Connect with us

International

Emmanuel Macron ou comment échapper au syndrome du canard boiteux | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Le quinquennat bégaie. Après seulement dix-huit mois, Emmanuel Macron est à nouveau invité, dans son camp, à trouver un nouveau souffle, pour ne pas devenir encore plus tôt que prévu ce “canard boiteux” contraint à la gestion au lieu de réformer jusqu’au bout.

Advertisement

Des appels qui ont visiblement piqué au vif le chef de l’Etat. A Nantes, il a profité mardi des assises de l’économie de la mer pour s’afficher en capitaine courageux face aux “orages”, “à la barre” avec son “cap clair” pour le plein emploi et la réindustrialisation verte.

Si chaque déplacement présidentiel avait sa métaphore, celui de vendredi dernier n’était pas de nature à dissiper les critiques sur une absence de visibilité: c’est dans un épais brouillard qu’il est arrivé en forêt jurassienne pour planter des arbres avec des collégiens — l’un des événements pouvant sembler anecdotiques qu’il enchaîne ces dernières semaines.

Advertisement

La science politique américaine a forgé l’expression de “canard boiteux, “lame duck” en VO, pour désigner le président des Etats-Unis qui, dans son second mandat, est empêché de se représenter et perd progressivement sa capacité à agir –et son autorité sur ses troupes, tournées vers sa succession.

En France, Emmanuel Macron est le premier à en faire l’expérience, depuis la révision constitutionnelle de 2008 qui limite à deux les mandats présidentiels consécutifs.

Advertisement

Préoccupations internationales

L’affaire semblait entendue: au moins jusqu’aux Jeux olympiques de Paris à l’été 2024, le chef de l’Etat allait conserver la main, lui qui s’est engagé à transformer le pays “jusqu’au dernier centimètre”.

Mais presque comme un marronnier, après les atermoiements de 2022, la crise des retraites et le vrai-faux remaniement de l’été dernier, la “petite musique d’une mauvaise passe” revient en force, constate un cadre macroniste. Et elle “n’est pas infondée”, reconnaît-il.

Advertisement

C’est Bruno Le Maire qui a théorisé, publiquement, l’idée d’un mandat “à la croisée des chemins”, qui pourrait d’un côté se contenter de vivre sur les “acquis” jusqu’en 2027, ou de l’autre poursuivre la “transformation”. Le ministre de l’Economie appelle clairement le camp présidentiel à “rester fidèle” à l’esprit de transgression de 2017.

Une fois de plus, la macronie bruisse de voix, souvent anonymes, qui vont dans le même sens.

Advertisement

Une ministre décrit un chef de l’Etat “préoccupé” par le conflit israélo-palestinien, comme au début de la guerre en Ukraine, et par conséquent un peu moins mobilisé sur la scène nationale.

Une députée Renaissance peste contre l’accumulation de “plans” gouvernementaux sans “vision politique”, au risque de “se complaire dans un quinquennat gestionnaire”, sans “souffle” ni “récit”.

Advertisement

En toile de fond, de mauvais sondages en vue des élections européennes de juin, loin derrière le Rassemblement national. Si ce résultat est confirmé dans les urnes, “ça permet à Marine Le Pen d’avoir du vent dans les voiles” pour la présidentielle, s’alarme cette même députée.

“Réveillez-vous”

Emmanuel Macron semble avoir pris conscience du risque, d’autant plus tangible que son principal objectif économique, le plein emploi, toussote, avec un chômage qui stagne autour de 7%, voire remonte légèrement.

Advertisement

“Réveillez-vous!”, a-t-il lancé la semaine dernière aux partenaires sociaux et aux commentateurs qui voudraient mettre les réformes sur “pause”. Le plein emploi, “nous n’y sommes pas”, “c’est pas gagné encore”, a-t-il prévenu.

Mais comme souvent depuis sa réélection, après avoir vanté les réformes passées, il s’est borné à promettre “d’aller encore plus vite et plus fort”.

Advertisement

L’Elysée assure que l’exécutif cogite pour ouvrir de nouveaux chantiers après la loi immigration. “Il a sorti un certain nombre de fers du feu et s’apprête à en remettre”, glisse-t-on dans son entourage.

L’idée d’une suite à la loi Macron de 2015, qui visait à déverrouiller plusieurs secteurs économiques pour favoriser la croissance, est avancée pour renouer avec son ADN. Bruno Le Maire pousse aussi pour des réformes structurelles potentiellement impopulaires, convaincu qu’il sera impossible autrement de descendre à 5% de chômage.

Advertisement

Elisabeth Borne met également en scène le brainstorming gouvernemental: elle réunira lundi le ministre de l’Economie et celui du Travail, Olivier Dussopt, pour discuter de “proposition nouvelles” vers le plein emploi, selon son entourage.

Et dès ce mardi, elle entame une série de dîners de travail avec des députés de la majorité relative, sur “les priorités du premier semestre” 2024.

Advertisement

Une manière de dissiper le sentiment de flottement… et les rumeurs de remaniement qui n’ont pas manqué de l’accompagner.

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

International

Le Sénat se penche sur ‘l’habitat dégradé’, faute d’une ‘grande loi logement’ | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Le Sénat a lancé mardi l’examen du projet de loi sur l’”habitat dégradé”, pour épauler les copropriétés fragiles et combattre les marchands de sommeil, un texte consensuel mais loin de répondre aux attentes pressantes face à la “bombe sociale” du logement.

Advertisement

Malgré des mesures jugées utiles, le texte du gouvernement “n’est pas celui que les Français attendent pour apporter des remèdes à la crise du logement qui prend chaque jour des proportions plus inquiétantes”, a lancé la sénatrice LR Dominique Estrosi-Sassone, à l’unisson de nombreux collègues.

La présidente de la fee des Affaires économiques s’est tournée vers le nouveau ministre délégué au Logement, le macroniste Guillaume Kasbarian: “Puissiez-vous dans vos nouvelles responsabilités, avoir les mains peut être un peu plus libres que vos prédécesseurs” pour relever ce défi.

Advertisement

Le texte sur “l’habitat dégradé” n’est que la “première étape d’une longue série de travaux partagés pour répondre” aux défis du secteur, a assuré le ministre, qui a fait l’article du “choc d’offre” que compte créer l’exécutif pour produire davantage de logements.

“Près de 1,5 million de logements sont dégradés”, représentant “autant de foyers et de familles qui connaissent des conditions de vie inacceptables”, a-t-il souligné pour défendre le projet de loi, déjà adopté sans difficulté en première lecture par l’Assemblée nationale.

Advertisement

“Phénomène massif”

A défaut d’être “la grande loi logement” attendue, la rapporteure centriste du texte, Amel Gacquerre (UDI), a estimé que ce texte avait le mérite de s’attaquer à “un phénomène massif”, qui n’est “pas seulement l’affaire de villes au taux de pauvreté élevé ou des quartiers prioritaires”.

L’un des grands objectifs est de faciliter le lancement de travaux en amont dans des copropriétés dégradées, avant qu’une dégradation définitive ne nécessite une démolition. Le texte crée pour cela un prêt world collectif pour améliorer l’accès au crédit de ces copropriétés.

Advertisement

Favorables à ce nouveau prêt, des sénateurs ont toutefois déploré l’absence de financement de la “garantie publique” que le gouvernement avait ajoutée through un amendement à l’Assemblée.

Après l’avoir supprimée en fee, le Sénat a accepté mardi de rétablir cette garantie, même si la rapporteure Gacquerre a jugé “peu concrète” la promesse du ministre de préciser son financement “en loi de funds”.

Advertisement

Le Sénat a aussi validé l’une des autres mesures phares du texte: une nouvelle procédure d’expropriation des logements frappés par un arrêté de péril ou d’insalubrité. Avec l’objectif d’anticiper une intervention des pouvoirs publics, sans attendre une dégradation irréversible.

Le projet de loi durcit par ailleurs les sanctions pénales contre les marchands de sommeil, qui exploitent des personnes vulnérables en leur louant des logements indignes.

Advertisement

Les sénateurs ont renforcé les prérogatives des maires dans l’attribution de “permis de louer” dans des zones d’habitat dégradé, en adoptant mardi un article qu’ils avaient introduit en fee.

“Texte puissant”

En fee, ils avaient aussi remodelé l’un des principaux ajouts des députés, jugé trop flou: la création de “syndics d’intérêt collectif” ayant une compétence reconnue pour reprendre les rênes de copropriétés fragiles.

Advertisement

Ils veulent notamment que la query de leur rémunération soit précisée. Et que les opérateurs du logement social ne soient plus “réputés” remplir d’workplace les critères pour remplir ces fonctions.

Pour mieux prendre en compte les petites copropriétés de centre villes, les sénateurs veulent, par ailleurs, donner la possibilité aux maires de faire procéder d’workplace à un diagnostic structurel des immeubles en zone d’habitat dégradé.

Advertisement

Face à une crise souvent qualifiée de “bombe sociale” par les acteurs du secteur, le Premier ministre Gabriel Attal a assuré après sa nomination vouloir “chercher tous les logements possibles avec les dents” en créant un “choc d’offre”.

Il a annoncé une modification de la loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain), fixant des quotas de logements sociaux dans certaines communes, qui doit être présentée avant l’été.

Advertisement

“Je souhaite que ce soit un texte puissant qui réponde aux attentes des Français et des élus locaux”, a dit mardi M. Kasbarian au sujet de cette initiative qui suscite de fortes appréhensions de la gauche, inquiète d’un recul des obligations de manufacturing de logements sociaux.

Advertisement
Continue Reading

International

Ukraine : Macron remonte en première ligne, non sans risques | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

En 2022, il ne voulait pas “humilier” la Russie, deux ans plus tard il veut l’empêcher de “gagner” la guerre : en changeant radicalement de posture jusqu’à agiter le spectre d’un envoi de troupes au sol, Emmanuel Macron tente de reprendre l’initiative dans le conflit ukrainien, au risque de se retrouver bien seul.

Advertisement

“En dynamique, rien ne doit être exclu”, a-t-il lancé lundi soir, interrogé sur la possibilité d’un tel envoi, à l’issue d’une réunion avec ses homologues européens à l’Elysée, tout en reconnaissant l’absence de “consensus” sur le sujet et en assumant une certaine “ambiguïté stratégique”.

Une façon pour le président français de se poser de nouveau en leader, en mettant les pieds dans le plat comme il l’avait fait en évoquant la “mort cérébrale” de l’Otan.

Advertisement

Ou comme lorsqu’il avait continué à dialoguer avec le maître du Kremlin Vladimir Poutine après le déclenchement de l’offensive russe en février 2022 en Ukraine, malgré une incompréhension croissante dans le camp occidental.

La réponse ne s’est en tout pas fait attendre du côté de Berlin, principal partenaire de la France. “Aucun soldat ne sera envoyé” ni par les Etats européens, ni par ceux de l’Otan, a martelé mardi le chancelier Olaf Scholz. Plusieurs alliés européens ont émis les mêmes réserves.

Advertisement

Emmanuel Macron veut “faire monter les enjeux et le rôle de la France pour avoir un siège à la table de la redéfinition des équilibres de la sécurité européenne”, estime un diplomate d’un autre pays allié devant ce nouveau cavalier seul français.

Double message

Au final, avec cette annonce intempestive à l’issue d’une réunion rapidement organisée, le chef de l’Etat risque de nouveau d’arriver à l’effet inverse de celui qui était recherché, quel que soit le bien-fondé de sa démarche.

Advertisement

“C’était un message adressé à la Russie, une manière de signaler qu’il n’y a pas de fatigue et que les Européens ne baisseront pas les bras” dans leur soutien à l’Ukraine alors que la guerre entre dans sa troisième année, décrypte Marie Dumoulin, experte à l’ECFR (Conseil européen pour les relations extérieures).

Russes comme Européens, tous ont en tête le gel de l’aide américaine, bloquée par les Républicains au Congrès, qui hypothèque lourdement les Ukrainiens, déjà en difficulté sur le terrain, et la possible réélection de Donald Trump qui pourrait être lourde de conséquences sur l’issue du conflit.

Advertisement

Le président Macron a aussi voulu dire aux opinions publiques européennes : “si on ne veut pas en arriver à l’envoi de troupes, il faut renforcer le soutien (en armes) maintenant”, poursuit la chercheuse de l’ECFR. Mais le débat risque d’être “contreproductif”, dit-elle.

Pour Cyrille Bret, de l’Institut de recherche européen Jacques Delors, il “laisse planer l’ambiguïté stratégique, le doute” sur la possibilité d’un tel envoi afin de “dissuader par avance toute progression russe trop prononcée en Ukraine” à l’approche de la double présidentielle russe en mars et américaine en novembre.

Advertisement

“Faux débat”

Du point de vue russe, “il faut qu’au printemps ils aient pu récupérer un peu de terrain pour commencer à négocier au moment des élections américaines”, anticipe une source diplomatique française.

Avec ce “changement de doctrine radical”, “le président français brise un tabou” mais risque aussi de déclencher un débat qui lui échappe en Europe quand il s’agira de savoir “qui est prêt à mourir pour l’Ukraine”, poursuit Cyrille Bret.

Advertisement

“Il y a un vrai virage stratégique dont la réalisation, la matérialisation, le sérieux dans la durée restent à démontrer”, avertit le chercheur.

Pour Michael Roth, chef de la commission des Affaires étrangères au Bundestag (chambre basse du Parlement allemand), l’envoi de soldats est un “faux débat”. “Je ne connais personne qui le veuille sérieusement, même pas en Ukraine. Ils ont surtout besoin de munitions, de défense aérienne, de drones, d’armes à longue portée”, dit-il.

Advertisement

“Napoléon disait on s’engage et puis on voit”, renchérit François Heisbourg, conseiller à l’International Institute for Strategic Studies (IISS), à Londres.

“L’ambiguïté c’est jouer pour dissuader un adversaire. Mais là, Emmanuel Macron a surtout semé la confusion chez nos partenaires”, poursuit-il. Et tout ce qui donne “l’impression de désordre est bon à prendre pour les propagandistes russes et prorusses”, met-il en garde.

Advertisement
Continue Reading

International

Attal arrive à son tour, dans le calme, au Salon de l’agriculture | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Un verre de lait à la main, Gabriel Attal est arrivé mardi à son tour au Salon de l’agriculture, dans un calme qui contrastait avec le tumulte qui avait accompagné son inauguration samedi par Emmanuel Macron.

Advertisement

“C’est très important de se parler”, a redit le Premier ministre, peu après son arrivée vers 07H00, à un éleveur qui lui confiait “attendre beaucoup” de l’exécutif pour sa profession.

Après avoir levé un verre de lait devant la salle de traite des vaches, Gabriel Attal a d’emblée accusé sur la radio RTL les responsables du Rassemblement national d’être les “passagers clandestins” de la crise agricole, pointant leur “incohérence absolue”.

Advertisement

Il a souhaité distinguer le “malaise” et la “détresse” des agriculteurs des actions menées samedi par certains d’entre eux, “instrumentalisées” selon lui par le RN.

Le chef du gouvernement devait ensuite rencontrer hors presse les syndicats agricoles et petit-déjeuner avec les filières professionnelles, avant d’admirer comme de coutume la vache égérie Oreillette et déambuler toute la journée à travers les stands des différents halls.

Advertisement

Tout à son marathon agricole, il ne devrait pas participer finalement à la séance des questions au gouvernement l’après-midi à l’Assemblée nationale, qui reprend ses travaux après une semaine de congés.

“Butiner”

Le chef du gouvernement s’était déjà rendu dimanche soir après sa fermeture sur le site du Salon qui n’est, avait-il affirmé, “ni un cirque médiatique, ni un cirque politique, ni un cirque militant”.

Advertisement

L’exécutif est soucieux d’occuper le terrain et d’effacer les images inédites d’une ouverture chaotique du Salon, sur fond d’une crise agricole qui perdure depuis plus d’un mois.

Marine Le Pen et Jordan Bardella “viennent butiner sur cette crise, expliquer qu’ils auraient toutes les solutions”, a-t-il estimé sur RTL. Mais “en 40 ans” de Parlement européen, le RN n’a “absolument rien fait, rien proposé, parce qu’il y a une incohérence absolue du Rassemblement national qui vote pour la PAC (Politique agricole commune, NDLR) une fois, contre la PAC la fois suivante”.

Advertisement

“Notre ennemi, ce n’est pas l’étranger, c’est la loi du marché débridée”, avait insisté dimanche Gabriel Attal. “Car renoncer à commercer, c’est condamner notre agriculture à sombrer.”

Le Premier ministre a reçu ces dernières semaines pendant de longues heures les syndicats agricoles et formulé trois salves de réponses, sans tout à fait convaincre la profession malgré la levée des blocages.

Advertisement

Heurts

La colère des agriculteurs a été en outre attisée par l’idée du chef de l’Etat d’organiser au Salon un grand débat, pour lequel a été évoquée une invitation du collectif écologiste Soulèvements de la Terre.

Accueilli samedi par des huées et des heurts, Emmanuel Macron a pu finalement passer près de 13 heures dans le Salon à déambuler et échanger, mais sans beaucoup de public et au prix d’une importante présence sécuritaire.

Advertisement

Pour tenter de rebondir, le président a choisi d’évoquer les élections européennes et de pilonner le RN qui fait la course largement en tête dans les sondages face à une Macronie à la peine.

Le président a rappelé aussi avoir pris 62 engagements et en a formulé d’autres, dont un recensement des exploitations nécessitant des aides de trésorerie d’urgence. Il a également redit que la France n’interdirait plus de pesticides plus vite que ses voisins européens.

Advertisement

Plusieurs opposants ont sillonné le Salon lundi.

La future tête de liste de La France insoumise aux élections européennes Manon Aubry a accusé Emmanuel Macron et Jordan Bardella, de “défendre le même modèle agricole”, celui d’une “agriculture agro-industrielle” et “dépendante aux pesticides”.

Advertisement

Propulsée numéro deux de la liste LR aux européennes, la céréalière Céline Imart a passé son baptême du feu au Salon où elle a fustigé à la fois la volonté affichée du RN de “sortir des accords de libre-échange”, et accusé Emmanuel Macron d’avoir “pourri” l’événement samedi.

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure s’est, lui, défendu de diriger un parti uniquement tourné vers les villes: “Le sauciflard, l’apéro, c’est aussi notre culture”, a-t-il dit. Le chef de file de la liste socialiste aux européennes, Raphaël Glucksmann, a de son côté étrillé la PAC actuelle, “fondamentalement injuste”.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending