Connect with us

International

Attal promet un ‘sursaut’ aux agriculteurs, la FNSEA appelle à poursuivre les blocages | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Gabriel Attal a promis vendredi un “sursaut agricole” pour faire face à la colère profonde des campagnes, des mesures d’urgence saluées mais jugées insuffisantes pour lever la mobilisation par la FNSEA après une semaine de blocages.

Advertisement

Abandon de la hausse de la taxe sur le gazole non routier (GNR), indemnités gonflées pour les éleveurs touchés par la maladie des bovins MHE, sanctions lourdes contre trois industriels de l’agro-alimentaire ne respectant pas les lois Egalim sur les prix: il a accédé à quelques-unes des demandes les plus pressantes des manifestants.

Evoquant un “mois de la simplification” d’ici au Salon de l’agriculture qui s’ouvre fin février, le chef du gouvernement a aussi cité notamment les “curages” des cours d’eau ou les délais de recours contre les projets de stockage d’eau et d’extension des bâtiments d’élevage.

Advertisement

“On ne vous lâchera pas. Je ne vous lâcherai pas”, a-t-il lancé depuis une exploitation bovine de Montastruc-de-Salies (Haute-Garonne), jetant parfois un oeil sur son discours posé sur un ballot de paille. “On a décidé de mettre l’agriculture au-dessus de tout”, a-t-il ajouté.

“Je suis venu parce que vous avez voulu envoyer un message et je suis venu vous dire que le message, on l’a reçu 5/5, que je vous ai entendus, qu’on vous a entendus”, a asséné le Premier ministre, dénonçant aussi les “discours culpabilisateurs” et critiquant “ceux qui opposent la défense de nos agriculteurs et la défense de l’environnement”.

Advertisement

Sur la question du revenu, au coeur du malaise agricole, il a annoncé que le gouvernement allait “prononcer trois sanctions très lourdes” contre trois entreprises ne respectant pas les lois Egalim, qui visent à protéger le revenu des agriculteurs dans le cadre des négociations avec industriels et supermarchés.

Le Premier ministre s’est ensuite immédiatement rendu sur le barrage de Carbonne, sur l’A64, où il s’est lancé dans des échanges animés et amicaux avec les agriculteurs qui campent là depuis une semaine.

Advertisement

“Aller plus loin”

L’éleveur occitan Jérôme Bayle, initiateur du premier barrage devenu une figure de la contestation, a estimé avoit “gagné” sur trois points principaux: le GNR, l’irrigation et la MHE. “Si on s’est battus, c’est pour arrêter tout ça (…) ce soir je vous annonce que demain midi l’autoroute pourra circuler”, a-t-il annoncé aux côtés du Premier ministre.

Mais quelques minutes plus tard, le patron de la FNSEA, Arnaud Rousseau, douchait les espoirs d’une sortie rapide de la crise en appelant à “poursuivre cette mobilisation”.

Advertisement

“Ce qui a été dit ce soir ne calme pas la colère, il faut aller plus loin”, a-t-il dit sur TF1, en estimant que les annonces étaient “trop justes” et “ne (répondaient) pas” à toutes les attentes alors que le syndicat majoritaire, associé aux Jeunes agriculteurs, a mobilisé “plus de 72.000 agriculteurs” dans “85 départements” pour exprimer une colère profonde.

Accès à Paris perturbé, autoroutes bloquées, incendie d’un bâtiment à Narbonne, les agriculteurs avaient fait monter la pression à l’approche de l’intervention de Gabriel Attal.

Advertisement

Bordeaux, Montpellier, Lyon ou Le Mans, des agriculteurs avaient commencé à “lever le camp” avant la prise de parole du Premier ministre.

De son côté, la présidente de la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole, Véronique Le Floc’h a prévenu que les tracteurs de ses adhérents allaient “rester sur les routes”, regrettant que le recul du gouvernement sur le GNR ne soit pas allé plus loin.

Advertisement

La Confédération paysanne, troisième syndicat classé à gauche, a aussi déploré des mesures qu’elle a qualifiées de “très largement insuffisantes”.

Le Premier ministre a abordé de nombreuses revendications agricoles, sans toutefois mentionner les pesticides, pour lesquels la FNSEA a récemment demandé un “moratoire sur l’interdiction”.

Advertisement

Rencontrés dans de multiples lieux de France par l’AFP, les agriculteurs avaient des demandes diverses, selon qu’ils soient éleveurs de volailles frappés par la grippe aviaire, viticulteurs dont les vins se vendent moins, cultivateurs bio aux légumes boudés par les Français, ou grands céréaliers.

Un peu partout dans le pays, les manifestants s’en étaient pris jeudi à des symboles de l’Etat et à de grandes surfaces, donnant l’image d’une colère qui se radicalise.

Advertisement

A Narbonne, un bâtiment de la Mutualité sociale agricole (MSA) a été incendié vendredi en marge d’une manifestation d’agriculteurs, un geste qualifié d’”intolérable” par le président de la MSA Pascal Cormery.

En début d’après-midi ont débuté les blocages de plusieurs grands axes menant à Paris, comme promis par la section d’Ile-de-France des syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs, avec l’objectif de tenir “jusqu’à minuit”.

Advertisement

Des opérations escargot ont été organisées partout, en Bretagne, en Aquitaine, en Rhône-Alpes…

Alors que les agriculteurs sont également mobilisés en Allemagne, Belgique, Pologne ou Suisse, le mouvement est populaire en France, où tous les syndicats ne plaident pas pour sabrer les normes environnementales que défendent ONG et écologistes, rappelant que sans biodiversité, les sols agricoles s’appauvrissent.

Advertisement

burs-jum-are-sb/uh/dlm

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

International

Avec Manouchian, la résistance étrangère ‘enfin’ au Panthéon | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

“La France reconnaissante vous accueille” : 80 ans jour pour jour après leur exécution par les nazis, le résistant communiste étranger Missak Manouchian et 23 de ses compagnons d’armes sont entrés mercredi au Panthéon, hommage ultime à ces combattants de l’ombre longtemps oubliés.

Advertisement

“Etrangers et nos frères pourtant, Francais de préférence”, a lancé Emmanuel Macron, reprenant le poème d’Aragon mis en musique par Léo Ferré qui fit entrer le groupe Manouchian dans les mémoires après la guerre.

“La France reconnaissante vous accueille. Missak et Mélinée (son épouse)… Missak, les 23 et avec eux tous les autres, enfin célébrés”, a déclaré le chef de l’Etat. Entre avec eux toute la résistance communiste et étrangère, au côté de Jean Moulin et de la résistance gaulliste.

Advertisement

“La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France”, a-t-il souligné, citant leurs noms un à un, Celestino Alfonso, Golda Bancic, Joseph Boczor, Rino Della-Negra etc…

Au premier rang, dans la nef, leurs descendants, émus aux larmes, se sont parfois étreints, tenu la main, devant tant d’émotion, 80 ans plus tard.

Advertisement

Les cercueils de Missak Manouchian et Mélinée, résistante et survivante comme lui des massacres d’Arméniens dans l’Empire ottoman, ont franchi ensemble les portes du Panthéon, après une procession de plusieurs centaines de mètres, portés par des soldats de la Légion étrangère.

“Ma chère Mélinée, ma petite orpheline bien-aimée. Dans quelques heures, je ne serai plus de ce monde”: les premiers mots de son ultime lettre à sa bien-aimée, lus par Patrick Bruel, ont percé le silence à la nuit tombante, dans un intense moment de recueillement, seulement troublé par la pluie.

Advertisement

Devant le Panthéon, les portraits des 23 compagnons d’armes du résistant, juifs, Polonais, Hongrois, Espagnols, Italiens, exécutés comme lui par l’occupant nazi le 21 février 1944 au Mont-Valérien, l’attendaient.

“Enfin”

Fusillés au même poteau d’exécution, ils entrent avec lui au Panthéon, sous une forme symbolique : leur nom est gravé en lettres de bronze dans le caveau où les Manouchian vont reposer.

Advertisement

“Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes” : le poème d’Aragon qui rend hommage aux “23” condamnés à mort et exécutés à l’issue d’un procès de propagande a retenti, revisité par le groupe de rock Feu ! Chatterton.

“Hommage à 23 étrangers, nos frères pourtant”, s’est exclamé le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, en arrivant pour l’hommage.

Advertisement

“Enfin la résistance communiste entre au Panthéon”, a-t-il lancé en remerciant le président Emmanuel Macron pour ce geste.

Le chef de l’Etat signe là sa quatrième panthéonisation après celles de l’écrivain Maurice Genevoix, de Simone Veil et de la star du music-hall Joséphine Baker. Il a aussi annoncé celle de Robert Badinter, mort le 9 février.

Advertisement

Comme lors des précédents hommages nationaux, la polémique a ressurgi avec la présence de Marine Le Pen, invitée comme cheffe du groupe du Rassemblement national à l’Assemblée nationale.

“Inacceptable”, “insupportable”, ont déploré le comité de soutien à la panthéonisation et les familles, qui accusent le Front national, dont le RN est l’héritier, d’avoir été fondé par des “nazis et des collaborationnistes”.

Advertisement

“Au travers de la personnalité de Monsieur Manouchian, c’est toute la résistance à qui il est rendu hommage aujourd’hui”, s’est justifiée Marine Le Pen au micro de franceinfotv.

“Et le Panthéon est un lieu d’unité de la nation”, a-t-elle ajouté, en reprochant au chef de l’Etat d’avoir voulu “instrumentaliser” ce moment après qu’il a estimé que “les forces d’extrême droite seraient inspirées de ne pas être présentes”

Advertisement

“Identités additionnées

En plein débat sur l’immigration et le repli identitaire d’une partie de la société, l’hommage à ces combattants étrangers, “Français par le cœur et le sang versé”, est aussi tout un symbole.

“La nation honore un étranger mort pour la France, tous ses frères de combat. Il nous obligent à nous poser la question : qu’est-ce qu’être Français ? Les identités ne s’excluent pas, elles s’additionnent”, a déclaré le sénateur communiste Pierre Ouzoulias, membre du comité de soutien à la panthéonisation.

Advertisement

Si le couple Manouchian reste uni dans la mort – ils reposaient tous deux au cimetière parisien d’Ivry – Mélinée n’est pas elle-même “panthéonisée”.

Comme pour l’entrée de Joséphine Baker en 2021, de nombreux flash-backs en images sont revenus sur la vie de Missak, les massacres d’Arméniens, l’orphelinat à Beyrouth, l’arrivée à Marseille en 1925, la montée à Paris, la rencontre avec Mélinée, son grand amour, le couple refugié chez les parents du jeune Charles Aznavour durant la guerre.

Advertisement

Ouvrier et poète, il dévora la littétature française à la bibliothèque Saint-Geneviève, voisine du Panthéon. “Manouche” rejoignit en 1943 la résistance communiste où il s’illustra dans les rangs des Francs-tireurs partisans – Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), un réseau alors très actif à Paris. Jusqu’à la mort.

Advertisement
Continue Reading

International

Négociations commerciales: deux centrales d’achat européennes visées par des ‘pré-amendes’ | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Deux centrales d’achat européennes de la grande distribution qui n’ont pas respecté la loi française sont ciblées par des “pré-amendes” s’élevant à plusieurs “dizaines de millions d’euros”, qu’elles ont deux mois pour contester, a annoncé mercredi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Advertisement

Les distributeurs ont installé en Europe des centrales d’achat et de services ces dernières années pour négocier avec leurs plus gros fournisseurs industriels, souvent des multinationales. Certaines sont accusées de ne pas respecter la législation française.

“Les centrales d’achat européennes doivent respecter les lois nationales”, a indiqué Bruno Le Maire mercredi, lors de la conférence de presse organisée par le Premier ministre, Gabriel Attal. Or, “deux centrales n’ont pas respecté les dispositions de la loi” et des “pré-amendes” ont été prononcées le 19 février “pour des montants qui se chiffrent en dizaines de millions d’euros”.

Advertisement

Ces deux centrales ont deux mois pour faire valoir leurs arguments contradictoires, au terme desquels les sanctions seront “définitives”.

En outre, Bruno Le Maire a annoncé que 1.000 établissements ont été contrôlés sur l’origine française des produits vendus, et 372 étaient en non-conformité, “ne respectant pas le label Origine France” ou faisant “de la tromperie sur cette marchandise”.

Advertisement

Dans un message à l’AFP mercredi soir, l’association Origine France Garantie a précisé que “les propos du ministre ne visent pas les produits bénéficiant de la certification Origine France Garantie mais les produits agricoles, notamment fruits et légumes, affichant un marquage +origine france+” inadéquat.

Dans un tweet mercredi soir Bruno Le Maire a indiqué que c’était bien “sur l’origine France des produits” que portaient les contrôles, sans faire référence au label “Origine France Garantie”.

Advertisement

Des premiers procès verbaux devraient être délivrés “dans les prochains jours”, a -t-il précisé.

“Ne pas respecter” les règles en matière d’affichage d’origine française est considéré comme “une pratique commerciale trompeuse passible d’une sanction pénale” pouvant atteindre 10% du chiffre d’affaires, avait rappelé le ministre dans la matinée.

Advertisement

Il avait précisé que 150 agents de la Répression des Fraudes (DGCCRF), un service de Bercy, étaient mobilisés pour contrôler grands industriels et supermarchés.

A cette date, 1.400 contrôles ont été réalisés sur les 200 plus grands industriels et sur les 5 grands distributeurs, a indiqué Bruno Le Maire, évoquant “150 cas de non-conformité, notamment pour des retards dans la signature des contrats”. Des pré-sanctions ont été notifiées.

Advertisement

“On se réjouit que ça se mette en route”, a commenté le patron du syndicat agricole Arnaud Rousseau sur France 5. Mais “on ne lâchera pas, on viendra demander des comptes sur ces contrôles”, a-t-il souligné.

Advertisement
Continue Reading

International

Avant le Salon de l’agriculture, les Ecologistes ‘droits dans leur bottes’ sur le terrain | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

A quelques jours du Salon de l’agriculture, les Ecologistes s’affichent comme “les meilleurs alliés des agriculteurs” et se disent “droits dans leurs bottes” en multipliant les visites dans les fermes, défendant leurs propositions “construites depuis des années” bien avant la colère paysanne de janvier.

Advertisement

Aisne, Essonne, Cher, Limousin, Aveyron: la patronne des Ecologistes Marine Tondelier enchaîne les visites d’exploitations, mais le répète: ces déplacements étaient prévus avant la mobilisation des agriculteurs, se plaignant de crouler sous les normes et de ne pas gagner assez bien leur vie.

Les Verts, opposés à une agriculture productiviste, à l’emploi de pesticides et aux méga-bassines, sont souvent désignés comme les ennemis du monde paysan, et ont été particulièrement ciblés pendant la crise, notamment par le gouvernement.

Advertisement

Marine Tondelier souligne au contraire que les écologistes ont “beaucoup de convergences avec les agriculteurs, mais pas que des convergences, c’est vrai, et pas avec tous les agriculteurs”.

“On voulait confronter nos visions et nos inquiétudes”, a-t-elle expliqué mardi, chaussée de bottes dans une exploitation maraîchère de Bourges, avec les eurodéputés Benoit Biteau et Claude Gruffat.

Advertisement

Face à elle, Aurélien Chartendrault, de la ferme Beauregard, une exploitation bio au cœur de la ville.

Se sont ajoutés des agriculteurs de la Confédération paysanne, syndicat proche du mouvement écologiste, venus lui faire part de leur “stupeur” après l’annonce du gouvernement d’une “pause” du plan Ecophyto de réduction des pesticides.

Advertisement

“C’est une marche arrière de plusieurs années”, se désole l’un d’eux, jugeant que les mesures annoncées vont “permettre aux gros exploitants de survivre. Nous les petits maraîchers, on va disparaître”.

Pour Marine Tondelier, elle-même petite-fille de paysan, “la vraie détresse est sur la question des revenus”.

Advertisement

Le gouvernement a fait une “offrande”, une “victime expiatoire”, avec le plan Ecophyto, mais “ça ne va rien résoudre. C’est l’écologie qui a pris une balle et ça va nuire à tout le monde”, a-t-elle expliqué, avant d’aller grignoter nature quelques feuilles de salades et d’épinard. “On m’appelle le lapin”, sourit-elle.

La dirigeante écologiste n’est pas toujours en terrain conquis. Dans l’Aveyron, elle sera reçue vendredi par un éleveur de la Coordination rurale, organisation avec laquelle elle avait eu maille à partir l’an passé lors d’une visite chahutée dans le Lot-et-Garonne.

Advertisement

“Beau cadeau”

Mercredi, l’écologiste rencontre aussi le patron du syndicat majoritaire FNSEA, Arnaud Rousseau, pour une discussion “les yeux dans les yeux”.

Elle l’assure, ces échanges se passent bien. D’autant qu’écologistes et paysans se retrouvent sur de nombreux combats, par exemple pour défendre les terres agricoles et les produits locaux dans les cantines, dit-elle.

Advertisement

Et la mobilisation agricole a permis de “mettre en lumière ce qu’on défend depuis des années”, ajoute l’écologiste. “Le message qu’on a porté a vraiment interrogé la profession”.

“Ils savent qu’on leur dit la vérité”, insiste Benoit Biteau, exploitant agricole en Charente. Finalement, “la tactique du gouvernement de nous choisir comme punching-ball pour masquer leur responsabilité, ça a été un beau cadeau pour nous”.

Advertisement

Car “l’agriculture, ça fait 50 ans qu’on en parle”, rappelle Marine Tondelier, avec le premier candidat écologiste à une présidentielle en 1974, René Dumont, lui-même ingénieur agronome.

“On a des solutions, et pas bricolées dans la nuit” à la suite d’une crise, insiste-t-elle. “Nous sommes droits dans nos bottes sur le terrain”.

Advertisement

Benoît Biteau rappelle ainsi que les écologistes ont “tout fait” au Parlement européen “pour empêcher” la Politique agricole commune (PAC) actuelle, qui n’est “pas sociale”, “pas équitable, au-delà de ne pas être écologique”.

A l’inverse, le RN “n’a pas voté le rejet des écologistes de l’accord de libre-échange Mercosur, ni Les Républicains, ni La République en marche. Ca démasque les impostures de ceux qui se revendiquent les alliés des agriculteurs”.

Advertisement

“Assez sereine” pour les élections européennes de juin, même si les sondages créditent sa candidate Marie Toussaint d’environ 8% des intentions de vote, Marine Tondelier résume: “l’écologie est attaquée chaque jour dans ce pays. Les gens, leur cœur va leur dire d’aller défendre l’avenir de leurs enfants”.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending