Connect with us

International

Affaire Karachi: le procès en appel du volet financier s’ouvre à Paris | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Trois décennies après, le procès en appel du volet financier non-ministériel de l’affaire Karachi s’ouvre lundi: six hommes sont soupçonnés d’avoir joué un rôle dans un système de commissions occultes en marge de contrats d’armement ayant alimenté la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995.

Ce procès, qui doit s’ouvrir à 13H30 et durer jusqu’au 20 juin, est une nouvelle étape judiciaire dans cette affaire tentaculaire, qui porte le nom de la ville du Pakistan où s’est produit, le 8 mai 2002, un attentat qui a tué 11 Français qui travaillaient à la construction de sous-marins.

Il se tient quatre ans après la condamnation, le 15 juin 2020, des six prévenus (un industriel, deux intermédiaires et trois hommes politiques) à des peines de deux à cinq ans de prison ferme, dont ils ont tous fait appel.

Les deux premières demi-journées d’audience, lundi et mardi, seront consacrées à des débats de procédure.

Au coeur du dossier, des commissions colossales, alors légales, versées lors de ventes de frégates et de sous-marins en 1994 à l’Arabie saoudite et au Pakistan.

Pour l’accusation, le réseau d’intermédiaires “réseau K” (pour King en référence au roi d’Arabie) a été imposé par le pouvoir politique alors qu’il était “inutile”.

Ce qui a entraîné le versement de commissions “exorbitantes” au détriment de deux entités détenues par l’Etat, la branche internationale de la Direction des constructions navales (DCNI) et la Sofresa.

Corruption internationale

Selon le ministère public, une partie de ces pots-de-vins sont ensuite revenus en France sous forme de rétrocommissions illégales, notamment pour financer la campagne présidentielle perdue du Premier ministre Edouard Balladur.

En cause en particulier: un dépôt suspect de 10,25 millions de francs en liquide le 26 avril 1995 sur le compte de campagne du candidat.

Cette version est vigoureusement contestée par les prévenus, poursuivis pour abus de biens sociaux, complicité ou recel.

Sont rejugés l’ancien patron de la DCNI, Dominique Castellan (87 ans) et les intermédiaires Ziad Takieddine (73 ans) et Abdul Rahman Al Assir (74 ans), tous deux visés par un mandat d’arrêt.

Les autres prévenus sont l’ex-chef de campagne de d’Edouard Balladur Nicolas Bazire (66 ans), le collaborateur du ministre de la Défense de l’époque François Léotard, Renaud Donnedieu de Vabres (70 ans), et Thierry Gaubert (73 ans), alors au cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy et impliqué dans la campagne.

M. Donnedieu de Vabres “n’a jamais participé à des opérations illicites, et la cour peut encore restituer la vérité des faits”, a déclaré son avocat Antoine Vey.

Dans le volet ministériel, Edouard Balladur et François Léotard ont ensuite comparu devant la Cour de justice de la République (CJR), seule habilitée à juger des membres du gouvernement pour des infractions commises dans l’exercice de leurs fonctions.

Balladur relaxé, Léotard condamné

Le 4 mars 2021, l’ex-locataire de Matignon a été relaxé, la CJR estimant que l’existence “d’instructions” de sa part n’était pas prouvée. M. Léotard, depuis décédé, a été condamné à deux ans d’emprisonnement avec sursis.

Ziad Takieddine a fui la France la veille de sa condamnation en première instance dans ce dossier.

Il ne sera pas présent lundi, selon sa défense.

“C’est hallucinant, on juge des faits trente ans après qu’ils aient eu lieu, on ne comprend pas cet acharnement”, a déclaré à l’AFP son avocate Elise Arfi.

Le versatile Franco-Libanais est aussi au cœur de l’affaire des soupçons de financement libyen de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy, dont le procès aura lieu début 2025.

Les soupçons de financement occulte de la campagne Balladur ont émergé à la fin des années 2000, au fil de l’enquête sur l’attentat de Karachi, qui a fait 15 morts dont 11 Français et de nombreux blessés.

La procédure découle en particulier d’une plainte de familles de victimes.

Toujours en cours, l’information judiciaire sur cette attaque a au départ privilégié la piste d’Al-Qaïda, puis exploré celle (non confirmée à ce jour) de représailles pakistanaises à la décision de Jacques Chirac, tombeur d’Edouard Balladur à la présidentielle de 1995, d’arrêter le versement de commissions qui auraient servi à financer son adversaire.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

International

Crise à LR: Eric Ciotti, exclu du parti ‘à l’unanimité’, clame qu’il ‘reste président’ | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Eric Ciotti, exclu mercredi de LR à l’unanimité d’un bureau politique du parti auquel il n’a pas participé, a répondu qu’il “resterait” président des Républicains, en contestant la validité de la sanction prononcée.

“La réunion organisée cet après-midi a été mise en œuvre en violation flagrante de nos statuts. Aucune des décisions prises à cette réunion n’emporte de conséquence légale. Elle peut avoir des conséquences pénales”, a écrit le député des Alpes-Maritimes sur le réseau social X, quelques minutes après l’annonce de la décision par un communiqué du bureau politique de LR.

La gouvernance du mouvement gaulliste est désormais assurée par la députée Annie Genevard et François-Xavier Bellamy.

“Les Républicains présenteront des candidats aux Français dans la clarté et l’indépendance” pour les élections législatives, a assuré Mme Genevard à l’issue de la réunion, alors que la Commission nationale d’investiture a été “reconduite dans sa forme actuelle”, a précisé le communiqué.

Vingt-quatre heures après que M. Ciotti a prôné une “alliance” avec le Rassemblement national, la crise apparaît plus que jamais aiguë chez LR, alors que le président exclu avait d’abord fait fermer les portes du siège parisien du parti, contraignant le bureau politique à se réunir dans un local loué à proximité.

“Nous avons une ligne à tenir. Nous sommes capables de rassembler des électeurs et nous sommes capables demain, à l’Assemblée nationale, de servir de rempart face (aux) dérives qui menacent aujourd’hui la France”, a déclaré M. Bellamy après la décision d’exclure Eric Ciotti.

Continue Reading

International

Législatives: Macron prié par sa majorité de se faire discret | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Après la claque des européennes,perçue comme un vote sanction contre Emmanuel Macron, la plupart des députés et cadres de la majorité préfèrent que le président de la République reste à distance de la campagne éclair des législatives.

Celui-ci a tenu une conférence mercredi, trois jours après avoir dissout l’Assemblée nationale. “Je ne ferai pas campagne aux législatives de la même manière que je ne l’ai pas fait” en 2022 et en 2017, a-t-il déclaré.

“C’est le Premier ministre (Gabriel Attal) qui va porter cette campagne avec les responsables de la majorité qui sont là à ses côtés”, a-t-il ajouté.

Mardi, il avait cependant semblé vouloir s’engager personnellement: “J’y vais pour gagner”, avait-il affirmé au Figaro Magazine.

La dissolution a eu l’effet d’une douche froide sur les députés de la majorité. “Je sais (…) que c’est brutal pour vous, vos collaborateurs et ceux qui repartent au combat”, a compati mardi devant le groupe Renaissance le Premier ministre Gabriel Attal.

Plusieurs députés ont exprimé, à l’occasion de cette réunion, leur souhait que le Premier ministre s’engage pleinement dans la campagne.Lui et non le président de la République.

“Il y a eu beaucoup d’appels à ce que Gabriel Attal s’engage”, non pour lui reprocher de ne pas le faire assez mais avec l’idée “qu’il ne faut pas que ce soit quelqu’un d’autre, très clairement cela voulait dire pas (Emmanuel) Macron”, a affirmé un cadre du groupe à l’AFP.

De manière “symptomatique”, “certains ont demandé à pouvoir mettre leur photo à côté de celle de Gabriel Attal (…) et donc pas du président de la République”, a ajouté cette source.

Un autre député corrobore: “A partir du moment où le vote des européennes a été un vote sanction contre le président de la République, beaucoup de collègues ont voulu dire que, même si on aimait le président et qu’on lui était très fidèle, il fallait qu’il fasse attention parce qu’il ne fallait pas qu’il y ait un vote sanction contre les parlementaires qui mouillent la chemise”.

“C’est moi qui mènerai cette campagne en tant que chef de la majorité”, a déclaré le Premier ministre sur TF1 mardi soir, après plusieurs jours de silence médiatique.

“Sereinement président”

Au MoDem, le son de cloche n’est guère différent. “Il faut nous laisser parler de notre bilan, de notre engagement, de notre volonté de travailler peut-être autrement”, dit le président du groupe centriste à l’Assemblée nationale Jean-Paul Mattei.

Son collègue Bruno Millienne en fait le “constat malheureux”: “Je suis toujours en alliance avec le président (Macron)” mais, “pour ma campagne, je ne peux pas m’appuyer sur (son) image”, devenue “détestable” aux yeux de nombre d’électeurs.

Interrogé sur BFMTV mardi, le président du parti François Bayrou a dit savoir “une chose, c’est qu'(Emmanuel Macron) est président de la République et ce n’est pas le président de la République qui va mener cette campagne”.

Le maire de Pau, comme Gabriel Attal, va fortement s’impliquer. Ce sera aussi le cas d’Edouard Philippe, président du troisième parti membre de la majorité, Horizons. Lui aussi invité de BFMTV mardi soir, Edouard Philippe a affirmé ne pas être “sûr qu’il soit complètement sain que le président de la République fasse une campagne législative”.

Emmanuel Macron est “président de la République dans un moment où, de toute évidence, les institutions vont être soumises à des turbulences, ce qui me paraît donc justifier qu’il soit totalement, complètement, sereinement président de la République”, a-t-il souligné.

“Mini-présidentielle”

En filigrane de cette entrée en lice des chefs de la majorité, commence à se jouer la bataille pour 2027.

Mais au-delà de cette dimension nationale, la campagne aura aussi et peut-être d’abord une dimension locale pour chaque candidat. “Ce sera une mini-présidentielle dans chaque circonscription. Et c’est la personnalité, ce que portent les candidats qui va jouer”, assure Bruno Millienne.

La campagne sera “pour partie nationale, pour partie locale, avec des députés qui sont maintenant expérimentés, qui connaissent leur terrain et qui iront parler aux électeurs de leur circonscription”, décrit le député Renaissance François Cormier-Bouligeon.

Candidate à sa succession dans les Yvelines, Béatrice Piron “ne mettra pas la photo d’Emmanuel Macron sur (son) affiche”. “Je suis maintenant suffisamment connue et je vais défendre mon positionnement personnel, mes soutiens locaux et éviter les réactions anti-Macron qui existent parfois”, dit-elle à l’AFP.

Continue Reading

International

Législatives : Macron dévoile son plan de bataille | TV5MONDE

Published

on

Spread the love

Après le coup de tonnerre de la dissolution, Emmanuel Macron dévoile mercredi son plan de bataille afin de tenter d’arracher une “majorité claire” pour le reste du quinquennat et contrer le Rassemblement national, aux portes du pouvoir.

Le président, qui avait promis de revenir très vite devant les Français après sa décision surprise dimanche de dissoudre l’Assemblée nationale au soir d’européennes catastrophiques pour son camp, donne une conférence de presse à 11H00 au Pavillon Cambon Capucines à Paris.

“J’y vais pour gagner”, a-t-il martelé dans Le Figaro Magazine, disant vouloir “tendre la main à tous ceux qui sont prêts à venir gouverner” avec lui et excluant toute démission quelle qu’en soit l’issue du scrutin.

A 18 jours du premier tour, le 30 juin, les grandes manoeuvres ont déjà commencé avec le ralliement du chef des Républicains Eric Ciotti au Rassemblement national et la décision des forces de gauche de s’unir au sein d’un “Front républicain”.

A LR, le psychodrame ouvert par l’annonce de M. Ciotti doit se poursuivre mercredi, avec la convocation par la N.2 du parti Annie Genevard d’un bureau exécutif exceptionnel, suivi d’une conférence de presse.

Le président du RN Jordan Bardella, qui deviendra Premier ministre si son parti rafle la mise au soir du deuxième tour le 7 juillet, et la figure de proue du parti Marine Le Pen entendent bien surfer sur leur victoire historique dimanche avec 31,37% des voix pour réussir l’union des droites.

Emmanuel Macron espère de son côté rallier les LR qui rejettent cette union, de même que les sociaux-démocrates réfractaires à toute alliance avec les Insoumis de Jean-Luc Mélenchon.

“Main tendue”

Quelle part Emmanuel Macron prendra-t-il dans la campagne ? Quels pas est-il prêt à faire vers les LR et le centre-gauche ? Et si le RN arrivait à Matignon ? Autant de questions qui l’attendent mercredi matin.

En attendant, le Premier ministre Gabriel Attal, discret depuis l’annonce de la dissolution, a annoncé mardi soir sur TF1 qu’il allait “mener la campagne” du camp présidentiel.

Plusieurs cadres de la majorité souhaitaient qu’il soit en pointe dans la campagne plutôt qu’Emmanuel Macron dont l’impopularité a déjà été lourdement sanctionnée aux Européennes.

L’ex-Premier ministre Edouard Philippe, président d’Horizons, a aussi jugé “pas complètement sain” que le président s’implique trop, pointant au passage la “colère” suscitée dans l’opinion par la dissolution et le “risque considérable de voir le RN accéder au pouvoir”.

En franchissant le Rubicon d’une alliance avec l’extrême droite, le patron des Républicains a déclenché un torrent d’indignation bien au-delà de son camp. “Eric Ciotti signe les accords de Munich et enfonce dans le déshonneur la famille gaulliste”, a ainsi réagi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Plus forts désunis

A l’inverse, Marine Le Pen a salué “le choix courageux” et “le sens des responsabilités” du président des Républicains, et espéré “qu’un nombre conséquent de cadres LR le suivent”.

Le projet d’alliance avec Reconquête d’Eric Zemmour a en revanche fait long feu. Le RN “refuse le principe même d’un accord” avec Reconquête pour ne pas être “associé” à Eric Zemmour, a déploré Marion Maréchal, par ailleurs nièce de Marine Le Pen.

Les quatre principaux partis de gauche (LFI, PS, Ecologistes, PCF), ainsi que le mouvement Place publique de Raphaël Glucksmann et Générations, appellent à “des candidatures uniques dès le premier tour”.

Mais le choix d’un chef de file reste en suspens. Le cas Mélenchon, accusé notamment d’ambiguïtés sur la question de l’antisémitisme, crispe une partie de la gauche.

En attendant, le RN, poursuivant sur sa dynamique, engrange 35% d’intentions de vote au premier tour des législatives, soit plus qu’aux européennes (31,37%), selon un sondage Ifop-Fiducial pour LCI, Le Figaro et Sud Radio présenté mardi.

La gauche est créditée de son côté d’un meilleur score si elle part en ordre dispersé (32%) qu’unie(25%). La majorité présidentielle ferait en revanche mieux face à une gauche unie (18%) que divisée (16%).

Continue Reading

Trending