Connect with us

Actualité

CAN 2023/Sacre des Éléphants : La victoire de la foi, de la révolte, de l’abnégation, de l’audace

Published

on

Spread the love

Les lampions viennent de s’éteindre sur la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nation Can 2023, avec le sacre des Eléphants de Côte d’Ivoire.

Advertisement

CAN 2023 : Le sacre des Eléphants, la victoire de la foi

Les Eléphants viennent de hisser pour la troisième fois la Côte d’Ivoire sur le toit de l’Afrique, après près d’un mois d’une compétition très disputée.
Mais pour y arriver, ce ne fut pas facile. Comment peut-il en être autrement ?
Que de péripéties !
Que de « palabres » !
Que d’humiliation !

Mais c’est connu, tout accouchement est difficile et douloureux, ou encore « à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».
Les Ivoiriens sont passés au cours de cette compétition, par toutes les émotions, pour finalement vivre la joie immense de la victoire.
C’est la victoire de la foi, de la révolte, de l’abnégation, de l’audace et de la congruence entre des joueurs et leur nouvel entraineur.
C’est la victoire de tout un peuple uni derrière son équipe, où pour une fois, toutes les divergences ont été mises sous le boisseau pour ne regarder qu’aux Eléphants et par-delà qu’à la Côte d’Ivoire jusqu’à la victoire finale.
C’est désormais chose faite, et on doit pouvoir en tirer des leçons.

Advertisement

Des leçons, on peut également les tirer du parcours de toutes les équipes qui ont pris part à la compétition. C’est une évidence, désormais il n’y a plus de petites équipes qui viennent à la Can faire de la figuration, ou des équipes dont on prévoit la victoire finale en se fondant sur leur passé.
Le nivellement par le haut du football africain est une réalité tangible, et le nier serait de mauvaise foi.
Que le Cap Vert « manque de respect » à des équipes autrefois auréolées de gloire, que la Mauritanie mette fin aux illusions de l’Algérie, ou que la Guinée Equatoriale fasse s’effondrer les certitudes des Ivoiriens et les fasse redescendre sur terre, est le signe évident que l’histoire n’est pas statique, mais elle est en constante évolution. La vérité d’hier, n’est pas celle d’aujourd’hui, et le ballon roule pour tout le monde.
Il faut donc se remettre constamment en question, travailler sans cesse durement et surtout ne pas dormir sur ses lauriers.

On peut en ce moment de joie intense de toute la nation ivoirienne, tirer le chapeau au Comité d’Organisation de la Coupe d’Afrique des Nations (Cocan) pour avoir mené la barque jusqu’à bon port et pour l’organisation presque parfaite de la compétition.
La fête du football africain a bien débuté par un spectacle haut en couleur, qui a meublé la cérémonie d’ouverture. La culture ivoirienne y a été célébrée et présentée sous toutes ses facettes, mettant en exergue la diversité qui fait sa richesse.
Cependant, les difficultés qu’ont eues de nombreux amoureux du ballon rond à obtenir les tickets d’entrée aux stades, est un fait qui continue d’interroger et qui a entaché l’organisation de la fête.

Advertisement

La spéculation et l’affairisme qu’il y a eu autour de la vente des tickets ont assurément failli gâcher la belle fête du football. Cela doit être combattu. Quand la victoire des Eléphants sera digérée, une enquête doit être nécessairement diligentée pour situer les responsabilités, et punir tous les fautifs. Il y va de l’honneur de notre pays. Il est hors de question que des individus, bénéficiant d’une certaine complicité aient eu à l’idée de prendre la Can, notre Can en otage pour se faire de l’argent facile. La victoire des Eléphants ne doit pas nous faire oublier cette forfaiture.

Mais d’ici là, portons au panthéon l’équipe nationale, les Eléphants de Côte d’Ivoire. Ils viennent de loin, de très loin même.
« Morts à Abidjan, ressuscités à San Pedro, qualifiés à Yamoussoukro, repositionnés à Bouaké… », les Eléphants viennent de boucler leur périple à Abidjan, avec le troisième sacre de leur histoire. Pour cela, ils méritent notre respect.

Advertisement

Un hommage particulier doit être rendu à Fae Emerse et à ses adjoints, qui viennent de démontrer si besoin en était, qu’il est temps de faire confiance à la compétence et à l’expertise locales, ce, dans tous les domaines.
C’est désespérant de voir qu’après plus de soixante (60) ans d’indépendance, on en soit toujours à avoir recours à des expatriés, là où les compétences nationales foisonnent. Il suffit juste de les mettre en situation, de leur faire confiance et de les juger aux résultats par rapport aux objectifs qu’on leur aura fixés.

Nombreux sommes-nous, à avoir été ulcérés de voir la transe hystérique qui s’était emparé des dirigeants de notre football après la démission (ou le limogeage) du sélectionneur Gasset, pour s’offrir une pige d’Hervé Renard, alors que celui-ci est encore sous contrat avec la Fédération Française de Football (Fff).
De prime abord, ils n’ont pas pensé donner la chance aux adjoints de Gasset de se faire valoir. C’est faute de mieux, et à leur corps défendant que Fae Emerse, Guy Demel et Alain Gouamené ont pris les rênes des Eléphants. Ce comportement est aussi à blâmer, même si nous sommes actuellement dans une joie immense.

Advertisement

Ne boudons pas notre plaisir et disons bravo aux Eléphants qui nous ont permis de mettre entre parenthèses pour un mois, notre déprime quotidienne.
Vive la Can 2025…A nous deux Maroc…le merci est fini !
Mais arrive le jour où l’ivraie sera séparée du vrai.

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

un terrible malheur frappe Séverin Tchounkeu, le patron d’Équinoxe Tv

Published

on

Spread the love

Selon une source bien informée, le promoteur  de cette télévision privée émettant depuis Douala au Cameroun a perdu son grand frère ce mercredi 21 février 2024 des suites de maladie. Il était un homme d’affaires bien populaire à Douala, la capitale économique du 237 (Cameroun).

Severin Tchounkeu, le promoteur de la « chaîne du peuple » (Équinoxe radio et Tv) est en deuil. Ce mercredi 21 février 2024, Actu Cameroun apprend que l’homme d’affaires camerounais a perdu son grand frère des suites de maladie. Un départ qui émeut  plusieurs journalistes principalement ceux basés à Douala.

Advertisement

Dans un texte récent, Benjamin Zebaze, journaliste et directeur de publication du quotidien Ouest-Littoral, rend un vibrant hommage au disparu. « Séverin Tchounkeu en deuil: fidèle nous a quitté.  Le patron du groupe Équinoxe vient de perdre son frère aîné plus connu sous le nom de « Douala pas cher », ce célèbre magasin installé en plein centre de Douala il y a quelques années », informe celui-ci.

En début de carrière en 1990, il ne supportait pas de voir un patron comme moi en Jean, tricot  sandale: alors il m’amenait de force dans des magasins pour choisir de beaux costumes et chaussures

« Bien que nous soyons sous le choc de la disparition de notre aîné que nous aimions beaucoup,  deux souvenirs me reviennent à l’esprit. Lors de notre dernière rencontre alors qu’il était très affaibli par la maladie, il m’a serré la main fortement en me disant:  » il ne faut plus écrire sur Internet: ils vont te tuer. STP il ne faut plus écrire », témoigne le journaliste.

Advertisement

« En début de carrière en 1990, il ne supportait pas de voir un patron comme moi en Jean, tricot  sandale: alors il m’amenait de force dans des magasins pour choisir de beaux costumes et chaussures.  Il a beaucoup souffert de maladie: que Dieu et nos ancêtres s’occupent le mieux possible de lui », conclut Benjamin Zebaze.  

 

Advertisement

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Paul Biya revalorise de 5% le salaire mensuel de base du personnel civil et militaire

Published

on

Spread the love

Le président Paul Biya a revalorisé de 5% le salaire mensuel de base du personnel civil et militaire.

Le Chef de l’Etat a signé ce mercredi 21 février, le décret portant rémunération mensuelle de base des personnels civils et militaires. À compter du 1er février 2024, le salaire de base mensuel du personnel civil et militaire est revalorisé de 5% selon l’article 1er du décret.

Les nouveaux barèmes salariaux induits par cette revalorisation sont présentés en annexe du décret dont nous vous proposons l’intégralité.

Advertisement

Décret du portant revalisation mensuelle de base

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Eléphants de Côte d’Ivoire : Emerse Faé n’a pas encore signé le contrat d’entraîneur

Published

on

Spread the love

Le président de la FIF, Yacine Idriss Diallo, a confirmé Emerse Faé au poste d’entraîneur titulaire de l’équipe A des Éléphants de Côte d’Ivoire. Mais reçu dans l’émission La Grande Team de la chaîne de télévision La 3, le coach a précisé que le contrat n’a pas encore été signé.

Advertisement

Emerse Faé promet de donner tous les détails sur son poste d’entraîneur des Éléphants

Après l’annonce officielle du président de la Fédération ivoirienne de football – FIF portant confirmation du coach Emerse Faé à son poste d’entraîneur, ce dernier n’a pas encore de contrat. Selon celui qui a remporté la CAN 2023 avec les Éléphants, même si tout est déjà prêt pour le contrat, rien n’est officialisé en termes de signature des documents. Mais il promet revenir en conférence de presse très prochainement pour donner satisfaction à toutes les inquiétudes des Ivoiriens.

« On n’a pas encore signé le contrat, même si tout est bon de ce côté-là. Mais on est dans le foot et tout peut arriver. Le salaire n’est pas encore déterminé. De toute façon, la conférence de presse se fera très prochainement. Je dois juste m’absenter pour une semaine, aller en France et à mon retour, tout sera officialisé. Les Ivoiriens auront toutes les réponses à leurs questions. Tout sera connu dans deux semaines au plus tard », a fait savoir le meilleur coach de la CAN 2023.

Advertisement

À noter que juste après la CAN 2023, plusieurs défis se dressent devant le coach Emerse Faé. D’abord, avec ses poulains, ils doivent confirmer leur statut en réussissant à se qualifier à la CAN 2025 et la Coupe du monde de 2026.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending