Connect with us

Actualité

CEDEAO : Sortie du Mali, du Burkina et du Niger, rififi au Sénégal : Ces temps qui tanguent

Published

on

Spread the love

L’annonce le 28 janvier 2024 de la sortie du Mali, du Burkina Faso et du Niger de la Cedeao, constitue une crise politique sans précédent et un véritable pavé jeté dans la mare de l’organisation sous-régionale.

Advertisement

CEDEAO : La sortie du Mali, du Burkina et du Niger n’est pas une surprise

Cette annonce ne constitue en rien une surprise, tant les relations entre la Cedeao et les trois pays susmentionnés étaient devenues exécrables, depuis que les militaires ont fait irruption sur l’échiquier politique de ces pays.
Les récriminations portées en l’endroit de l’organisation sous-régionale et qui ont motivé cette décision aux conséquences incalculables sont multiples.

En effet, aux prises avec des terroristes qui décimaient les populations civiles depuis plus d’une décennie, le Mali, le Burkina Faso et le Niger, n’ont reçu aucun soutien militaire, matériel, et financier significatif qu’ils étaient en droit d’attendre de l’organisation sous-régionale à laquelle ils appartiennent. Tout au contraire, certains ont été soumis à des sanctions économiques qui violent les textes que la Cedeao s’est librement donnés.

Advertisement

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, est la transe hystérique qui s’est emparée de la Cedeao, suite à la chute du président nigérien, Mohamed Bazoum.
L’organisation sous-régionale s’est bandée les muscles, a levé une armée et s’est mise dans une posture d’intervention militaire à l’effet de remettre Bazoum au pouvoir.

Cette posture belliqueuse, qu’accompagnaient des invectives, des menaces et des sanctions mettant à mal le vécu quotidien des populations, n’ont fait qu’exacerber la crise de confiance qui s’est installée entre l’organisation sous-régionale et les trois pays de l’Alliance des Etats du Sahel (Aes).
De plus, la Cedeao est soupçonnée d’être en intelligence avec une puissance étrangère, la France, qui se sert d’elle comme une marionnette à l’effet de protéger ses intérêts, à une période où celle-ci perd pied dans la zone sahélo-saharienne.

Advertisement

La sortie des pays de l’Aes de la Cedeao, pose véritablement le problème de l’existence même de l’organisation sous-régionale commune. Celle-ci perdra à coup sûr, si les choses restent en l’état, son statut de principale organisation sous-régionale. C’est donc un défi existentiel qui se pose à elle, et on attend de voir comment elle s’y prendra pour le relever. Continuera-t-elle à brandir le bâton ou mettra-t-elle balle à terre ? Demain nous situera.

Alors que le problème de l’Alliance des Etats du Sahel est toujours pendant, la Cedeao doit faire face à un autre défi, celui du rififi au Sénégal où l’organisation sous-régionale est fortement attendue.

Advertisement

En effet, à quelques heures de l’ouverture de la campagne électorale pour le scrutin présidentiel initialement prévu pour le 25 février 2024, le président sénégalais, Macky Sall, a signé un décret, repoussant le scrutin à une date ultérieure.

Comme il fallait s’y attendre, cette décision unilatérale a provoqué le courroux de l’opposition sénégalaise, plongeant ainsi le pays dans une crise dont on entrevoit difficilement l’issue. Des heurts ont éclaté à Dakar où les gendarmes ont dispersé à coup de gaz lacrymogènes des centaines de personnes venues manifester à l’appel de certains candidats à la présidentielle.
Sur quelle base légale Macky Sall a pris sur lui de reporter l’élection présidentielle ?
La constitution sénégalaise ou le code électoral, lui donne-t-il le pouvoir de ce report ?

Advertisement

Les agissements de Macky Sall posent l’éternel problème du rapport entre les présidents sortants et le pouvoir. Après avoir longtemps louvoyé avec ses velléités de briguer un troisième mandat, Macky Sall s’est attelé à mettre hors circuit son principal opposant, Ousmane Sonko, lui faisant subir ce que lui-même Macky avait subi de la part du président Wade. Il n’a eu de cesse de dénoncer l’instrumentalisation des institutions de la République par l’ancien président sénégalais pour régler ses problèmes et museler l’opposition dont le la figure de prou était Macky Sall.

On comprend alors difficilement qu’aujourd’hui, Macky Sall reproduise le même schéma qu’il a de toutes ses forces combattu. Il offre une image dégradante du Sénégal qui a toujours été présenté comme l’une des réussites de la démocratie en Afrique.
Face à cette situation inattendue au Sénégal, la réaction de la Cedeao était attendue, voire très attendue.

Advertisement

Alors qu’on s’attendait qu’elle rue dans les brancards devant cette interruption du processus démocratique, comme elle a eu à le faire pour le Mali, le Burkina Faso et le Niger, la Commission de la Cedeao s’est fendue d’un communiqué laconique, dans lequel elle prend note de la décision des autorités sénégalaises de reporter l’élection présidentielle, exprime sa préoccupation quant aux circonstances de ce report, tout en invitant les acteurs politiques à privilégier le dialogue pour arriver aux élections.

Il n’eut aucune condamnation de l’acte unilatéral du président sortant dont le mandat est arrivé à échéance, et qui joue des coudes pour se donner un peu de temps, afin de mieux positionner celui qu’il veut voir à sa place. La réaction de la Conférence des chefs d’Etats de cette organisation est très attendue.

Advertisement

En tout état de cause, la Cedeao est aujourd’hui à la croisée des chemins. Elle joue sa survie et sa crédibilité face à la sortie du Mali, du Burkina Faso et du Niger de son sein, et devant ce véritable « coup d’état constitutionnel » opéré par Macky Sall. Soit elle sort grandie, soit elle s’effondre.
Assurément pour l’organisation sous-régionale, les temps …tanguent.
Ainsi va l’Afrique.
Mais arrive le jour où l’ivraie sera séparée du vrai.

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Campagne d’adhésion au PDCI : Tidjane Thiam à Port-Bouët

Published

on

Spread the love

Tidjane Thiam, président du PDCI-RDA, s’est rendu à Port-Bouët dans le cadre de la campagne d’adhésion au plus vieux parti politique ivoirien.

Advertisement

Côte d’Ivoire : Tidjane Thiam à Port-Bouët pour la campagne d’adhésion au PDCI-RDA

e Parti démocratique de Côte d’Ivoire avait lancé une campagne d’adhésion du lundi 8 au samedi 13 janvier 2024 à la Maison du parti sise dans la commune de Cocody. L’opération était dénommée la « semaine du militant ».

Les situations d’adhésion ont été clairement définies. Le militant easy devra s’acquitter de la somme de 3 000 francs CFA, soit 1000 francs CFA pour l’adhésion, 1000 francs CFA pour la carte de membre et 1000 francs CFA en guise de cotisation annuelle. Les militants cadres devront payer la somme de 52 000 francs CFA répartie comme swimsuit : 1000 francs pour l’adhésion, 1000 francs CFA pour la carte de membre et 50 000 FCFA de cotisation annuelle.

Advertisement

Samedi 2 mars 2024, Tidjane Thiam a effectué le déplacement dans la commune de Port-Bouët pour la première journée de la reprise de la campagne d’adhésion au PDCI-RDA. L’étape de Port-Bouet est prévue durer jusqu’au mardi 5 mars 2024, apprend-on.

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Toulouse et Frank Magri enchainent face à Good !

Published

on

Spread the love

Lors de cette 24e journée de Ligue 1 Uber Eat, l’worldwide camerounais Frank Magri participe au succès des toulousains cet après-midi sur le rating de (2-1).

Toulouse FC s’impose cet après-midi à domicile face à l’OGC Good sur le rating de 2 buts contre 1. Menés à la pause, les Violets ont réalisé une seconde période de haut-vol pour inverser la donne grâce à Dallinga et Gboho et, surtout, remporter une 3e victoire de rang en Championnat. Ce succès permet au Téfécé de remonter provisoirement à la 10e place, tandis que les Niçois demeurent au 5e rang. L’worldwide Camerounais Frank Magri sociétaire du Téfécé a joué les 10 dernières minutes de la rencontre.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Advertisement
Continue Reading

Actualité

« Le meilleur joueur avec lequel j’ai évolué ? Patrick Mboma »

Published

on

Spread the love

Les relations entre Patrick Mboma et Samuel Eto’o ont été toujours tendues, mais cela n’a pas empêché le président de la FECAFOOT à jeter des fleurs à Mboma.

Samuel Eto’o et Patrick Mboma ont formé un duo d’attaquant de choc. Ils n’ont pourtant évolué ensemble que durant moins de quatre ans, de 1999 à 2002. Qui ne se souvient pas de leur complicité sur le terrain lors des Jeux Olympiques de Sydney en 2000 couronné par le sacre mondial. Et bien avant, au début de cette même année, l’entente qui a permis au Cameroun de remporter son troisième sacre continental ? Ils vont remettre ça deux ans plus tard en décrochant au Mali le quatrième titre de champions d’Afrique.

Advertisement

 « Le meilleur joueur avec lequel j’ai évolué ? Patrick Mboma. Pourtant notre relation personnelle n’a pas toujours été facile. Elle n’était pas facile à l’époque mais aujourd’hui je suis heureux automobile tout s’est rétabli. Tout est rentré dans l’ordre. En attaque, c’est le meilleur coéquipier que j’ai eu au niveau de l’équipe nationale. En membership, j’en ai eu plusieurs : Ronaldinho, Messi and many others », a déclaré Samuel Eto’o au cours d’un entretien avec France 24.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending