Connect with us

Afrique

70-year-old woman gives birth through IVF

Published

on

Spread the love

The Women’s Hospital International and Fertility Centre in Kampala has confirmed that a 70-year-old Ugandan woman recently gave birth to twins through IVF treatment, making her the oldest woman in Africa to achieve this feat.

Advertisement

The hospital shared on Facebook, “We successfully delivered a boy and a girl through a cesarean section. This story showcases not only medical success but also the strength and resilience of the human spirit.”

Safina Namukwaya, the nursing mother, revealed in an interview with the privately owned NTV channel that she had given birth to her second child in three years. She had previously welcomed a girl in 2020. Ms. Namukwaya faced multiple challenges during the recent pregnancy, including the desertion by the children’s father, but she expressed her joy at the arrival of the twins.

Advertisement

“Men don’t like to be told that you are carrying more than one child. Ever since I was admitted here, my man has never shown up,” she revealed.

Ms. Namukwaya acknowledged the difficulties ahead in raising the children but emphasized her happiness after enduring years of stigma and ridicule for her childlessness. She shared a past incident, saying, “One time, a very young boy heckled me, saying my mother had cursed me to die without a child.”

Advertisement

According to the NHS, In vitro fertilization (IVF) is one of several techniques available to help people with fertility problems have a baby. During IVF, an egg is removed from the woman’s ovaries and fertilized with sperm in a laboratory. The fertilized egg, called an embryo, is then returned to the woman’s womb to grow and develop.

Mimi Mefo Info

Advertisement

Advertisement
Advertisement
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Afrique

Intensification des efforts contre la famine dans le Logone et Chari

Published

on

Spread the love

La région de l’Extrême-Nord du Cameroun est actuellement le théâtre d’une bataille acharnée contre la famine qui menace de s’abattre sur le Logone et Chari. Le Gouverneur de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, s’est engagé dans un parcours difficile dans le département du Logone et Chari pour évaluer les travaux des routes secondaires à réhabiliter avant le début de la saison des pluies. L’objectif est de faciliter l’écoulement des produits agricoles, essentiels pour lutter contre la menace imminente de la famine.

Advertisement

La descente du Gouverneur ne se limite pas seulement à l’évaluation des routes. Elle vise également à initier l’aménagement des périmètres irrigués en faveur de toutes les communautés, dans l’espoir de restaurer la paix et le vivre-ensemble. Cette initiative survient après une série de conflits qui ont sérieusement fragilisé les relations entre les différentes communautés de la zone.

Les autorités considèrent que la meilleure stratégie pour prévenir de futurs conflits est de lutter activement contre la famine qui sévit dans le département, une state of affairs déjà aggravée par les problèmes sécuritaires dans la région.

Advertisement

Pour résoudre ce problème pressing, le Projet de Développement Rural Intégré (PDRI), mis en œuvre par le ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, intervient dans le département du Logone et Chari. Sous la présidence du Gouverneur Midjiyawa Bakari, la séance d’évaluation des réalisations effectuées sur le terrain au cours de l’exercice budgétaire 2023 par le sixième Comité de pilotage du PDRI a eu lieu, suivant une descente préalable dans les arrondissements de Goulfey, Makari, et Logone Birni.

Les membres du Comité de pilotage ont saisi cette opportunité pour discuter des lacunes éventuelles et trouver des options afin que le projet atteigne efficacement ses objectifs. Ces derniers visent principalement à lutter contre la pauvreté en améliorant les situations de vie de la inhabitants et à stimuler le développement native.

Advertisement

Sur le terrain, d’importantes réalisations ont été accomplies. Au cours de la visite de travail, le Comité de pilotage, dirigé par le coordinateur du PDRI, le Pr Ali Madi, a pu constater les résultats concrets. En plus des périmètres agricoles irrigués et aménagés, le projet a également permis la development d’infrastructures facilitant l’accès aux providers sociaux de base tels que les forages, les centres de santé, et les routes.

En conclusion des travaux, le Gouverneur Midjiyawa Bakari a assuré que la famine sera bientôt reléguée au rang de triste memento pour la inhabitants du département du Logone et Chari, grâce aux investissements réalisés par le PDRI.

Advertisement

Mimi Mefo Data

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Afrique

Impuissant face à la vie chère, le gouvernement tente de jouer les malins

Published

on

Spread the love

Le ministre du Commerce a signé ce 26 février, un arrêté fixant la nouvelle grille des tarifs pour les transports, urbain, périurbain et interurbain, tout en laissant croire que les tarifs sont fixés à des niveaux plafonds.

Advertisement

Le gouvernement camerounais à trouver de réelle mesure pour lutter contre la vie chère.  Après l’augmentation des prix du carburant intervenue en février dernier, le gouvernement n’a eu d’autres choix que d’augmenter les prix du transports urbain, périurbain et interurbain. Selon un arrêté signé par le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana, les nouveaux de ramassage de jour dans les villes passe de 300 à 350 FCFA et 400 FCFA la nuit dès 22h. Le dépôt de jour passe de 2 500 FCFA à 3 000, contre 3 500 FCFA de nuit.

Dans le même arrêté, le ministre tente d’expliquer que ces tarifs sont fixés à des niveaux plafonds c’est-à-dire que des tarifs ne peuvent pas aller au-delà de ceux fixés par le gouvernement. Il ajoute que le principe reste la négociation gré à gré entre le transporteur et le client et conclut que les tarifs restent inchangés pour les élèves, les étudiants et les personnes à mobilité réduite.

Advertisement

Un ensemble de déclaration qui sonne comme un aveux d’échec du gouvernement face à la vie chère. Dire que les prix fixés par le communiqué du ministre sont des prix plafonds c’est faire semblant de ne pas connaitre les réalités sur le terrain. Comment peut-on envisager emprunter un taxi de Mendong à Olembe au tarif normal pour ce qui de Yaoundé ? Cela relève uniquement de la fiction. En plus, le ministre affirme que le principe reste la négociation de gré à gré, comme si la négociation se fait uniquement à la baisse. Il affirme par ailleurs que le tarif reste inchangé  pour les élèves, les étudiants et les personnes à mobilité réduite. Une autre assertion qui sonne faux quand on sait que le gouvernement n’a pris aucune mesure pour accompagner les transporteurs après l’augmentation des prix du carburant.

Dans le même communiqué Luc Magloire Mbarga Atangana tente une nouvelle dérobade. Il fixe les tarifs plafonds dans le cadre di transport périurbain et interurbain à 8, 10 et 16 FCFA le kilomètres pour respectivement, les enfants de 8 à 10ans, les personnes à mobilité réduite, les enfants de 11 à 21 ans et à 16 FCFA pour les personnes âgées de plus de 21 ans. Une autre décision qui est en effet une vraie chimère, puisqu’aucune compagnie de transport ne tient compte de ces critères pour mettre en circulation les billets de transports. Ce d’autant plus que ces agences ne bénéficient d’aucun appui de l’Etat.

Advertisement

A voir l’ensemble de meurettes édictées par le ministre du commerce, on est tenté de penser que le gouvernement a fait vœu d’échec pour ce qui est de la lutte contre la vie chère. Incapable d’apporter des solutions concrètes à la hausse de carburant qui touche tous les citoyens, le gouvernement a choisi le menu fretin de la population pour faire une revalorisation des salaires de 5%, laissant abandonnés à eux-mêmes l’immense majorité des Camerounais.

Joseph Essama  

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Afrique

Cameroon Bar Association Issues Crucial Notice for Law Training Exam Applicants

Published

on

Spread the love

The President of the Cameroon Bar Association, Mbah Eric Mbah, has issued an official statement providing key updates on the Examination to qualify as Advocates-in-Training (EAIT) for the 2024 session.

Advertisement

The announcement, with important implications for future lawyers, focuses on two specific groups of applicants: those who provided transcripts of necessary diplomas and those who submitted diplomas from foreign institutions.

Individuals in both groups must now submit extra paperwork to the Bar Head Office located in Yaoundé, the capital city of Cameroon.

Advertisement
Communique from the Cameroon Bar Association

The communique asks applicants to make sure to provide certified copies of the testimonial (“attestation de réussite”), original Degree Certificates in Law, and equivalences of diplomas obtained overseas.

It’s important to emphasise that according to the communiqué, failure to turn in these specific documents by the deadline will lead to the application being denied. Although the submission deadline is not specified in the document, it is advisable for applicants to act promptly and diligently to ensure successful processing of their applications.

For further information and any questions, applicants should contact the Cameroon Bar Association directly.

Advertisement

This notice is a crucial reminder for all potential candidates to carefully review the specified requirements and promptly submit the required documentation. Not following these guidelines could result in delays or issues in the application process, which might put aspiring lawyers at risk of not being able to qualify as Advocates-in-Training in the 2024 session. It is crucial for candidates to stay informed and responsive to official announcements from the Cameroon Bar Association as the legal landscape evolves.

Mimi Mefo Info

Advertisement

Advertisement
Continue Reading

Rejoint le groupe WhatsApp

Trending