Connect with us

Actualité

Côte d’Ivoire : Max Gradel adresse un message fort à Alassane Ouattara

Published

on

Spread the love

Le capitaine Max-Alain Gradel a félicité le Président de la République, Alassane Ouattara lors de la cérémonie d’hommage à l’endroit des Eléphants de Côte d’Ivoire ce mardi 13 février au Palais Présidentiel au Plateau. Grâce un message fort de sens du Chef de l’Etat, l’équipe nationale a su avoir des ressources nécessaires pour arriver loin et décrocher le trophée de champion d’Afrique. 

Advertisement

Max-Alain Gradel : ‘’Ce que nous avons ressenti (…) C’était les mots d’un père, un père aimant, qui donne de la confiance’’

La Côte d’Ivoire était rassemblée ce mardi 13 février autour des Eléphants au Palais Présidentiel au Plateau pour leur rendre hommage après leur brillante victoire face aux Super Eagles du Nigéria en finale de la CAN 2023. Ce qui fait désormais des coéquipiers du capitaine Max-Alain Gradel les champions d’Afrique. Après la décoration de toute l’équipe, du staff et des membres de la FIF et avant l’adresse du Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, le plus âgé des joueurs de la sélection a pris la parole. 

Dans son intervention à l’endroit du Premier supporter des Eléphants, les mots à lui adressé sont lourds de sens et d’enseignement. Le latéral gauche, Max-Alain Gradel n’a pas manqué de remercier le Chef de l’Etat qui les a galvanisé après l’humiliation qu’ils ont subi face à la Guinée-Equatoriale lors du dernier match de poule. Mais, au bord de l’élimination, ils ont su compter sur le message du Président Alassane Ouattara pour rebondir de forte belle manière après leur repêchage. ‘’Un proverbe japonais dit : on apprend peu par la victoire, mais beaucoup par la défaite. Nous avons énormément appris au soir du 29 janvier, où nous perdions face à la Guinée Équatoriale. La chose la plus forte et la plus difficile était que nous avons apprise, c’est que nous étions seuls face à notre destin. Nous étions pris entre le choc de la défaite et celui de la colère de nos supporters. En dehors de nos familles, tout le monde nous avait tourné le dos. Plus personne ne cherchait à nous rencontrer, à nous appeler ou même à prendre de nos nouvelles. Monsieur Idriss Diallo nous demandait de garder la foi, de s’accrocher à cette lueur d’espoir de qualification qui existait’’, dit-il d’entrée. 

Advertisement

Il a continué pour dire : ‘’Il y a eu ce message que vous (Le Président de la République) avez posté. Ce message qui disait de ne pas se décourager et que vous avez la certitude que la Côte d’Ivoire aura la CAN une troisième fois très bientôt. Ce que nous avons ressenti ce ne sont pas les mots du Président de la République ou du Chef de l’Etat. C’était les mots d’un père, un père aimant, qui donne de la confiance, parce qu’il fait confiance. Ces mots ont été une bouffée d’air frais chacun d’entre nous. Dans notre langage, vous avez créé quelque chose. Je voudrais au nom de mes camarades ici présents vous dire merci. Merci pour ce que vous avez dit et le moment que vous avez choisi pour le dire. Dans cette équipe des Eléphants, vous avez dans cette équipe des enfants issus de toutes les régions de la Côte d’Ivoire’’.  

Bien plus, il y avait une solidarité sans pareil dans le groupe des hommes du coach Emerse Faé. ‘’Nous avons montré à la Côte d’Ivoire qu’une Côte d’Ivoire unie et capable de beaucoup de choses. Dans l’histoire de cette CAN, il y a plusieurs petites histoires. Vous connaissez celle de Haller (Sébastien), d’Adingra (Simon), de Kessié (Franck), de Aurier (Serge), du coach Faé (Emerse). Peut-être moins de Evan Ndicka, de Seko Fofana, de Nicolas Pépé, de Oumar Diakité, Jean-Michael Séri. Mais, celle que nous avons tous en commun, c’est l’histoire d’un groupe de joueurs, d’encadreurs, staff technique et fédération qui se sont retrouvés au fond d’un gouffre. Un groupe d’hommes et de femmes qui ont appris que pour assumer leur destin, pour faire fasse à leur responsabilité (…) Un groupe qui savait qu’il avait besoin du soutien de son Président de la République’’, ajoute-t-il. Avant de poursuivre : ‘’Vous avez créé quelque chose de fort en nous. Notre responsabilité est de faire en sorte que cet esprit, ces valeurs soient préservés, transmis de génération en génération. C’est un héritage comme le président Idriss Diallo l’a dit : ‘’Nous sommes votre commando’’. A vos ordres pour la prochaine mission’’

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

« Nous n’avons rien fait de spectaculaire, mais nous devons continuer à gagner des matchs »

Published

on

Spread the love

Manchester United a dû retrousser ses manches pour prendre le dessus sur Luton Town à Kenilworth Road dimanche.

Le gardien André Onana a admis que les joueurs de Manchester United étaient déterminés à éviter toute agonie tardive lors de la victoire 2-1 de dimanche contre Luton Town à Kenilworth Road. United a enregistré une quatrième victoire consécutive en Premier League pour la première fois cette saison grâce à un doublé en première mi-temps de Rasmus Hojlund.

Advertisement

« Cela nous donne plus de confiance, a déclaré Onana à MUTV. Nous sommes heureux lorsque nous gagnons ce genre de match car ces trois points sont très importants pour nous afin de nous battre pour être parmi les quatre premiers. Mais comme je l’ai dit, cela nous maintiendra toujours ensemble. Au dernier virage, nous étions tous ensemble en train de dire : ‘Les gars, c’est le dernier, défendons-le correctement.’ »

Sur l’importance de franchir la ligne d’arrivée avec les trois points en poche, Onana a ajouté : « Je crois que c’est ainsi que nous gagnons des matchs, en étant ensemble dans les bons et les mauvais moments. Nous devons nous entraider même lorsque les choses ne vont pas bien. Nous devons nous battre et continuer ainsi. Nous n’avons rien fait de spectaculaire, mais nous devons continuer à gagner des matchs, c’est le principal. Nous devons gagner contre tous nos adversaires et le prochain match sera une autre finale pour nous. »

Advertisement

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Togo – élections législatives : le parti UNIR en pleine préparation

Published

on

Spread the love

Le Parti Union pour la République (UNIR) au Togo est en pleine préparation pour son congrès à Kara, prévu le 26 février, et pour les élections législatives et régionales qui auront lieu le 13 avril. Cette démarche témoigne de la part des dirigeants du parti, leur détermination à servir la nation dans une loyauté.

Advertisement

Togo : le parti UNIR s’active pour une élection régionale apaisée

Le parti met en avant son engagement envers le respect des règles et sa tradition de discipline. En effet, l’UNIR exprime sa volonté de présenter des candidats dans toutes les circonscriptions, soulignant ainsi son désir de représenter les aspirations de tous les citoyens, indépendamment de leur emplacement géographique. À présent, il urge de clarifier que le parti détient la majorité à l’Assemblée nationale, et il attribue cette position à son engagement envers le travail acharné au service du peuple.

En outre, les élections régionales sont particulièrement soulignées en tant qu’étape importante dans le processus de décentralisation politique du pays, visant à renforcer la gouvernance locale et à rapprocher le pouvoir des citoyens. En réalité, l’UNIR a abordé ces élections avec sérieux et détermination, consciente de leur importance cruciale pour l’avenir des collectivités locales.

Advertisement

En clair, le congrès à venir et les élections représentent une occasion pour le parti de réaffirmer son engagement envers les principes démocratiques, la bonne gouvernance et le développement inclusif. Par conséquent, le parti se voit prêt à relever les défis à venir et à continuer de servir avec dévouement le peuple togolais.

Advertisement
Continue Reading

Actualité

un terrible malheur frappe Séverin Tchounkeu, le patron d’Équinoxe Tv

Published

on

Spread the love

Selon une source bien informée, le promoteur  de cette télévision privée émettant depuis Douala au Cameroun a perdu son grand frère ce mercredi 21 février 2024 des suites de maladie. Il était un homme d’affaires bien populaire à Douala, la capitale économique du 237 (Cameroun).

Severin Tchounkeu, le promoteur de la « chaîne du peuple » (Équinoxe radio et Tv) est en deuil. Ce mercredi 21 février 2024, Actu Cameroun apprend que l’homme d’affaires camerounais a perdu son grand frère des suites de maladie. Un départ qui émeut  plusieurs journalistes principalement ceux basés à Douala.

Advertisement

Dans un texte récent, Benjamin Zebaze, journaliste et directeur de publication du quotidien Ouest-Littoral, rend un vibrant hommage au disparu. « Séverin Tchounkeu en deuil: fidèle nous a quitté.  Le patron du groupe Équinoxe vient de perdre son frère aîné plus connu sous le nom de « Douala pas cher », ce célèbre magasin installé en plein centre de Douala il y a quelques années », informe celui-ci.

En début de carrière en 1990, il ne supportait pas de voir un patron comme moi en Jean, tricot  sandale: alors il m’amenait de force dans des magasins pour choisir de beaux costumes et chaussures

« Bien que nous soyons sous le choc de la disparition de notre aîné que nous aimions beaucoup,  deux souvenirs me reviennent à l’esprit. Lors de notre dernière rencontre alors qu’il était très affaibli par la maladie, il m’a serré la main fortement en me disant:  » il ne faut plus écrire sur Internet: ils vont te tuer. STP il ne faut plus écrire », témoigne le journaliste.

Advertisement

« En début de carrière en 1990, il ne supportait pas de voir un patron comme moi en Jean, tricot  sandale: alors il m’amenait de force dans des magasins pour choisir de beaux costumes et chaussures.  Il a beaucoup souffert de maladie: que Dieu et nos ancêtres s’occupent le mieux possible de lui », conclut Benjamin Zebaze.  

 

Advertisement

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending