Connect with us

Actualité

CAN 2023 : Alassane Ouattara reçoit les Éléphants après leur sacre

Published

on

Spread the love

Mardi 13 janvier 2024, Alassane Ouattara recevra les Éléphants de Côte d’Ivoire qui ont remporté la 34e édition de la Coupe d’Afrique des Nations.

Advertisement

CAN 2023 : Alassane Ouattara prend rendez-vous avec les Éléphants au Palais présidentiel

La Côte d’Ivoire a remporté sa 3e Coupe d’Afrique des Nations le dimanche 11 février 2024. Les Éléphants, menés au score par les Super Eagles du Nigeria, n’ont rien lâché. Bien au contraire les joueurs du coach Faé Émerse ont multiplié les assauts contre le but nigérian avant de trouver le but égalisateur grâce à Franck Kessié.

Le second but de la sélection ivoirienne est l’œuvre de Sébastien Haller. Le sociétaire de Dortmund a permis à la Côte d’Ivoire d’accéder sur le toit de l’Afrique. Sous le regard des autorités ivoiriennes, à leur tête le président de la République Alassane Ouattara.

Advertisement

Le chef de l’État accordera une audience aux nouveaux champions d’Afrique le mardi 13 février 2024. Les Éléphants sont attendus au Palais de la présidence. Mais bien avant, Serge Aurier et ses coéquipiers paraderont à travers la ville d’Abidjan. Le départ est prévu à l’Hôtel Palmier d’Anayama. Le point d’arrivée arrivée de la caravane, c’est le stade Félix Houphouët-Boigny du Plateau où les Éléphants présenteront le trophée continental à la Nation ivoirienne.

Il faut rappeler que la Côte d’Ivoire a remporté sa première CAN en 1992 sous la coupole de Yéo Martial. Le second sacre a été décroché en 2015 avec comme sélectionneur le Français Hervé Renard.

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Au Sénégal, un entrance de résistance exige des présidentielles avant le 2 avril

Published

on

Spread the love

Alors que le mandat du président Macky Sall prend officiellement fin le 2 avril prochain, des partis d’opposition et plusieurs plateformes de la société civile regroupés au sein d’un « entrance de la résistance » surnommé « Fippu » exige la tenue du scrutin présidentiel avant cette date.

Les élections présidentielles initialement prévu le 25 février dernier, ensuite reportées par décret présidentiel en décembre 2024 avant que cette nouvelle échéance ne soit invalidée par le Conseil constitutionnel continuent d’être le sujet principal qui cristallise le climat sociopolitique du Sénégal.

Advertisement

Le dialogue nationwide initié par Macky Sall suggest la date du 2 juin pour le 1er tour des présidentielles, impliquant que le chef de l’État reste en fonction jusqu’à l’set up de son successeur.

Ce entrance commun créé ce 29 février 2024 ne souhaite pas que le président Macky Sall fasse un jour de plus à la tête du pays.

Advertisement

L’intéressé, pour sa half, affirmait encore il y a quelques jours qu’il se retirerait le 2 avril.

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Burkina Faso : Hassane Idrissa Boly, chef terroriste dans la Boucle du Mouhoun tué

Published

on

Spread the love

La détermination des Forces combattantes du Burkina Faso à lutter efficacement contre le terrorisme est sans faille. À cet effet, les soldats ont réussi à éliminer le redoutable chef terroriste de la Boucle du Mouhoun, Hassane Idrissa Boly et bons nombres de ses compères.

Advertisement

Un redoutable chef terroriste neutralisé dans la boucle de Mouhoun au Burkina Faso

Les forces de défense et de sécurité – FDS et VDP ont mis fin à la vie du cadre d’un groupe terroriste opérant sur le territoire du Burkina Faso. Il s’agit Hassane Idrissa Boly, un responsable du Groupe de soutien à l’islam et aux Musulmans (GSIM), groupe terroriste qui régnait en maître dans la boucle de Mouhoun. En effet, c’est au cours de l’une des opérations de « reconquête de Douroula » que les forces combattantes ont fini avec ce patron des terroristes dans cette zone.

Dans leur development, les soldats patriotes se sont vus opposer aux membres du GSIM. Une intense bataille s’est donc éclatée le 20 février dernier. Un fight qui a eu lieu entre Magnimasso et le pont de Léry, plus connu sous le nom de pont Thomas Sankara et à l’concern duquel, 27 assaillants, dont le Hassane Idrissa Boly, ont été éliminés.

Advertisement

Ce patron des terroristes a été impliqué dans plusieurs attaques terroristes dans diverses villes ainsi que villages du Burkina Faso depuis 2019. Le criminel de 33 ans est propulsé à la tête des groupes armés terroristes au regard de son braveness à toujours prendre le devant des combats. Il est l’auteur de l’attaque meurtrière qu’il y a eue dans la localité de Kinsèrè, commune de Barani en 2020.

Selon l’AIB, Kinsèrè étant l’une des plus grandes bases des terroristes, sa destruction est donc un grand coup que les forces combattantes viennent de réaliser. Aussi, l’élimination de ce redoutable criminel est une victoire qui permet ainsi la libération des localités infestées au niveau de la Boucle du Mouhoun et dans le Burkina Faso en général.

Advertisement
Continue Reading

Actualité

l’ambassade du Cameroun, un sanctuaire à respecter par tous

Published

on

Spread the love

Une descente musclée de la Brigade anti sardinards à l’ambassade du Cameroun à Paris a suscité l’indignation de la célèbre écrivaine Calixthe Beyala. Pour Beyala, l’ambassade du Cameroun est un sanctuaire qui doit être respecté par tous, en particulier par les Camerounais exilés.

Dans un récit personnel poignant, Calixthe Beyala rappelle son passé d’étudiante et ses interactions avec l’ambassadeur du Cameroun à Paris de l’époque, Biloa Tang. Malgré les réclamations incessantes de Beyala, l’ambassadeur et sa femme ont toujours accueilli la jeune étudiante avec persistence et générosité, offrant même des repas pour l’aider dans ses moments difficiles.

Advertisement

Ci-dessous, l’intégralité du récit de Calixthe Beyala : 

« L’ambassade du Cameroun, un sanctuaire à respecter par tous

Advertisement

Quand on a vécu essentiellement à l’étranger, l’ambassade est un lieu sacré, un refuge pour chaque camerounais exilé

Quand j’étais jeune étudiante, nous avions un ambassadeur à Paris. Il s’appelait Biloa Tang. Seigneur, qu’est-ce que j’ai pu l’embêter celui-là ! Je squattais son bureau et posais mes révendications… Cela pouvait prendre une demi journée. Avec une persistence de sioux, il me rassurait en me mentant copieusement, rions… Puis sa femme n’oubliait jamais de m’appeler au téléphone chez moi :

Advertisement

– Ma fille, j’ai fait des beignets aux haricots – ou encore – J’ai fait un ndolé, passes manger ! C’était chouette, même si je trouvais toujours des excuses pour ne pas aller à la résidence. Elle se doutait qu’en ces temps-là, je n’avais pas beaucoup d’argent et faisait du mieux pour m’aider.

Plus tard, alors que j’étais devenue célèbre, je fus invitée pour une conférence à Rome. La France et l’Italie étaient les pays hôtes ! Il y avit un dîner en mon honneur à l’ambassade de France

Advertisement

La salle était pleine à craquer ; il y avait des milliers de personnes… Juste avant la fin de ma conférence, un homme prit d’autorité la parole. Il était petit, très mince, mais peut-être que depuis l’estrade, il me renvoyait cette impression. 

L’homme se présenta. Il dit qu’il était l’ambassadeur du Cameroun. Qu’il changeait tous les programmes. Que tout ce beau monde devait se diriger à l’ambassade du Cameroun. Que c’est le Cameroun qui recevait.

Advertisement

Il y eut comme un froid ou un étonnement général dans la salle. Je repris la parole et tranchai :

– Tous à l’ambassade du Cameroun.

Advertisement

Je le fis parce que j’étais fière de mon pays d’origine ».

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending