Connect with us

Actualité

Affaire Bopda : l’animatrice télé Caroline Gaya vole au secours de Coco Emilia

Published

on

Spread the love

Alors que le mouvement « Stop Bopda » gagne en ampleur, des personnalités du Showbiz telles que Biscuit de Mer, également connue sous le nom de Coco Emilia, se retrouvent citées dans des allégations de complicité avec le présumé prédateur sexuel Hervé Bopda, selon les dires du lanceur d’Alertes et blogueur, Nzui Manto.

Advertisement

Caroline Alfred Ngayap s’est exprimée vivement ce vendredi 26 janvier 2024 pour réfuter les accusations portées à l’encontre de Biscuit de Mer. Dans ses déclarations, elle a catégoriquement démenti toute implication de Biscuit de Mer dans un supposé réseau de placement de jeunes filles, tel que relayé par Nzui Manto dans son direct Mercredi dernier.

Selon Mme Ngayap, la photo incriminée aurait été prise lors du tournage de son émission « Fashion Tv » sur la chaîne Privée Cameroinsiee Equinoxe Tv, où des mannequins portaient simplement la collection de Biscuit de Mer. De surcroît, elle a également annoncé son intention de publier l’intégralité de l’émission pour éclaircir toute confusion à ce sujet.

Advertisement

Ces révélations interviennent alors que le mouvement « Stop Bobda » continue de gagner en traction, mettant en lumière plus de 73 temoignages accusant Hervé Bopda. Dans ce contexte tendu, les déclarations de Mme Ngayap visent à défendre l’intégrité de Biscuit de Mer et à clarifier les circonstances entourant la fameuse photo.

D’ailleurs dans toujours dans ce même sillage, 22 femmes las d’attendre que justice soit faite ont envoyé une lettre au Gouvernement Camerounais afin de remédier à cette polémique.

Advertisement

Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualité

Le Hamas se dit prêt à poursuivre les négociations avec Israël mais pose une situation

Published

on

Spread the love

Alors que les discussions sont toujours en cours pour un cessez-le-feu à Gaza, le chef adjoint du bureau politique du mouvement de résistance palestinienne Hamas, Musa Abu Marzuk, a indiqué que le groupe était prêt à poursuivre les négociations avec Israël par l’intermédiaire d’intermédiaires si un accord sur un cessez-le-feu est conclu. Une proposition à laquelle Israël ne semble pas prêt, selon le mouvement.

« S’il y a un cessez-le-feu, il y aura des négociations, mais pas directement, mais par des intermédiaires. Mais notre priorité est la restauration de la bande de Gaza, la fourniture d’une aide humanitaire et la libération des prisonniers des deux côtés. Et après cela, nous pourrons également commencer les négociations par l’intermédiaire d’intermédiaires », a déclaré Marzuk.

Advertisement

« Mais la query est qu’Israël ne veut pas de cela, parce qu’il ne veut pas de la création d’un Etat palestinien, parce qu’il est contre la création de deux Etats et qu’il est favorable à l’expulsion des Palestiniens vers le Sinaï et la Jordanie. Le problème est leur idéologie », a-t-il ajouté.

Pour l’heure, selon le responsable palestinien aucun accord sur une trêve dans la bande de Gaza n’a été conclu. Il estime que le Hamas perd confiance dans les autorités israéliennes. « Il n’y a toujours pas de décision sur cette query. Au format de Paris, les Américains ont proposé leur propre choice, ce qui est contraire à nos intérêts, et le mouvement a refusé de l’accepter et a proposé sa propre choice. Il n’y a pas encore d’accord sur cette query. « , a déclaré Marzuk.

Advertisement

Il a expliqué que le mouvement Hamas a rejeté la proposition américaine « parce que les Américains veulent simplement libérer les prisonniers et continuer la guerre ». « Et nous voulons cessez le feu, fournir une aide humanitaire, ramener les personnes déplacées dans le sud dans leurs foyers au nord et reconstruire la bande de Gaza », a-t-il déclaré.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Advertisement
Advertisement
Continue Reading

Actualité

Burkina Faso : le championnat de soccer à nouveau suspendu

Published

on

Spread the love

Annoncés il y a quelques jours au Burkina Faso, les golf equipment de Ligue 1 et Ligue 2, ont mis leur menace à exécution. Ils ont décidé de suspendre leur participation aux championnats de soccer organisés par la Fédération burkinabè de soccer – FBF et ceci, jusqu’à nouvel ordre.

Advertisement

Les championnats de Ligue 1 et 2 de soccer à nouveau aux arrêts au Burkina Faso

Le soccer est à nouveau en crise au Burkina Faso. Après avoir menacé de suspendre leur participation aux championnats de Ligue 1 et 2 le 22 février dernier, les golf equipment sont passés à la vitesse supérieure. Les présidents de golf equipment ont mis cette menace à exécution et ont suspendu effectivement leur participation aux différentes activités organisées par la Fédération Burkinabè de soccer – FBF. C’est à travers un communiqué que le porte-parole des golf equipment de première et deuxième division. Dans ce communiqué en date du 28 février 2024, ces derniers ont appelé les golf equipment de troisième division à suivre par solidarité.

Les fondateurs des golf equipment de Ligue 1 et Ligue n’ont pas manqué d’indiquer que de nouvelles sont en cours si le président de la FBF Lazare Banssé et son comité exécutif ne leur donnent pas satisfaction dans les brefs délais.

Advertisement

Pour rappel, le championnat 2023-2024 de soccer au Burkina Faso avait déjà connu une crise. Une state of affairs qui a conduit à l’implication de hautes personnalités du gouvernement pour un dénouement heureux. C’est ainsi qu’il a été promis aux golf equipment un remboursement d’une somme de 140 hundreds of thousands de FCFA (pour tous les golf equipment), l’équivalent des 25% retenus sur la subvention 2022-2023. Toute selected qui a permis de mettre fin à la crise en fin d’année 2023 puis la reprise des championnats nationaux de première et deuxième division en début 2024.

Advertisement
Continue Reading

Actualité

Ghana : une loi contre l’homosexualité votée par les députés

Published

on

Spread the love

Au Ghana, les députés ont procédé à l’adoption d’un projet de loi qui sanctionne l’homosexualité dans le pays. C’est à l’challenge de la session du mercredi 28 février dernier que les parlementaires ont voté cette loi.

Advertisement

Le Parlement du Ghana veut désormais sanctionner les homosexuels dans le pays

Les députés du Ghana veulent désormais finir avec la communauté LGBT+ dans le pays. À cet effet, ils ont adopté une loi qui sanctionne lourdement les homosexuels ainsi que toute personne identifiée comme compagnon d’homosexuel. Selon les informations, cette loi intitulée « Droits sexuels humains et valeurs familiales », si elle venait à être promulguée par le président Nana Akuffo-Addo, exposerait les homophobes et associés à plus de 10 ans de jail.

À noter que ce projet de loi était sur la desk des parlementaires depuis trois ans. Il vient d’être adopté par les représentants du peuple. Cette loi criminalise les membres de la communauté homosexuelle ainsi que leurs sympathisants. Juste après son adoption à l’unanimité des 275 députés, les organisations internationales ont élevé la voie pour appeler à sa non-promulgation, automotive, selon elles, il s’agit d’une violation des droits humains, des libertés de parole, d’associations et autres.

Advertisement

Tout compte fait, les parlementaires ont donné leur quitus pour sanctionner les homosexuels au Ghana. Les regards sont tournés vers le président Nana Akuffo-Addo pour sa promulgation ou non.

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending