Connect with us

International

Attal promet d’être au ‘rendez-vous’ pour les agriculteurs, les manifestants se rapprochent de Paris | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Le Premier ministre a promis mardi aux agriculteurs “d’être au rendez-vous” pour répondre à leur malaise et Bruxelles a esquissé des concessions, sans forcément convaincre les manifestants, dont certains se rapprochent de Paris.

Advertisement

Gabriel Attal a défendu dans sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale une “exception agricole française”, des déclarations qui n’ont pas convaincu, même si les tractations se poursuivent.

Pendant trois heures, mardi soir, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs, syndicats majoritaires, ont été reçu à Matignon, selon une source au sein de l’exécutif, une réunion dont rien n’a filtré dans l’immédiat.

Advertisement

Enumérant plusieurs des mesures destinées à faciliter la vie des exploitants déjà annoncées, Gabriel Attal a rappelé que la crise agricole ne serait pas réglée “en quelques jours”.

Mais il est prêt à “aller plus loin”, promettant par exemple que les aides européennes de la Politique agricole commune (PAC) seraient versées “d’ici le 15 mars” et des aides fiscales supplémentaires pour les éleveurs.

Advertisement

Malgré tout, la mobilisation n’a pas faibli mardi: à 18H00, les services du renseignement territorial ont recensé près de 120 points de blocage, avec 12.000 agriculteurs mobilisés, plus de 6.000 tracteurs, au niveau national.

Signe que les agriculteurs sont toujours plus proches de la capitale, des blindés de la gendarmerie ont été déployés mardi soir sur l’A6 à hauteur de Chilly-Mazarin (Essonne), où se trouvent des tracteurs de la FDSEA de Seine-et-Marne, sans incidents toutefois, selon les forces de l’ordre.

Advertisement

Les agriculteurs continuent également leur progression vers Lyon, avec pour objectif de faire le blocus de la deuxième ville de France. Des tracteurs ont ainsi bloqué en fin de journée l’A89, qui relie Lyon à Clermont-Ferrand. L’A7 reste coupée, sur près de 130 km, tout comme l’A6 au niveau de Villefranche-sur-Saône, et l’A43 à Saint-Quentin.

Le syndicat majoritaire FNSEA est resté muet mardi après le discours de M. Attal, qui n’a offert selon la Confédération paysanne, 3e syndicat agricole, classé à gauche, “aucune perspective de long terme” au monde paysan.

Advertisement

La “Conf’” a appelé mardi soir “à bloquer les centrales d’achat” de la grande distribution, une menace déjà mise à exécution par exemple à Cavaillon, dans le Vaucluse, sur la base logistique d’Aldi pour la région PACA et la plateforme du groupe Leclerc. Le syndicat a réitéré sa demande d’interdiction d’achat des produits agricoles en-dessous de leur prix de revient, à la veille d’un entretien avec le Premier ministre.

Le président Emmanuel Macron, lors d’une visite d’Etat en Suède, s’est de son côté engagé à défendre plusieurs revendications des agriculteurs français à Bruxelles, sur l’Ukraine, les jachères et l’accord commercial avec les pays latino-américains du Mercosur.

Advertisement

La Commission européenne a déjà annoncé mardi qu’elle envisageait d’adopter une nouvelle dérogation aux obligations de jachères.

Le mouvement de colère s’étend en tout cas sur le continent: après des manifestations en Allemagne, en Pologne, en Roumanie, en Belgique ou en Italie ces dernières semaines, les grands syndicats agricoles espagnols ont annoncé des “mobilisations” au cours des “prochaines semaines”.

Advertisement

“Remotivé”

En France, le discours de Gabriel Attal a été reçu froidement par des agriculteurs interrogés par l’AFP.

“Il ne répond absolument pas à nos attentes! On aurait aimé par exemple qu’il annonce (la suppression) des droits de succession agricoles”, a indiqué le président de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne, Serge Bousquet-Cassagne.

Advertisement

Assurant être “remotivé” par le fait d’avoir été “berné” par le gouvernement, il était en route pour rejoindre le convoi de 200 tracteurs qui, parti d’Agen sous l’étendard de la Coordination rurale, prévoit de rejoindre le marché de Rungis, poumon alimentaire de l’Ile-de-France, après une nuit entre Vierzon et Orléans.

Après avoir été bloqué à plusieurs reprises par les forces de l’ordre, le convoi reste surveillé de près par les gendarmes.

Advertisement

Dans un convoi de centaines de tracteurs bloquant l’A35, l’autoroute qui longe Strasbourg, Johanna Trau, céréalière et éleveuse à Ebersheim, se montre sceptique sur le versement des aides PAC au 15 mars.

“Déjà que certaines mesures mettent trois ou quatre ans à être appliquées… Là je demande à voir!”, dit-elle avant d’ajouter: “On veut pas forcément être bercés aux aides, on veut surtout des prix rémunérateurs.”

Advertisement

Près de deux semaines après le premier blocage d’axes routiers en Occitanie, les agriculteurs continuent à perturber le trafic un peu partout en France.

Contrôles informels de cargaisons de camions aux alentours des supermarchés à Marmande (Lot-et-Garonne), dégustation de fromages en Indre-et-Loire, déversement de pneus devant des bâtiments administratifs en Mayenne, rassemblement devant la préfecture de Saint-Denis sur l’île de la Réunion: les actions organisées mardi ont pris diverses formes.

Advertisement

Autres organisations déçues par le discours de Gabriel Attal: les associations environnementales.

“En se focalisant sur la suppression des normes environnementales, le Premier ministre privilégie l’agro-industrie au détriment des agriculteurs et des écosystèmes dont ils dépendent”, a regretté Greenpeace.

Advertisement

Les Amis de la Terre ont dénoncé pour leur part des mesures ne représentant “qu’un pansement sur une jambe de bois tant que les pouvoirs publics n’adressent pas les causes structurelles de la situation économique désastreuse des agriculteurs: accords de libre-échanges, mauvaise allocation des aides PAC, absence de revenu plancher pour les agriculteurs”.

burs-jum-sm/ngu/cbn

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

International

Avec Manouchian, la résistance étrangère ‘enfin’ au Panthéon | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

“La France reconnaissante vous accueille” : 80 ans jour pour jour après leur exécution par les nazis, le résistant communiste étranger Missak Manouchian et 23 de ses compagnons d’armes sont entrés mercredi au Panthéon, hommage ultime à ces combattants de l’ombre longtemps oubliés.

Advertisement

“Etrangers et nos frères pourtant, Francais de préférence”, a lancé Emmanuel Macron, reprenant le poème d’Aragon mis en musique par Léo Ferré qui fit entrer le groupe Manouchian dans les mémoires après la guerre.

“La France reconnaissante vous accueille. Missak et Mélinée (son épouse)… Missak, les 23 et avec eux tous les autres, enfin célébrés”, a déclaré le chef de l’Etat. Entre avec eux toute la résistance communiste et étrangère, au côté de Jean Moulin et de la résistance gaulliste.

Advertisement

“La France de 2024 se devait d’honorer ceux qui furent 24 fois la France”, a-t-il souligné, citant leurs noms un à un, Celestino Alfonso, Golda Bancic, Joseph Boczor, Rino Della-Negra etc…

Au premier rang, dans la nef, leurs descendants, émus aux larmes, se sont parfois étreints, tenu la main, devant tant d’émotion, 80 ans plus tard.

Advertisement

Les cercueils de Missak Manouchian et Mélinée, résistante et survivante comme lui des massacres d’Arméniens dans l’Empire ottoman, ont franchi ensemble les portes du Panthéon, après une procession de plusieurs centaines de mètres, portés par des soldats de la Légion étrangère.

“Ma chère Mélinée, ma petite orpheline bien-aimée. Dans quelques heures, je ne serai plus de ce monde”: les premiers mots de son ultime lettre à sa bien-aimée, lus par Patrick Bruel, ont percé le silence à la nuit tombante, dans un intense moment de recueillement, seulement troublé par la pluie.

Advertisement

Devant le Panthéon, les portraits des 23 compagnons d’armes du résistant, juifs, Polonais, Hongrois, Espagnols, Italiens, exécutés comme lui par l’occupant nazi le 21 février 1944 au Mont-Valérien, l’attendaient.

“Enfin”

Fusillés au même poteau d’exécution, ils entrent avec lui au Panthéon, sous une forme symbolique : leur nom est gravé en lettres de bronze dans le caveau où les Manouchian vont reposer.

Advertisement

“Vous n’avez réclamé la gloire ni les larmes” : le poème d’Aragon qui rend hommage aux “23” condamnés à mort et exécutés à l’issue d’un procès de propagande a retenti, revisité par le groupe de rock Feu ! Chatterton.

“Hommage à 23 étrangers, nos frères pourtant”, s’est exclamé le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, en arrivant pour l’hommage.

Advertisement

“Enfin la résistance communiste entre au Panthéon”, a-t-il lancé en remerciant le président Emmanuel Macron pour ce geste.

Le chef de l’Etat signe là sa quatrième panthéonisation après celles de l’écrivain Maurice Genevoix, de Simone Veil et de la star du music-hall Joséphine Baker. Il a aussi annoncé celle de Robert Badinter, mort le 9 février.

Advertisement

Comme lors des précédents hommages nationaux, la polémique a ressurgi avec la présence de Marine Le Pen, invitée comme cheffe du groupe du Rassemblement national à l’Assemblée nationale.

“Inacceptable”, “insupportable”, ont déploré le comité de soutien à la panthéonisation et les familles, qui accusent le Front national, dont le RN est l’héritier, d’avoir été fondé par des “nazis et des collaborationnistes”.

Advertisement

“Au travers de la personnalité de Monsieur Manouchian, c’est toute la résistance à qui il est rendu hommage aujourd’hui”, s’est justifiée Marine Le Pen au micro de franceinfotv.

“Et le Panthéon est un lieu d’unité de la nation”, a-t-elle ajouté, en reprochant au chef de l’Etat d’avoir voulu “instrumentaliser” ce moment après qu’il a estimé que “les forces d’extrême droite seraient inspirées de ne pas être présentes”

Advertisement

“Identités additionnées

En plein débat sur l’immigration et le repli identitaire d’une partie de la société, l’hommage à ces combattants étrangers, “Français par le cœur et le sang versé”, est aussi tout un symbole.

“La nation honore un étranger mort pour la France, tous ses frères de combat. Il nous obligent à nous poser la question : qu’est-ce qu’être Français ? Les identités ne s’excluent pas, elles s’additionnent”, a déclaré le sénateur communiste Pierre Ouzoulias, membre du comité de soutien à la panthéonisation.

Advertisement

Si le couple Manouchian reste uni dans la mort – ils reposaient tous deux au cimetière parisien d’Ivry – Mélinée n’est pas elle-même “panthéonisée”.

Comme pour l’entrée de Joséphine Baker en 2021, de nombreux flash-backs en images sont revenus sur la vie de Missak, les massacres d’Arméniens, l’orphelinat à Beyrouth, l’arrivée à Marseille en 1925, la montée à Paris, la rencontre avec Mélinée, son grand amour, le couple refugié chez les parents du jeune Charles Aznavour durant la guerre.

Advertisement

Ouvrier et poète, il dévora la littétature française à la bibliothèque Saint-Geneviève, voisine du Panthéon. “Manouche” rejoignit en 1943 la résistance communiste où il s’illustra dans les rangs des Francs-tireurs partisans – Main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI), un réseau alors très actif à Paris. Jusqu’à la mort.

Advertisement
Continue Reading

International

Négociations commerciales: deux centrales d’achat européennes visées par des ‘pré-amendes’ | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Deux centrales d’achat européennes de la grande distribution qui n’ont pas respecté la loi française sont ciblées par des “pré-amendes” s’élevant à plusieurs “dizaines de millions d’euros”, qu’elles ont deux mois pour contester, a annoncé mercredi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Advertisement

Les distributeurs ont installé en Europe des centrales d’achat et de services ces dernières années pour négocier avec leurs plus gros fournisseurs industriels, souvent des multinationales. Certaines sont accusées de ne pas respecter la législation française.

“Les centrales d’achat européennes doivent respecter les lois nationales”, a indiqué Bruno Le Maire mercredi, lors de la conférence de presse organisée par le Premier ministre, Gabriel Attal. Or, “deux centrales n’ont pas respecté les dispositions de la loi” et des “pré-amendes” ont été prononcées le 19 février “pour des montants qui se chiffrent en dizaines de millions d’euros”.

Advertisement

Ces deux centrales ont deux mois pour faire valoir leurs arguments contradictoires, au terme desquels les sanctions seront “définitives”.

En outre, Bruno Le Maire a annoncé que 1.000 établissements ont été contrôlés sur l’origine française des produits vendus, et 372 étaient en non-conformité, “ne respectant pas le label Origine France” ou faisant “de la tromperie sur cette marchandise”.

Advertisement

Dans un message à l’AFP mercredi soir, l’association Origine France Garantie a précisé que “les propos du ministre ne visent pas les produits bénéficiant de la certification Origine France Garantie mais les produits agricoles, notamment fruits et légumes, affichant un marquage +origine france+” inadéquat.

Dans un tweet mercredi soir Bruno Le Maire a indiqué que c’était bien “sur l’origine France des produits” que portaient les contrôles, sans faire référence au label “Origine France Garantie”.

Advertisement

Des premiers procès verbaux devraient être délivrés “dans les prochains jours”, a -t-il précisé.

“Ne pas respecter” les règles en matière d’affichage d’origine française est considéré comme “une pratique commerciale trompeuse passible d’une sanction pénale” pouvant atteindre 10% du chiffre d’affaires, avait rappelé le ministre dans la matinée.

Advertisement

Il avait précisé que 150 agents de la Répression des Fraudes (DGCCRF), un service de Bercy, étaient mobilisés pour contrôler grands industriels et supermarchés.

A cette date, 1.400 contrôles ont été réalisés sur les 200 plus grands industriels et sur les 5 grands distributeurs, a indiqué Bruno Le Maire, évoquant “150 cas de non-conformité, notamment pour des retards dans la signature des contrats”. Des pré-sanctions ont été notifiées.

Advertisement

“On se réjouit que ça se mette en route”, a commenté le patron du syndicat agricole Arnaud Rousseau sur France 5. Mais “on ne lâchera pas, on viendra demander des comptes sur ces contrôles”, a-t-il souligné.

Advertisement
Continue Reading

International

Avant le Salon de l’agriculture, les Ecologistes ‘droits dans leur bottes’ sur le terrain | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

A quelques jours du Salon de l’agriculture, les Ecologistes s’affichent comme “les meilleurs alliés des agriculteurs” et se disent “droits dans leurs bottes” en multipliant les visites dans les fermes, défendant leurs propositions “construites depuis des années” bien avant la colère paysanne de janvier.

Advertisement

Aisne, Essonne, Cher, Limousin, Aveyron: la patronne des Ecologistes Marine Tondelier enchaîne les visites d’exploitations, mais le répète: ces déplacements étaient prévus avant la mobilisation des agriculteurs, se plaignant de crouler sous les normes et de ne pas gagner assez bien leur vie.

Les Verts, opposés à une agriculture productiviste, à l’emploi de pesticides et aux méga-bassines, sont souvent désignés comme les ennemis du monde paysan, et ont été particulièrement ciblés pendant la crise, notamment par le gouvernement.

Advertisement

Marine Tondelier souligne au contraire que les écologistes ont “beaucoup de convergences avec les agriculteurs, mais pas que des convergences, c’est vrai, et pas avec tous les agriculteurs”.

“On voulait confronter nos visions et nos inquiétudes”, a-t-elle expliqué mardi, chaussée de bottes dans une exploitation maraîchère de Bourges, avec les eurodéputés Benoit Biteau et Claude Gruffat.

Advertisement

Face à elle, Aurélien Chartendrault, de la ferme Beauregard, une exploitation bio au cœur de la ville.

Se sont ajoutés des agriculteurs de la Confédération paysanne, syndicat proche du mouvement écologiste, venus lui faire part de leur “stupeur” après l’annonce du gouvernement d’une “pause” du plan Ecophyto de réduction des pesticides.

Advertisement

“C’est une marche arrière de plusieurs années”, se désole l’un d’eux, jugeant que les mesures annoncées vont “permettre aux gros exploitants de survivre. Nous les petits maraîchers, on va disparaître”.

Pour Marine Tondelier, elle-même petite-fille de paysan, “la vraie détresse est sur la question des revenus”.

Advertisement

Le gouvernement a fait une “offrande”, une “victime expiatoire”, avec le plan Ecophyto, mais “ça ne va rien résoudre. C’est l’écologie qui a pris une balle et ça va nuire à tout le monde”, a-t-elle expliqué, avant d’aller grignoter nature quelques feuilles de salades et d’épinard. “On m’appelle le lapin”, sourit-elle.

La dirigeante écologiste n’est pas toujours en terrain conquis. Dans l’Aveyron, elle sera reçue vendredi par un éleveur de la Coordination rurale, organisation avec laquelle elle avait eu maille à partir l’an passé lors d’une visite chahutée dans le Lot-et-Garonne.

Advertisement

“Beau cadeau”

Mercredi, l’écologiste rencontre aussi le patron du syndicat majoritaire FNSEA, Arnaud Rousseau, pour une discussion “les yeux dans les yeux”.

Elle l’assure, ces échanges se passent bien. D’autant qu’écologistes et paysans se retrouvent sur de nombreux combats, par exemple pour défendre les terres agricoles et les produits locaux dans les cantines, dit-elle.

Advertisement

Et la mobilisation agricole a permis de “mettre en lumière ce qu’on défend depuis des années”, ajoute l’écologiste. “Le message qu’on a porté a vraiment interrogé la profession”.

“Ils savent qu’on leur dit la vérité”, insiste Benoit Biteau, exploitant agricole en Charente. Finalement, “la tactique du gouvernement de nous choisir comme punching-ball pour masquer leur responsabilité, ça a été un beau cadeau pour nous”.

Advertisement

Car “l’agriculture, ça fait 50 ans qu’on en parle”, rappelle Marine Tondelier, avec le premier candidat écologiste à une présidentielle en 1974, René Dumont, lui-même ingénieur agronome.

“On a des solutions, et pas bricolées dans la nuit” à la suite d’une crise, insiste-t-elle. “Nous sommes droits dans nos bottes sur le terrain”.

Advertisement

Benoît Biteau rappelle ainsi que les écologistes ont “tout fait” au Parlement européen “pour empêcher” la Politique agricole commune (PAC) actuelle, qui n’est “pas sociale”, “pas équitable, au-delà de ne pas être écologique”.

A l’inverse, le RN “n’a pas voté le rejet des écologistes de l’accord de libre-échange Mercosur, ni Les Républicains, ni La République en marche. Ca démasque les impostures de ceux qui se revendiquent les alliés des agriculteurs”.

Advertisement

“Assez sereine” pour les élections européennes de juin, même si les sondages créditent sa candidate Marie Toussaint d’environ 8% des intentions de vote, Marine Tondelier résume: “l’écologie est attaquée chaque jour dans ce pays. Les gens, leur cœur va leur dire d’aller défendre l’avenir de leurs enfants”.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending