Connect with us

Actualité

Fièvre jaune : Manaouda Malachie confirme qu’un bébé évacué en Inde, a failli mourir du vaccin contre la maladie

Published

on

Spread the love

Manaouda Malachie reconnaît dans une sortie épistolaire ce 03 novembre, qu’un bébé a subi de graves effets secondaires après avoir pris le vaccin contre la fièvre jaune. Le ministre de la Santé publique a confirmé que cet enfant né de parents nigériens a frôlé la mort à Kribi après avoir reçu une dose dudit vaccin dans une formation sanitaire privée dirigée par des religieuses. Cependant, il déplore que cet incident soit l’objet de « récupérations à d’autres fins » inavouées.

Advertisement

Un cas rare, mais pas impossible

Selon le ministre, ce genre de cas peut survivre une fois sur un million de cas. Il a expliqué que le système de surveillance des manifestations indésirables de la vaccination a détecté rapidement le problème après l’administration du vaccin contre la fièvre jaune, et le cas a été immédiatement pris en charge.

L’enfant a été réanimé puis conduit dans un hôpital de district de Kribi, avant d’être référé à l’hôpital gynéco-obstétrique de Douala. Le bébé a finalement été évacué en Inde pour un séjour médical d’un mois, avec l’accord des parents comme l’avait déjà informé Lebledparle.com précédemment.

Advertisement

Le ministre de la Santé espère que cette affaire ne contribuera pas à augmenter le nombre de personnes anti-vaccination au Cameroun. Il demande aux populations de maintenir leur confiance en la vaccination et en le gouvernement.

Advertisement

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Guibai Gatama à Cavaye Yeguié Djibril : « dites à Paul Biya que le grand Nord a besoin de route »

Published

on

Spread the love

Le président de l’Assemblée nationale a visité le chantier du Nouveau siège de la chambre basse du parlement camerounais. Dans une vidéo en circulation de ladite visite du chantier, la troisième personnalité a scandé le nom du Chef de l’Etat. « Paul Biya oyeee », a-t-il clamé.

Advertisement

Poser les problèmes du grand Nord au président de la République

L’élite du septentrion, Guibai Gatama pense qu’il ne faut plus seulement scander le nom du locataire d’étoudi, mais il faut poser les vrais problèmes et surtout le manque de travail des jeunes cette aire géographique du pays. « Il ne suffit plus seulement de dire Paul Biya Oyeee…. Ajoutez aussi que Paul Biya, le Grand-Nord a besoin de routes…, Paul Biya les jeunes Nordistes veulent du travail… Ne vous cachez plus derrière Paul Biya, faites votre aggiornamento pendant qu’il est encore temps », écrit le journaliste et directeur de publication de l’œil du Sahel.

Retour du pouvoir au Nord

Advertisement

« Dès 1982, le Grand-Nord a été un fidèle lieutenant de Paul Biya. Depuis et malgré les embûches, il a fait ses preuves et a porté le grade de colonel en 2011. Il aspire désormais, légitimement, à celui de général et commandant en chef après le départ de Paul Biya », précise l’acteur sociopolitique.

Le gouvernement a annoncé la baisse du prix du ciment à Yaoundé et à Douala. « Combien coûte alors le sac de ciment dans le Septentrion ? », s’interroge Guibai Gatama.

Advertisement

 

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Décès suspect à Douala : un homme meurt en visitant son collègue malade

Published

on

Spread the love

 

Christophe Mekam, un homme de 48 ans, est décédé à l’hôpital alors qu’il rendait visite à son collègue malade à Douala, dans la région du Littoral au Cameroun.

Advertisement

Selon des rapports locaux, le défunt rendait visite à son collègue malade, Nicolette Missongui, dans une clinique à Bessengue, Douala, et s’est effondré sur le lit de cette dernière.

Selon Le Popoli, un journal satirique camerounais, « Le personnel médical est entré en urgence dans la pièce. Avec les yeux révulsés et son corps tremblant, comme s’il s’agissait d’une crise d’épilepsie, le visiteur a finalement rendu son dernier souffle et est décédé. »

Advertisement

Le média a également rapporté que l’épouse du défunt, quelques instants plus tard, s’est précipitée à l’hôpital, incrédule, affirmant qu’ils venaient de se séparer avant qu’il ne se rende à l’hôpital.

« Ce couple avait déjeuné ensemble plus tôt dans la journée avant que Christophe ne se rende à cet hôpital », a ajouté Le Popoli.

Advertisement

Réagissant à l’incident, une utilisatrice de Facebook, Michelle Michou, a exhorté les gens à s’abstenir de s’asseoir sur les lits des malades lorsqu’ils rendent visite à des proches ou des amis malades.

« Il y a des choses que vous ne devriez tout simplement pas faire de nos jours, comme s’asseoir sur le lit d’une personne malade car vous ne savez pas de quoi souffre le patient. Évitez même de vous y rendre car la compétition dans les entreprises peut pousser certaines personnes à tout faire, voire à prendre le travail des autres. »

Advertisement

Entre-temps, d’autres ont spéculé sur un acte malveillant de la part du défunt. « On ne sait jamais ; la mission de ce gars aurait pu être de finir avec la fille, mais quand il n’a pas réussi, les membres sont venus et lui ont donné le coup fatal. »

Les forces de sécurité ont lancé des investigations pour déterminer les circonstances exactes ayant conduit au décès de Christophe Mekam.

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Actualité

le gouvernement reconnait enfin une tentative de coup d’état

Published

on

Spread the love

 

Il s’agissait d’une opération pour « subvertir illégalement et renverser le gouvernement démocratiquement élu », a déclaré officiellement le ministre de l’Information, Chernor Bah.

Dans le cadre des enquêtes, les autorités ont publié une liste d’une trentaine de personnes dont des civils et militaires, activement recherchées.

Advertisement

Pour rappel, des inconnus armés ont attaqué des baraquements militaires, une armurerie, des centres de détention dimanche dernier semant la panique à Freetown. Ce mardi, les autorités ont reconnu qu’il s’agissait d’une tentative de putsch organisée par des soldats actifs ou à la retraite. Le dernier bilan indique 21 morts dont 14 soldats et trois assaillants.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending