé sans beaucoup de public et au prix d’une importante présence policière, sur fond d’une crise agricole installée depuis plus d’un mois.

Désireux de sortir de ces tensions, Emmanuel Macron a choisi d’évoquer les élections européennes et de pilonner le RN qui fait la course largement en tête dans les sondages face à une Macronie à la peine.

Advertisement

Gabriel Attal a repris le flambeau mardi, accusant Marine Le Pen et Jordan Bardella de venir “butiner sur cette crise” alors qu’en 40 ans de Parlement européen, le RN n’a “absolument rien fait, rien proposé” et montré “une incohérence absolue” en votant alternativement pour ou contre la Politique agricole commune (PAC).

A l’Assemblée, le chef du gouvernement a répondu à Marine Le Pen sur l’Ukraine, avec qui il a eu une passe d’armes.

Advertisement

Pour la cheffe de file des députés RN, Emmanuel Macron “a franchi un pas vers la co-belligérance” en affirmant qu’il n’excluait pas l’envoi de troupes occidentales en Ukraine. Une déclaration critiquée par plusieurs capitales occidentales.

Advertisement
Continue Reading

International

Européennes: l’agriculture premier impediment dans la campagne écologiste | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

A près de 100 jours des élections européennes, les Ecologistes tentent toujours de faire la paix avec les agriculteurs, alors que la campagne de leur tête de liste Marie Toussaint, entamée depuis décembre, semble patiner.

Advertisement

Au second où l’agriculture s’est imposée comme un des premiers thèmes de campagne de ces élections après la colère du monde paysan en janvier, et que l’exécutif a fait des écologistes “des bouc-émissaires”, les Verts ont assuré voir reçu un “glorious accueil” du monde paysan, au salon de l’agriculture.

Loin des jets d’oeufs et sifflets qui ont visé les ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture Christophe Béchu et Marc Fesneau, la délégation, menée par la cheffe du parti Marine Tondelier et la tête de liste aux européennes Marie Toussaint, a en effet pu rencontrer toutes les organisations syndicales, y compris la Coordination rurale, la plus hostile aux écologistes.

Advertisement

En visite vendredi, les écologistes étaient loin d’être en terrain conquis, tant les agriculteurs se disent étranglés par les normes, en particulier environnementales.

Les écologistes ont fait assaut d’amabilité. “On est d’accord avec vous”, “c’est ce qu’on dit depuis toujours”, “ce que vous dites, c’est dans notre programme”, répète Marine Tondelier.

Advertisement

Les échanges restent polis, mais la critique pointe souvent de la half du monde paysan. Alors qu’une partie des représentants de la Coordination rurale était encore en garde à vue après une motion près de l’Arc de triomphe, Marine Tondelier joue la connivence: “Pour le gouvernement vous êtes des agroterroristes, nous on est des écoterroristes”.

“C’est peut-être plus juste pour vous que pour nous”, réplique Christian Convers, secrétaire général du syndicat.

Advertisement

Un peu plus tôt, c’est l’éleveur de vaches Salers, Alexis Picarougne qui s’est indigné: “On vous aime, mais il faut que vous nous aimiez”, a-t-il lancé. “Il faut arrêter de dire qu’on est des pollueurs.”

L’échange prend un tour plus intense, sur la query des mégabassines, des retenues d’eau jugée nécessaires par certains agriculteurs mais que dénoncent les écologistes. L’eurodéputé Benoit Biteau, lui-même agriculteur présent dans la manifestation de Sainte-Soline, s’échauffe. “Par vos méthodes, vous êtes en practice de détruire l’agriculture française”, lui répond l’éleveur.

Advertisement

La “douceur” de Toussaint

A l’écart de ces échanges, Marie Toussaint qui prône “la douceur” pour sa campagne, joue la carte du sérieux. Elle questionne sur la proposition de prix planchers des produits agricoles, rappelle que les paysans sont les premiers touchés par les pesticides, et appelle à transformer la Politique agricole commune (PAC), pour que les subventions favorisent les efforts fournis vers la transition écologique.

Entrée en campagne début décembre, l’eurodéputée peine encore à se faire connaître.

Advertisement

Celle qui a fait condamner l’Etat français en 2021 pour ses manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique, fait l’objet de quelques critiques en interne, notamment depuis son premier assembly, où une séance de “booty remedy”, une danse basée sur le déhanchement, a provoqué la stupeur.

Mais Marine Tondelier n’a pas d’inquiétude sur sa candidate: “8%, c’est le même niveau que Yannick Jadot à la même époque en 2019”. Il avait finalement atteint 13,4%.

Advertisement

“L’agriculture est au coeur du projet écologique et la liste écologiste est en dynamique”, veut croire aussi la cheffe des députés Cyrielle Chatelain.

Et l’eurodéputé David Cormand guarantee que “la campagne se met en place tranquillement”. Une campagne “de terrain, de déplacements, selon un plan établi. On fait nos gammes et on va ramasser les graines qu’on a semées”.

Advertisement

Pour lui, le débat sur l’agriculture est à ce titre “extrêmement bénéfique pour les Ecologistes, notre parole a été écoutée. C’est un sujet européen, sur lequel nous sommes solides”.

Prochain déplacement pour Marie Toussaint, les Antilles, où elle se rend dès samedi avec Priscillia Ludowsky, ancienne gilet jaune martiniquaise, avec qui elle a écrit un livre contre les violences environnementales et en place éligible sur la liste écologiste.

Advertisement
Continue Reading

International

EDF, chlordécone, médicaments: les socialistes font passer leurs textes à l’Assemblée | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Les députés socialistes ont tiré au most parti d’une journée réservée à leur groupe jeudi, faisant adopter à l’unanimité une série de propositions contre les pénuries de médicaments, les violences sexuelles dans le sport, ou contre certains frais bancaires, tout en se résolvant à des concessions sur un texte phare concernant EDF.

Advertisement

“5 sur 5”: le président du groupe Boris Vallaud, qui avait présenté cette area of interest parlementaire comme emplie de textes “utiles à la vie quotidienne”, avait beau jeu de se réjouir à minuit, après l’adoption à l’unanimité d’un texte de Valérie Rabault contre les pénuries de médicaments.

Il prévoit d’inscrire dans la loi des shares planchers pour les industriels, qui ne sont prévus aujourd’hui que dans un décret, et compris entre une semaine minimal et quatre mois most pour les médicaments en général.

Advertisement

Pour les “médicaments d’intérêt thérapeutique majeur”, cette fourchette passerait à deux mois minimal et quatre mois most, voire davantage en state of affairs de pénurie, sur décision de l’ANSM. Le texte devra désormais passer au Sénat.

Avant cela, leur collègue Christine Pires Beaune avait fait adopter en première lecture et à l’unanimité sa proposition de suppression de certains frais bancaires incombant à un héritier, notamment lorsque la personne décédée est mineure ou quand les sommes concernées sont inférieures à 5.000 euros.

Advertisement

Et la députée Claudia Rouaux avait mis un level closing au parcours d’une autre loi consensuelle contre les violences sexuelles sur des mineurs dans les golf equipment sportifs. Elle prévoit de renforcer le contrôle des antécédents des éducateurs sportifs, qui deviendra annuel, et d’ajouter des obligations de signalements aux présidents de golf equipment.

Le député de Guadeloupe Elie Califer a en revanche connu une séance plus agitée. Il a réussi à faire adopter en première lecture un texte prévoyant que la “République française reconna(isse) sa responsabilité dans les préjudices sanitaires, moraux, écologiques et économiques” causés par l’utilisation du chlordécone, un pesticide utilisé aux Antilles jusqu’en 1993 malgré les alertes sur sa nocivité.

Advertisement

Salué comme “historique” à gauche, il prévoit également que la France se fixe pour objectif “la dépollution des terres” et “l’indemnisation de toutes les victimes”.

Le texte n’a pas rencontré d’opposition frontale, – un seul député a voté contre puis fait savoir qu’il voulait s’abstenir -, mais beaucoup d’abstentions (100 votes pour, 80 abstentions, principalement dans la majorité présidentielle).

Advertisement

Le camp présidentiel avait un temps proposé de faire seulement reconnaître une “half de responsabilité” de l’Etat, la députée Renaissance Charlotte Parmentier-Lecocq soulignant que “d’autres responsabilités ont été à l’œuvre”, dont celles de propriétaires d’exploitation ou d’élus locaux de l’époque.

Compromis sur EDF

Le matin, c’est Philippe Brun qui avait fait adopter une nouvelle fois son texte sur EDF, qui a sensiblement évolué au cours des allers-retours avec le Sénat.

Advertisement

Il prévoit de sanctuariser dans la loi la détention d’EDF par l’Etat à 100%, mais aussi et surtout d’étendre au 1er février 2025 des Tarifs réglementés de vente d’électricité (TRVE) aux TPE et aux petites communes, mesure qui pourrait rendre éligibles près de “10.000 communes” et “un million de TPE”, selon le ministre de l’Industrie Roland Lescure.

“Nous remportons une bataille mais nous n’avons pas remporté la guerre”, a insisté la députée LFI Alma Dufour, regrettant des reculs au Sénat sur ces tarifs réglementés que la gauche voulait élargir aux PME et à davantage de collectivités.

Advertisement

Presque devenu un symbole d’opposition après avoir été adopté quatre fois contre l’avis du gouvernement lors de la navette parlementaire, le texte a reçu pour la première fois le soutien unanime de l’exécutif et de l’Assemblée, camp présidentiel compris.

Derrière ce beau tableau, un bras de fer entre Bercy et les députés. Ces derniers ont notamment accepté de renoncer à une obligation pour EDF de mettre en place une half d’actionnariat salarié: un amendement gouvernemental est venu transformer l’obligation en possibilité.

Advertisement

En échange, l’exécutif a inscrit le texte à l’agenda du Sénat le 3 avril, en vue d’une adoption définitive.

Mais selon plusieurs députés de gauche, l’exécutif avait aussi fait planer la menace d’une saisine du Conseil constitutionnel, alors que la majorité a souligné à plusieurs reprises ces derniers mois que l’article sur les tarifs réglementés pourrait être censuré comme cavalier législatif.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending